Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 mars 2011 5 04 /03 /mars /2011 06:50

 

Ce n’est pas un titre, c’est une revendication : Je suis un terroriste de Pierre Brasseur est publié chez Après La Lune. Ce n’est pas une autobiographie, mais un roman noir illustrant le militantisme exacerbé et excessif de ceux qui se sentent définitivement exclus par choix, ou par l’égoïsme de nos sociétés…

Stéphane, Maude, Guillaume, Agnès, Raoul. Pour ces étudiants de Nancy, les manifs de 2006 furent une étape de leur vie, vers la radicalisation pour certains. Dans la mouvance anarchiste, ils participaient à la revue Catharsis ? dirigée par Raoul, l’intellectuel du groupe, fréquentaient les milieux marginaux nancéens. Espérant devenir photographe pro, Agnès prit un grand nombre d’images des manifestations, qui virèrent bientôt à l’émeute violente. Son appareil fut détruit par un CRS. Le témoignage de Maude n’intéressa pas le journaliste qu’elle contacta. Peu après, le décès de Stéphane amena chacun à prendre une autre direction. Agnès s’investit dans le social. Guillaume devint veilleur de nuit dans un hôtel. Raoul s’enferma en ermite avec son ordinateur pour seul interlocuteur. Maude passa plusieurs années au Venezuela, satisfaite d’avoir quitté la France.

BRASSEUR-2011Début 2009, Maude revient dans sa famille bourgeoise de Nancy. Observant la population, elle réalise vite pourquoi elle s’y sent mal : Elle passa devant un Roumain vendeur de marrons chauds, qui haranguait joyeusement les passants, et Maude comprit alors, par contraste, la nature du problème : toutes jolies qu’elles fussent, les passantes ne souriaient guère. Entre le contexte de crise et une parenté trop passive à ses yeux, son excitation d’antan lui revient au cœur. Si Raoul théorise toujours avec ardeur sur son site Internet, Guillaume se sent parfois des envies de supprimer son méprisant patron. S’opposer à sa famille, c’est trop peu pour Maude. Elle dérobe les puissantes armes à feu appartenant à son père, ainsi qu’un peu d’argent, avant de rejoindre ses amis Guillaume et Raoul. Leur marche vers la clandestinité terroriste vient de commencer.

Le trio peut compter sur Yoann, un punk qui avec sa compagne Émilie s’occupe d’une ferme bio. Non loin de chez lui, le groupuscule peut s’entraîner au tir. Ils disposeront d’une planque grâce à Yoann, la maison vide de sa grand-mère dans un coin isolé des Vosges. Leurs cibles sont choisies, des membres du MEDEF qui logent à l’Hôtel de Mercy, où Guillaume est gardien de nuit. L’hécatombe se produit au milieu de la nuit, en une demie-heure. Tandis que le trio rejoint son refuge, on découvre les meurtres et leurs revendications au matin. Le policier Izarra, de l’Anti-terrorisme, enquête sur l’affaire. Les réactions médiatiques étonnent peu le trio, qui n’a d’autre choix que d’assumer ses actes : Avant, nous avions des idées politiques, des énervements, des idées de meurtre. Nous devons donc accepter que, de nous-mêmes, nous sommes devenus des tueurs. Si Izarra repère aisément Yoann, celui-ci ne trahira pas ses amis…

 

On ne peut cautionner aucun terrorisme meurtrier, qu’il soit commis par des groupuscules fascistes, racistes, religieux ou d’ultra-gauche. Le passage à l’acte par aveuglement politique, mystique ou racial, reste toujours criminel autant que condamnable. Quant à savoir d’où viennent ces actions radicales, par quel processus de marginalisation des gens dérapent ainsi, les sociologues se perdent trop souvent dans des thèses nébuleuses. Certains discours idéalistes, vindicatifs et fumeux, n’ont aucun impact. D’autres, non dénués de fondements, construits et cohérents, permettent le débat. Et puis, dans notre monde individualiste où personne n’écoute les autres, où le mépris est banalisé, où les médias sont trop souvent complices des pouvoirs en place, une infime partie des agitateurs se transforment en terroristes.

C’est ce manque de prise en compte de la réalité sociale et quotidienne qu’illustre ici l’auteur, pour expliquer sans excuser les actions de ses personnages. S’ils sont dans un no future, ce n’est pas dans celui des punks d’autrefois, c’est dans le prétexte de la crise perpétuelle censée être l’argument imparable. Sans doute est-ce aussi pourquoi, on date les faits dans le monde actuel, même si la référence au passé est inévitable. Le propos n’est pas anodin, il aide à la réflexion. À l’opposé d’un tract mal rédigé, on doit souligner que l’écriture de Pierre Brasseur s’avère de très belle qualité. Comme un témoin qui aurait suivi le dossier d’assez près pour relater la situation, qui cherche à la comprendre honnêtement, sans l’approuver.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Livres et auteurs
commenter cet article

commentaires

claire 05/03/2011 21:32


un petit coucou pour te souhaiter une excellente soirée et bonne lecture bizzz


Claude LE NOCHER 06/03/2011 07:07



Merci Claire,


En effet, je poursuis mes lectures : un roman que je termine aujourd'hui, un autre déjà en cours parallèlement, et des tas de livres qui m'attendent.


Amitiés. 



Bruno 05/03/2011 09:27


il est effectivement très tentant ce roman! j'aime bien par ailleurs le design de cette collection ! Pour ce qui est des livres en général, j'en suis à un point ou je ne range plus les livres de
manière horizontale , mais verticale!de vraies piles donc! et je suis en pleine négociation avec ma femme pour que je puisse aménager une des chambres de notre maison en salon de lecture avec
bibliothèque sur tous les murs. Eh bien je peux te dire mon cher Claude, que les négociations du G20 à côté, c'est du pipi de chat !:))Bon finalement je ne serai pas au salon du livre cette année,
mais j'ai bien l'intention d'aller sur Lyon au festival Quai du Polar !!


Claude LE NOCHER 05/03/2011 11:03



Salut Bruno,


Avec "Je suis un terroriste", ton goût pour le Hors-norme devrait être comblé. Pas difficile à lire, car plutôt très bien écrit.


Si tu as la chance d'aller à Lyon, essaie d'approcher Megan Abbott (même si les invités sont tous très sollicités).


Question rangement, l'essentiel pour moi c'est la Garde à vue... Je veux dire, de garder en vue mes prochaines lectures probables. Pas toujours si facile qu'il y
paraît...


C'est notre Oncle Paul qui, sauf erreur, a le grand bonheur de disposer d'une pièce entière (un grand grenier, il me semble) pour ses collections et assouvir son plaisir de lecteur. Ah, le veinard !


Amitiés.



claire 04/03/2011 13:25


je vois que tu vas aller au salon du livre peut etre nous y croiserons nous encore des livres a acheter je n'ai plus de place et je n'arrive pas a pousser les murs quoi faire bonne aprés midi bizzz


Claude LE NOCHER 04/03/2011 20:25



Bonsoir Claire,


Pousser les murs pour contenir tous nos livres ? Les habitués d'Action-Suspense ont essayé (Gridou, Mazel, Pierre, Bruno, Cynic, et tous les autres), ça ne
fonctionne pas. Nous amassons des PAL (ou Piles à Lire), nous rangeons sérieusement les premiers puis globalement la suite, nous inventons des espaces improbables pour en placer d'autres,
nous dégageons tel coin là-bas au fond, et ici il y a encore de quoi en mettre un peu, etc. Au final, nous sommes cernés par les livres... et nous en sommes heureux !!!


On peut aussi collectionner les véhicules anciens authentiques, les éléphants empaillés, les bouddhas grandeur nature, les maquettes d'avions au 1/5e, mais ça prend
encore beaucoup plus de place... Amusons-nous de nos modestes soucis de rangement.


Amitiés.



Pierre FAVEROLLE 04/03/2011 11:31


Il faut rajouter à la liste les éditions Riffle noir, et tant d'autres ... ça va faire mal au porte monnaie tout ça ! Amitiés


Claude LE NOCHER 04/03/2011 20:17



Salut Pierre,


Au stand Bretagne, il y a aussi... Et Polars en Nord doit y être... Ainsi que... C'est le supplice permanent pour les lecteurs, le Salon du Livre de Paris. Ceux qui
se multiplient en région, et j'en soutiens quelques-uns avec ferveur, ne sont pas moins tentateurs. Eh bien oui, nous revendiquons notre plaisir de livre, notre passion ! Fais-y de belles
découvertes, sois curieux, c'est tout ce qui nous excite en tant que lecteurs.


Amitiés.



Pierre FAVEROLLE 04/03/2011 08:48


Salut Claude, comme je serai au salon du livre dans 2 semaines, et comme le titre m'a interpellé, je dois dire qu'il y a de fortes chances que je l'achète. Amitiés


Claude LE NOCHER 04/03/2011 11:00



Salut Pierre,


Bonne occasion de te ruiner encore davantage ! Mais peut-être aussi de faire de belles découvertes, par exemple au stand de nos amis Krakoen ou à celui des éditions
Après La Lune. En tout cas, un roman qui ne laisse pas indifférent, ce titre de P.Brasseur.


Amitiés.



Action-Suspense Contact

  • : Le blog de Claude LE NOCHER
  • Le blog de Claude LE NOCHER
  • : Chaque jour des infos sur la Littérature Policière dans toute sa diversité : polar, suspense, thriller, romans noirs et d'enquête, auteurs français et étrangers. Abonnez-vous, c'est gratuit !
  • Contact

Toutes mes chroniques

Plusieurs centaines de mes chroniques sur le polar sont chez ABC Polar (mon blog annexe) http://abcpolar.over-blog.com/

Mes chroniques polars sont toujours chez Rayon Polar http://www.rayonpolar.com/

Recherchez D'autres Infos Ici

Action-Suspense via Twitter

Pour suivre l'actualité d'Action-Suspense via Twitter. Il suffit de s'abonner ici

http://twitter.com/ClaudeLeNocher  Twitter-Logo 

Libres lectures

Petit rappel : Toutes mes chroniques, résumés et commentaires, sont des créations issues de lectures intégrales des romans analysés ici, choisis librement, sans influence des éditeurs. Le seul but est de partager nos plaisirs entre lecteurs.

Abonnez-vous à Action-Suspense, pour recevoir chaque jour mes chroniques et mes infos sur l'univers du polar. Facile et gratuit !

Spécial Roland Sadaune

Roland Sadaune est romancier, peintre de talent, et un ami fidèle.

http://www.polaroland-sadaune.com/

ClaudeBySadauneClaude Le Nocher, by R.Sadaune

 http://www.polaroland-sadaune.com/