Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 janvier 2011 5 28 /01 /janvier /2011 06:51

 

L’an dernier, j’avais chroniqué “Starvation Lake” de Bryan Gruley. Ce très bon roman est réédité en format poche, chez Points, sous un titre à la tonalité plus criminelle : “Un mort à Starvation Lake” (disponible dès le 3 février 2011). Ce qui offre l’occasion de souligner un élément essentiel. Il ne faut pas se tromper de "grille de lecture" concernant cette histoire. Certes, on nous présente des personnages, dont on montre les comportements et la psychologie, confrontés à une affaire énigmatique. Mais, avant les protagonistes, c’est la petite ville elle-même et ses sombres secrets qui priment dans l’histoire.

GRULEY-PointsStarvation Lake a bénéficié d’un essor et d’une prospérité, qui masquaient une réalité beaucoup moins reluisante. Le hockey ayant été le moteur de cette expansion, on ne doit pas s’étonner que le journaliste Gus Carpenter l’évoque tel un leitmotiv. Alors adolescent, il garde des bons souvenirs de ce temps-là, qu'il nous raconte. Certains épisodes furent, pour lui et d’autres, moins agréables. Si, désormais, il y a une malédiction sur cette ville, c’est à cause du hockey. Parmi ceux qui ont vécu ou connu les faits, personne n’est innocent. L’auteur crée une ambiance troublante, où planent les non-dits, l’imprécision hypocrite des mémoires.

Gardons en tête que c’est ce "destin collectif" qui importe. Il convient de s’installer dans ce noir suspense, de se mêler à la vie des habitants de la ville, afin d’apprécier cette intrigue à sa juste valeur…

 

Starvation Lake est une petite ville au nord de l’État du Michigan, en bordure du lac éponyme (ce nom signifie “lac famine”). Une région proche de la frontière canadienne, où les hivers sont particulièrement froids. Après avoir été employé dans un quotidien de Détroit, Gus Carpenter est revenu diriger le journal local de sa ville natale, qui a connu des périodes plus fastes. Gus se souvient de l’époque où Jack Blackburn s’installa dans le secteur. Il entreprit de créer une solide équipe de hockey sur glace, dont il fut le coach incontesté. Après des débuts décevants, Blackburn parvint à motiver les “River Rats” qui gagnèrent bon nombre de compétitions. Dans l’équipe, il y avait Gus, son meilleur ami Soupy, l’arrogant Teddy Boynton, d’autres encore, qui vivent toujours ici.

Leurs succès contribuèrent à la prospérité de Starvation. La marina du père de Soupy attirait les touristes. Patron du pub Enright’s, Q.G. des supporters du club de hockey, Francis Dufresne investissait dans l’immobilier. Blackburn était le héros de la région, admiré de toutes générations. Ce n’est pas l’échec des “River Rats” en finale, qui entraîna le déclin de la ville. Ce fut la mort accidentelle du coach Blackburn. Une nuit, sa motoneige coula avec lui dans le lac gelé. Régisseur du club, Léo en fut témoin et tenta en vain de le sauver. On ne retrouva jamais son cadavre, ce qui n’est guère étonnant. Dix ans plus tard, certains évoquent encore de fumeuses hypothèses sur sa mort.

Aujourd’hui, pour relancer Starvation Lake, Teddy Boynton veut investir dans une nouvelle marina. Il n’hésitera pas à causer du tort à Soupy, mal organisé et largement endetté. Gus Carpenter ne tient pas à aider Boynton grâce au journal, pour qu’il enfonce son ami Soupy. La motoneige de Blackburn est retrouvée par hasard. C’est bien la sienne, mais elle n’est pas dans le lac où il a disparu. Joanie, jeune collaboratrice de Gus qui possède un vrai talent de journaliste, mène immédiatement l’enquête. De son côté, Gus s’interroge. Le vieux Léo n’a jamais été très loquace. Il reste marqué par l’accident mortel du coach. Le shérif Dingus Aho ne simplifie pas l’enquête du journaliste. La policière adjointe Darlene, ex-amie de cœur de Gus, ne peut pas vraiment l’aider, mais reste protectrice. Gus consulte les archives du journal, conscient que Blackburn avait caché des choses sur une partie de son passé…

Partager cet article

Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Livres et auteurs
commenter cet article

commentaires

Oncle Paul 28/01/2011 10:05


Bonjour Claude
Tu es vraiment le routard de la littérature ! Vers quelle prochaine destination nous convies-tu dans ton prochain billet?
Amitiés


Claude LE NOCHER 28/01/2011 11:13



Salut Paul,


Celle d'aujourd'hui, c'est une chronique "re-conditionnée" pour un roman lu il y a un an. Demain samedi, je serai encore aux Etats-Unis, mais dans un genre très
différent. Pour la suite, je viens de commencer à lire un suspense qui se passe en France. Il y aura d'autres chroniques sur des auteurs étrangers, car j'en ai quelques-uns d'assez excitants sous
le coude. Oui, ça permet aussi de voyager.


Amitiés.



Action-Suspense Contact

  • : Le blog de Claude LE NOCHER
  • Le blog de Claude LE NOCHER
  • : Chaque jour des infos sur la Littérature Policière dans toute sa diversité : polar, suspense, thriller, romans noirs et d'enquête, auteurs français et étrangers. Abonnez-vous, c'est gratuit !
  • Contact

Toutes mes chroniques

Plusieurs centaines de mes chroniques sur le polar sont chez ABC Polar (mon blog annexe) http://abcpolar.over-blog.com/

Mes chroniques polars sont toujours chez Rayon Polar http://www.rayonpolar.com/

Recherchez D'autres Infos Ici

Action-Suspense via Twitter

Pour suivre l'actualité d'Action-Suspense via Twitter. Il suffit de s'abonner ici

http://twitter.com/ClaudeLeNocher  Twitter-Logo 

Libres lectures

Petit rappel : Toutes mes chroniques, résumés et commentaires, sont des créations issues de lectures intégrales des romans analysés ici, choisis librement, sans influence des éditeurs. Le seul but est de partager nos plaisirs entre lecteurs.

Abonnez-vous à Action-Suspense, pour recevoir chaque jour mes chroniques et mes infos sur l'univers du polar. Facile et gratuit !

Spécial Roland Sadaune

Roland Sadaune est romancier, peintre de talent, et un ami fidèle.

http://www.polaroland-sadaune.com/

ClaudeBySadauneClaude Le Nocher, by R.Sadaune

 http://www.polaroland-sadaune.com/