Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 août 2013 6 03 /08 /août /2013 04:55

À part sa vieille mère, tout le monde le surnomme “Fab”. À l'Anti-Gang, Fabrice Dumont a commis une bavure trois ans plus tôt. Voilà près d'une année qu'il a été muté dans sa ville natale, en province. Le commissaire Berdrin, son supérieur, l'appelle “le cow-boy”. Fab ne cherche pas à sympathiser avec ses collègues. Pas plus qu'il ne veut être agréable avec qui que ce soit. Même pas avec son copain d'autrefois Roger Rousselot, leader syndical. Le principal employeur local, c'est l'entreprise de M.Coulmier. Des ouvriers d'ici, et beaucoup de main d'œuvre étrangère moins coûteuse. Une grosse fournée de licenciements étant prévue, la situation oscille entre grève et lock-out.

“Les patrons ont pris l'habitude de chouchouter les cerveaux et les chefs, même les petits, les minables, les rampants. Peu à peu, les blouses blanches avaient supplantés les bleus, cassant la mythologie de l'usine, formant une nouvelle caste, certains se retrouvant aujourd'hui parmi les manifestants. On devient solidaires quand la feuille de paie risque d'écoper.”

Au moment où s'esquisse une possible négociation, la petite-fille de M.Coulmier vient d'être kidnappée sur le chemin de son école. Âgée de sept ans, Marie-Jeanne est la fille de Sabine Coulmier. Ex-junkie, alcoolo et portée sur le sexe, la trentenaire Sabine ne s'est jamais occupée de sa gamine, en laissant la charge à sa propre mère. Fab la retrouve chez un amant de passage. Sabine pense que ce sont les syndicalistes qui ont enlevé sa fille, pour faire pression sur son père. Hypothèse hautement improbable. D'ailleurs, c'est à contrecœur que Roger Rosselot accepte une trêve dans le conflit social. Coulmier restera ferme sur le fait de ne pas payer de rançon. Selon une élève de l'école Sainte-Félicité, la victime sera montée volontairement dans le véhicule de son ravisseur. La police ne tarde pas à découvrir la Lada bleu marine, vide, qui a servi au rapt de Marie-Jeanne Coulmier. Pas vraiment d'indice pour aiguiller les flics. De toutes façons, Fab mène son enquête en solo, en parallèle. Y compris dans les bordels de la ville.

Un Africain qu'on nomme “Toussaint la branche” lui apparaît bientôt suspect, ayant claqué beaucoup d'argent liquide depuis peu. Malien, Toussaint Odienné est homme à tout faire, autant pour l'usine que pour la propriété des Coulmier. De son côté, le syndicaliste Roger commence à être la cible de rumeurs, peut-être vraies en partie. Fab et lui sont visés par des tirs, mais les agresseurs disparaissent. Sabine Coulmier s'invite un soir chez Fab. C'est surtout de sommeil dont elle a besoin. L'enlèvement de la gamine est finalement connu de toute la ville. Fab ne croit guère à la thèse officielle du kidnappeur pervers. Il poursuit ses investigations dans les maisons closes, et auprès de la communauté maghrébine. C'est par ces derniers qu'il obtiendra les meilleures infos...

Emmanuel Errer : Gangrène (Série Noire, 1984)

Il est bon de souligner que Fab n'est pas un brave policier sans reproche injustement maltraité par la vie. Il est de la génération de ces “flics de choc” censés donner un nouvel élan à notre police, en ce temps-là. Ce retour aux sources est synonyme d'échec pour ce cow-boy désabusé. S'il mène une enquête, il cherche davantage la vérité qu'un coupable. Ambiance sombre, fatalement morose. Qui ressemble quelque peu à celle d'un autre noir suspense d'Emmanuel Errer, “Le syndrome du P.38” (Fleuve Noir, 1983). Si les intrigues y sont situées dans des villes industrielles en déclin, les histoires restent assez différentes.

La crise économique du début des années 80 sert de contexte. Les entreprises ont moins besoin de personnel, excluant en premier ces immigrés qu'elles firent venir. Cela engendre un regain de racisme affiché, déjà décomplexé. Un certain parti marginal n'attend que ça pour, les années suivantes, scander ses slogans hostiles. Côté syndicats, leur puissance est alors de plus en plus faiblissante. La solidarité ouvrière commence à s'éteindre, tandis qu'un égocentrisme forcené prend de l'essor. Depuis, c'est le “chacun pour soi” qui s'est imposé, on le sait. C'est encore en cette période qu'on attribue désormais, à défaut de meilleurs salaires, des titres ronflants aux employés : le chef du personnel est maintenant DRH, le préposé à l'entretien des machines en usine devient ingénieur en sécurité, le serveur de fast-food est assistant-manager. Ici, on n'est que dans les prémices de cette “évolution” sociétale, vers la fin du paternalisme d'entreprise. Un bon roman noir, comme celui-ci, est aussi le témoignage sur une époque.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Suspense Story
commenter cet article

commentaires

Max 03/08/2013 20:16

Bonsoir Claude,
Sans oublier Varoux, Pelot, "Typhon Gazoline" de Vautrin, pour moi moins bon que "Groom" ou "Bloody Mary", m

Claude LE NOCHER 05/08/2013 06:01

Salut Serge
Je dois avoir "La folle du roi"", mais pas "Caméra carnage".
Lucien Poirel est un héros intéressant. Flic compétent menant, à sa manière, de vraies enquêtes, tout en gardant un non-conformisme et un froid recul par rapport à ses contemporains, et dont la démission de la police apparait assez logique. Ni clone de Maigret, ni flic de choc typé de cette époque, un policier qui respecte ses propres principes. Du moins est-ce l'image générale que je conserve du personnage. Bons souvenirs de lecture, je l'avoue.
Amitiés.

Serge 31 04/08/2013 23:49

Salut Claude.
Dans Engrenages, j'aime bien aussi "Caméra carnage" de Jacques Forgeas (texte jubilatoire qui met en scène Spielberg, Lucas et Coppola) et surtout "La folle du roi" de Luc Chomarat, roman virtuose et, à ma connaissance, unique de son auteur...
Sinon, toujours à l'ombre de mon cerisier, je continue à redécouvrir les Poirel de Mazarin/Errer.
Amitiés.

Claude LE NOCHER 03/08/2013 21:08

Oui, Max, Hugues Pagan affichait une sorte d'ultra-réalisme noir, désabusé ou désespéré qui était assez réfrigérant.
On peut citer aussi dans la collection"Le p'tit Jésus" de Jeanne Folly et Pierre Job dont je garde un souvenir sympa. Tiens, encore un que j'aimerais bien relire...
Amitiés.

Max 03/08/2013 20:35

Pas trop accroché avec Pagan, mais trente ans après , je ne sais plus ce que je lui reprochais....

Claude LE NOCHER 03/08/2013 20:28

Bonsoir Max
Y a plus qu'à relire toute la collection Engrenages, ah ah ah !!!
Le gratin du "néo-polar à la française" était réuni dans cette collection. J'en rajoute un : Hugues Pagan, des romans bien noirs s'il en fut. Sans oublier la collection " Engrenages International" dirigée par un nommé François Guérif. Il y publia entre autre son chouchou, Robert Bloch.
Tiens, à propos de Robert Bloch, pourquoi pas une chronique sur lui ce dimanche ? ah, ah, ah !!!
Amitiés.

Max 03/08/2013 20:18

Bonsoir Claude,
Sans oublier Varoux, Pelot, "Typhon Gazoline" de Vautrin, pour moi moins bon que "Groom" ou "Bloody Mary", mais très bon quand même. Engrenage, une excellente collection, en effet !
Amicalement,
Max

Oncle Paul 03/08/2013 17:15

Bonjour Claude
Et ajouterais-je Pierre Siniac, évidemment, ainsi que Jean-Paul Demure, ainsi que Virginie Brac... J'arrête, je ne vais pas te donner le catalogue, et encore nous n'évoquons que les Français...
Quant à Emmanuel Errer en Série Noire, j'ai un petit faible pour l'Envol des corneilles...
Amitiés

Claude LE NOCHER 03/08/2013 17:35

Salut Paul
Comment ai-je pu oublier le génialissime Pierre Siniac ! Oui, beaucoup de titres remarquables. Dont "L'Abbé X" de Claude Ecken. J'ai rencontré une fois cet auteur. Il m'a confié que notre grand Michel Lebrun avait détesté son roman. Sans doute avait-il mal cerné l'intention de l'auteur, qui entendait réellement dénoncer la pédophilie. Quant à Emmanuel Errer, "L'envol des corneilles" fait partie de sa première époque (années 70), et reste savoureux, oui. J'avoue être moins fan de sa série de romans "un privé au soleil", même si le fonds des intrigues est sombre.
Amitiés.

Patrick 03/08/2013 10:25

Bonjour Claude..
Oupss , noté..
Je suis en train de lire " Un jour de trop " de Jean Louis Derenne chez Engrenage et c'est très bon...
Bon samedi.
Amitiés

Claude LE NOCHER 03/08/2013 10:29

Bonjour Patrick
Il y a d'excellent titres à lire ou à relire dans la collection Engrenage. En particulier, les romans d'Hervé Jaouen, ceux de Gilbert Tanugi et, bien sûr, Emmanuel Errer ou Jean Mazarin ("Creuse, ma taupe")..
Amitiés.

Action-Suspense Contact

  • : Le blog de Claude LE NOCHER
  • Le blog de Claude LE NOCHER
  • : Chaque jour des infos sur la Littérature Policière dans toute sa diversité : polar, suspense, thriller, romans noirs et d'enquête, auteurs français et étrangers. Abonnez-vous, c'est gratuit !
  • Contact

Toutes mes chroniques

Plusieurs centaines de mes chroniques sur le polar sont chez ABC Polar (mon blog annexe) http://abcpolar.over-blog.com/

Mes chroniques polars sont toujours chez Rayon Polar http://www.rayonpolar.com/

Recherchez D'autres Infos Ici

Action-Suspense via Twitter

Pour suivre l'actualité d'Action-Suspense via Twitter. Il suffit de s'abonner ici

http://twitter.com/ClaudeLeNocher  Twitter-Logo 

Libres lectures

Petit rappel : Toutes mes chroniques, résumés et commentaires, sont des créations issues de lectures intégrales des romans analysés ici, choisis librement, sans influence des éditeurs. Le seul but est de partager nos plaisirs entre lecteurs.

Abonnez-vous à Action-Suspense, pour recevoir chaque jour mes chroniques et mes infos sur l'univers du polar. Facile et gratuit !

Spécial Roland Sadaune

Roland Sadaune est romancier, peintre de talent, et un ami fidèle.

http://www.polaroland-sadaune.com/

ClaudeBySadauneClaude Le Nocher, by R.Sadaune

 http://www.polaroland-sadaune.com/