Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 octobre 2013 2 08 /10 /octobre /2013 04:55

Loupo est un braqueur actuel. Solitaire dans l'âme, même s'il opère avec son ami Kangou, sur les tuyaux de leur copain Le Chat. Loupo fréquente peu le milieu des truands, dont il sait se faire respecter, au besoin. Avec Kangou, qui pilote les motos volées à chaque coup, ils pillent les banques de Paris et de sa région. S'il est surnommé Le Flingueur, c'est parce que Loupo tire à chaque braquage pour impressionner employés et clients. Il a amassé un joli tas de fric, auquel il ne touche pas. Marié à la belle Maria, père de famille, Kangou se shoote un peu et perd pas mal de fric au jeu. Néanmoins, Loupo peut avoir une confiance totale en lui. Le Chat leur a promis un vrai gros braquage pour très bientôt, mais il faut patienter avec des coups moins fructueux.

Loupo n'est pas de ceux qui bénéficieraient de circonstances atténuantes devant la Justice. Certes, abandonné par sa mère, il connut l'orphelinat, l'Assistance Publique d’Évry, ce qui attisa certainement sa révolte intérieure. Tôt, avec quelques-uns de ses potes, Loupo s'engagea dans la délinquance, apprentissage qui n'est jamais sans conséquences. C'est ainsi qu'ils perdirent leur ami Smalto. Ce qui n'arrêta pas Loupo dans sa marche en avant, vers des braquages toujours plus juteux, autant que risqués. Le dernier en date va mal tourner. Comme toujours, Loupo tire pour affoler les gens présents dans la banque. Par accident, il touche un môme, dont il ne sait s'il est mort ou blessé. En plus, il n'y a quasiment pas de fric dans cette agence, car on les a prévenus.

Très vite, Loupo culpabilise au maximum, envisage le suicide, mais songe plutôt à se rendre après avoir laissé son pactole à Kangou. Quant à savoir qui les a balancés, volontairement ou pas, c'est le petit ami du Chat, l'Ange blond. Avant de se livrer aux flics, c'est une affaire que Loupo doit régler. Le gang qu'il a en face de lui est dangereux, mais il a des arguments-choc et pas grand chose à perdre. S'il était capable de s'attacher à la jeune Nora, sincèrement amoureuse de lui, peut-être agirait-il autrement. Même quand il a l'occasion de rencontrer la mère du môme qu'il a atteint, la culpabilité ronge Loupo. Il se sent tel un monstre. Les flics ont pisté Nora, mais Loupo parvient à s'échapper par les toits, non sans difficultés. Après avoir trouvé refuge chez Kangou et sa famille, le gros coup attendu se prépare...

Jacques-Olivier Bosco : Loupo (Éditions Jigal, 2013)

Quand une histoire est racontée par le héros, à la première personne, ça donne du rythme et ça permet des images explicites puisque personnelles : “C'est pour ça que je m'y sens chez moi, la nuit. Seulement la nuit. J'ai les sens qui guettent, qui attendent. Je me rappelle tous les coups qu'on faisait, les petits cambriolages de pavillons, les casses d'entrepôts. Parfois la nuit était glacée, mordante et agressive...”

Ce mode narratif incite le lecteur à chercher l'angle positif, même si celui qui nous parle n'est pas un saint. C'est là que Loupo ne correspond pas à cette approche. C'est un type froid, déjà “en sursis” bien avant cet épisode de sa vie. Il ne souhaite ni admiration, ni pitié. Ses moments d'apitoiement sur lui-même (“Je suis un monstre. Je le savais. Je le savais.”) ne sont pas destinés à nous émouvoir. Il n'éprouve pas de plaisir à s'enrichir par les braquages. Il a juste besoin de cette adrénaline qui afflue pendant quelques minutes, de l'excitation du casse, aussi brève soit-elle. Voilà la seule drogue de ce loup solitaire.

L'auteur fait référence à Léo Malet et André Héléna, pionniers du roman noir à la française. Il est vrai que la délinquance glissant vers la criminalité est intemporelle. La violence devient vite l'unique réponse des gens traqués. En réalité, Loupo fait parfois penser aux personnages désabusés de David Goodis, conscients qu'ils seront rattrapés par la fatalité. Ils ont connu trop de déboires pour solliciter la sympathie. Cette notion n'existe pas dans le monde des animaux, or Loupo se veut animal. Il va déranger le lecteur, ne l'ignore pas. C'est pour cette raison-là que, malgré de petites faiblesses, ce polar trouve une certaine force.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Polar_2013 Livres et auteurs
commenter cet article

commentaires

Oncle Paul 09/10/2013 17:57

Bonjour Claude
Comme tu le sais ou le devine la chronique de ce roman sera bientôt sur vos écrans comme on dit pour un film
Amitiés

Claude LE NOCHER 09/10/2013 18:15

Salut Paul
C'est un noir polar qui mérite qu'on s'en fasse l'écho, absolument ! Amitiés.

Yv 09/10/2013 17:45

Salut Claude, des faiblesses sans doute que j'ai passé assez vite pris par le rythme et l'écriture de JO Bosco. Un polar qui m'a fait très belle impression
Amitiés
Yves

Claude LE NOCHER 09/10/2013 18:19

Bonjour Yv
Je précise que mon avis n'est nullement mitigé ou négatif. J'ai juste souhaité souligner le caractère du personnage, pour que les futurs lecteurs ne soient pas trop surpris. En effet, le tempo efface les petits moments moins forts. Un bon polar noir, ni doute ni réticence de ma part.
Amitiés.

The Cannibal Lecteur 08/10/2013 19:36

Bonsoir,

Critique plus qu'intéressante, surtout que j'ai découvert les éditions Jigal depuis peu (merci, Yvan !) et que je compte bien m'encanailler avec leur catalogue !

Claude LE NOCHER 09/10/2013 16:59

Janis Otsiemi est à ma connaissance, cher Cannibal, le seul auteur de polars gabonais. Première originalité, pas vrai ? Dans la plupart de ses romans, il utilise un langage savoureux en partie basé sur des expressions locales. Deuxième originalité, non ? Enfin, tant pis pour l'exécrable jeu de mot, c'est du vrai... roman noir.
Amitiés.

The Cannibal Lecteur 09/10/2013 12:19

Bravo, Claude ! Tu as découvert l'erreur que j'avais glissée intentionnellement... on ne sent pas trop le mensonge, là ?

Mince, j'avais bu, moi ??

Ostiemi, c'est les hamacs de carton ? De chez Jigal, j'ai acheté l'autel des naufragés et tortgas bank (en occase).

J'ai bien l'intention de les autopsier, les livres de cette maison d'éditions ! Et merci pour les conseils et encore bravo pour l'erreur détectée... :roll:

Claude LE NOCHER 08/10/2013 20:01

Bonsoir Cannibal
A titre strictement perso, je conseille en premier Janis Otsiemi, chez Jigal. Ce qui n'empêche nullement de lire Jacques-Olivier Bosco, André Fortin, Marice Gouiran Gilles del Pappas, et bien d'autres auteurs choisis par cet éditeur. Un catalogue fort intéressant, pas de doute.
Amitiés
(sur le menu de ton site, en 2.2., c'est plutôt Fabienne Ferrère qu'Isabelle)

Action-Suspense Contact

  • : Le blog de Claude LE NOCHER
  • Le blog de Claude LE NOCHER
  • : Chaque jour des infos sur la Littérature Policière dans toute sa diversité : polar, suspense, thriller, romans noirs et d'enquête, auteurs français et étrangers. Abonnez-vous, c'est gratuit !
  • Contact

Toutes mes chroniques

Plusieurs centaines de mes chroniques sur le polar sont chez ABC Polar (mon blog annexe) http://abcpolar.over-blog.com/

Mes chroniques polars sont toujours chez Rayon Polar http://www.rayonpolar.com/

Recherchez D'autres Infos Ici

Action-Suspense via Twitter

Pour suivre l'actualité d'Action-Suspense via Twitter. Il suffit de s'abonner ici

http://twitter.com/ClaudeLeNocher  Twitter-Logo 

Libres lectures

Petit rappel : Toutes mes chroniques, résumés et commentaires, sont des créations issues de lectures intégrales des romans analysés ici, choisis librement, sans influence des éditeurs. Le seul but est de partager nos plaisirs entre lecteurs.

Abonnez-vous à Action-Suspense, pour recevoir chaque jour mes chroniques et mes infos sur l'univers du polar. Facile et gratuit !

Spécial Roland Sadaune

Roland Sadaune est romancier, peintre de talent, et un ami fidèle.

http://www.polaroland-sadaune.com/

ClaudeBySadauneClaude Le Nocher, by R.Sadaune

 http://www.polaroland-sadaune.com/