Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 novembre 2016 2 15 /11 /novembre /2016 10:52

Un rendez-vous télé à ne pas manquer, vendredi 18 novembre sur ARTE :

l'adaptation du roman de Marin Ledun "Les visages écrasés"

avec Isabelle Adjani dans le rôle principal.

Cliquez sur le lien ci-dessus pour lire ma chronique autour de ce téléfilm.

Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Infos et évènements
commenter cet article
14 novembre 2016 1 14 /11 /novembre /2016 07:36

Trois collégiens : Frederik et Katrine sont frère et sœur, Jesper est leur meilleur ami. En ce début décembre, ils sont en proie à des cauchemars angoissants autour du Noël qui approche. Ces signes inquiétants, ce n’est pourtant pas leur chat Aslan qui les provoquent. Non, ils reçoivent la visite nocturne du lutin Aruld et de son renne Rudalf. Car cet assistant du Père Noël a un urgent besoin d’aide. Rien ne va plus dans l’Atelier, où l’on confectionne les cadeaux destinés aux enfants. Il y a peu, le gourmand Père Noël a dévoré des biscuits au gingembre, ce qui lui causa des hallucinations. Puis il fut éliminé par un personnage à capuche, sombre silhouette malfaisante dans cet univers dédié au bonheur. Avec lui, une troupe de Kallikantzaros, des monstres l’aidant à mettre en œuvre son plan diabolique.

Le lutin Aruld a été témoin de cette prise de pouvoir par Krampus, qui accomplit là une criminelle vengeance contre le Père Noël et son entourage. Son projet néfaste ne concerne pas seulement l’Atelier, mais le monde entier. D’ailleurs, dès le 6 décembre, des accidents graves se multiplient à travers la planète. Certains enfants commencent à avoir d’étranges comportements. Selon Aruld, il n’est peut-être pas trop tard pour réagir, afin de contrecarrer cette force obscure et destructrice. Malgré tout, rejoindre les installations du Père Noël n’est pas une sinécure. Sur place, règne une ambiance glaçante, quand Aruld, Frederik, Katrine et Jesper retrouvent l’Atelier déserté. Même s’il peuplé de rêves agités, leur repos d’une nuit n’est pas inutile avant d’affronter la suite.

La situation est carrément dramatique pour les lutins. Certains sont devenus les esclaves du meurtrier et des Kallikantzaros. D’autres gisent dans la cour, avant qu’interviennent des oiseaux prédateurs. Bien que possédant quelques atouts magiques, Aruld et ses jeunes amis sont bien vite repérés par les nouveaux maîtres des lieux. Si on les maintient au cachot jusqu’aux fêtes de Noël, une avalanche de crimes sanglants risque d’être commis bientôt. Empêcher ça ? Le petit groupe n’entrevoit guère de solutions. D’autant que si Aruld et les garçons réussissent à s’enfuir, Katerine est encore prisonnière de Krampus, l’instigateur de cette affaire. Certes, elle résiste autant qu’elle le peut, mais le supplice imposé par le meurtrier pourrait bien la faire craquer.

Aruld, Jesper et Frederik ont trouvé refuge au palais du roi Frost. Ce qui signifie, même si le roi est accueillant, qu’ils ont frôlé de très près la mort. Retrouver un vieux grimoire dans les archives du Père Noël suffirait-il à lui redonner vie ? Tandis que le 21 décembre, la morosité générale a envahi la Terre, le lutin et ses amis vont encore être confrontés à des dangers pour tenter de résoudre ce terrible problème…

Kenneth B.Andersen : Le Père Noël assassiné (PKJ Pocket Jeunesse, 2016)

Plus personne ne croit en Noël. Tout le monde a oublié ce qu’est Noël : la bonté humaine. Et s’il ne se trouve plus personne pour y croire, comment pourrait-elle subsister ? […]
— On doit bien pouvoir faire quelque chose. Il doit bien rester un espoir. Et je suis sûr que vous le savez, sans quoi vous n’auriez pas pris la peine de nous sauver. Vous nous auriez laissé mourir. Cela n’aurait rien changé. Pourtant, vous avez changé le cours naturel des choses, et je suis persuadé qu’il n’a pas encore remporté la partie. Il y a encore de la bonté dans ce monde...

Une histoire de Père Noël, dans un roman destiné aux ados, c’est de saison. Sauver la trêve de tranquillité et de joie des fêtes de fin d’années, une bien belle mission pour les jeunes héros. Certes, nous sommes au cœur de la mythologie issue, nous rappelle-t-on, de la légende de Saint-Nicolas, revue et corrigée par une marque de soda. Bien sûr, c’est dans les locaux du Père Noël que se jouent les moments cruciaux. Néanmoins, il ne s’agit pas ici d’un roman gentillet, avec des méchants-pour-rire et de gentils-enfants-intrépides. On est davantage dans un conte cruel, teinté d’une bonne dose de Fantastique.

Entre la possibilité de se rendre invisible, de réduire sa taille ou de grandir à volonté, et une poudre à modifier le temps qui passe, pour ne citer que ces exemples, la magie fait partie du contexte positif. Toutefois, le récit comporte des épisodes beaucoup plus noirs, des menaces extrêmement inquiétantes. Tout comme le Diable, qui était un ange déchu, le responsable de la situation dramatique est un être sans pitié. On espère que Katrine, Aruld, Jesper et Frederik parviendront à remettre les choses en bon ordre. Mais rien ne l’assure, face à un tel ennemi. Après tout, dans la vraie vie, les problèmes ne se résolvent pas toujours aisément. Un suspense percutant pour jeunes lecteurs !

Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Polar_2016 Livres et auteurs
commenter cet article
13 novembre 2016 7 13 /11 /novembre /2016 06:01

De New York jusqu’à Salzbourg, deux suspenses très différents, désormais disponibles en format poche.

 

Robert Pobi : Les innocents (Éd.Points, 2016)

À trente-sept ans, Alexandra Hemingway est policière à New York depuis dix ans, dont les sept dernières années à la Criminelle. Grande et sportive, elle pratique le kayak sur l'East River. Elle conduit son Suburban, un gros SUV, dans la circulation citadine. Elle s'est un peu éloignée de ses parents, mais garde contact avec sœur Amy, son frère Graham, et son oncle avocat Dwight. Elle vit avec Daniel, et vient d'apprendre qu'elle était enceinte de six semaines. Alexandra est une flic de choc, aux réflexes rapides et dure au mal. Suite au décès de son compagnon flic, l'affaire Decker entraîna des séquelles physiques pour elle. Se confier à la tombe du défunt policier participe à une sorte de psychothérapie. Son partenaire à la Criminelle, c'est Jon Phelps, père de famille bien plus âgé qu'elle. Bien que corpulent, Phelps est toujours vif quand il s'agit de réagir.

Des élèves de milieux fortunés âgés de dix ans, repérables dans leurs uniformes scolaires, sont kidnappés non loin de leurs écoles. Le cadavre du petit Tyler est retrouvé dans la rivière, deux heures après sa disparition, les pieds sectionnés. Puis, dans le cas de Bobby, on a égorgé son chauffeur qui l'attendait, avant de mutiler l'enfant à son tour. Les deux jeunes victimes étaient vivantes quand on les a amputées. Un suspect apparaît bientôt dans les fichiers de la police. Âgé de cinquante-six ans, Trevor Deacon fut inquiété trois décennies plus tôt pour pédophilie, mais peu poursuivi. Depuis qu'existe Internet, c'est si facile de trouver des mômes pour ces prédateurs. Débarquent dans le miteux logement de Deacon, les policiers y trouvent son cadavre découpé, depuis peu. Dans son congélateur, soixante-quinze pieds d'enfants, qui seront assez vite identifiés.

Après Bobby, retrouvé aussi dans l'East River, c'est le petit Nigel qui est victime du tueur. Tous trois ont été conçus par insémination à la clinique Park Avenue. Brayton, le médecin qui s'en chargea, a disparu depuis des États-Unis. Alexandra se heurte à l'hostilité de la féroce directrice, mais la policière fonceuse n'a pas peur d'elle. L'actuel médecin de la clinique se montre plus coopératif, parce qu'il sait que sa carrière est fichue. En fait, il sera bientôt éliminé. Probablement parce qu'il en savait trop. La mort du médecin permet à la police d'exiger l'accès à tous les dossiers des familles concernées. La plupart de ces parents ont des comportements spéciaux, aux yeux des enquêteurs. Alexandra fait appel à son oncle avocat afin d'explorer une autre piste, grâce au dealer de Deacon. L'équipe d'Alexandra intervient à bord du ferry sur l'Hudson, retrouvant encore une victime du même âge. Le tueur continue à s'attaquer à d'autres garçons, y compris lors d'une compétition sportive scolaire…

New York est la métropole idéale pour situer une intrigue à suspense, quantité d'œuvres de fiction l'ont déjà démontré. Entre Central Park et l'East River, l'Upper East Side est le quartier le plus rupin de Manhattan. Population fortunée et classieuse, écoles huppées que fréquentent les heureux rejetons des meilleurs milieux. C'est dans ce décor peu anxiogène que l'auteur situe cette suite criminelle. Bien qu'on ne badine pas avec la sécurité dans ce secteur, une tension certaine va en gâter l'ambiance. D'autant que les médias racoleurs ne se privent pas d'alimenter l'inquiétude, quels que soient les efforts de la police.

Au centre de l'affaire, une policière baroudeuse et son compère enjoué. Ils connaissent les statistiques sur ce sujet ultra-sensible : “Six mille cinq cents enfants disparaissent à Manhattan et dans les environs proches chaque année : quatre-vint-dix-sept pour cent de ces disparitions sont des fugues ; environ cent cinquante cas s'avèrent être des enlèvements commis par des parents qui n'ont pas la garde de ces enfants ou par des membres de la famille ; une quinzaine enfin disparaissent de la planète sans laisser la moindre trace.” Face à un tueur agissant vite, les flics se doivent d'être aussi réactifs. Non seulement l'auteur utilise les meilleurs ingrédients du thriller, mais il nous captive de la première à la dernière page. Parce que les victimes sont, pour l'essentiel, des enfants de dix ans brillants, surdoués ? Du fait que l'enquêtrice et ses collègues ne ménagent pas leur peine ? Parce l'assassin apparaît d'une grande perversité ? Oui, et pour beaucoup d'autres raisons. Un suspense enthousiasmant, absolument réussi.

Polars en poche, Robert Pobi (Points) et Ursula Poznanski (Pocket)

Ursula Poznanski : Tout un poème (Éd.Pocket, 2016)

Beatrice Kaspary est policière à la Brigade criminelle de Salzbourg, en Autriche. Âgée de trente-six ans, mère de deux enfants, Jakob et Mina, elle est divorcée d'Achim. À cause de son métier, Bea apparaît moins proche que son ex-mari de leurs enfants. Peu appréciée par son supérieur Hoffmann, Bea peut compter sur son partenaire Florin Wenninger, sur leur expert en informatique Stefan, et d'autres collègues. Des campeurs en promenade ont découvert les cadavres d'un couple dans une forêt de la région salzbourgeoise. La fille a été étranglée, tandis que l'homme a été abattu par balle. Pas de viol, mais tous les deux portent des traces d'ecchymoses, et des signes qu'ils ont été ligotés.

On ne tarde pas à identifier l'homme, un étudiant nommé Gerald Pallauf, très actif sur les réseaux sociaux d'Internet. Il hébergeait depuis peu une certaine Sarah, venue d'Allemagne, sans doute pas vraiment une amie intime. Ce type inoffensif n'aurait pas acheté clandestinement l'arme volée qui l'a tué. En effet, la version officielle serait qu'il a étranglé cette Sarah avant de se supprimer. Trop incohérent, estime Bea. Le médecin légiste confirme : “La victime masculine était de faible constitution. Pas du tout entraînée. S'il y avait eu lutte entre les deux, la femme aurait eu le dessus”. La police identifie la seconde victime, Sarah Beckendahl, originaire de Hanovre. Un informateur anonyme fixe rendez-vous aux policiers, mais ne se présente pas finalement. C'est sur une toute autre piste que se lance Bea.

Gerald Pallauf et Sarah Beckendahl faisaient partie de “Vive la poésie”, groupe d'échange littéraire sur Internet. Bea créée un faux compte Facebook et s'inscrit pour participer à ce groupe. Quand le corps de Rajko Dulović est retrouvé dans la rivière Salzach, la policière est convaincue qu'il s'agit de leur informateur. Il n'avait pas de rapport avec la poésie. Bea suit les réactions du groupe à l'annonce de la mort de Gerald et Sarah. Avec Florin, elle se rend chez Helen Crontaler, créatrice de “Vive la poésie”, dame condescendante appartenant à un milieu aisé et intellectuel. Bea essaie d'amadouer certaines personnes. En particulier Ira Sagmeister, dont elle discerne le caractère secret. Si un meurtrier se cache au sein du groupe, il risque d'y avoir de nouvelles victimes…

Quelques titres d'Ursula Poznanski sont disponibles en français : “Sous haute dépendance” (Bayard Jeunesse), et dans la série dont Beatrice Kaspary est l'héroïne : “Cinq” (Presses de la Cité, Sang d'Encre) réédité chez Pocket sous le titre “Ça ressemble à un jeu”. Chacun connaît sans doute les "forums" dédiés à une thématique, rassemblant des passionnés. En règle générale, les rencontres sont assez rares ou fugaces dans la vraie vie entre membres d'un forum. Peu de contacts, mais néanmoins un plaisir en commun. On peut imaginer aussi que certains les utilisent à des fins plus nébuleuses.

C'est sans précipitation qu'Ursula Poznanski installe la part criminelle de son récit. Certes, il y a rapidement trois meurtres. Mais elle prend soin de dessiner les personnages (Florin contrarié vis-à-vis de sa petite amie Anneke, la vie de famille de Bea s'étiolant…) dans un début classique d'enquête, avec interrogatoire de témoins. Il faut un peu de temps à la policière pour "intégrer" le groupe “Vive la poésie”, et surtout pour comprendre les liens possibles entre plusieurs contributeurs. Ce tempo est bien celui qui convient dans le cas présent. À partir du meurtre suivant, le dernier tiers de l'histoire nous éclaire sur l'origine des faits. Un suspense maîtrisé et de bon niveau.

Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Polar_2016 Livres et auteurs
commenter cet article
12 novembre 2016 6 12 /11 /novembre /2016 05:59
Lamballe : 20 ans du festival Noir sur la Ville, 19-20 novembre 2016

Les vendredi 18, samedi 19 et dimanche 20 novembre 2016, le festival Noir sur la Ville fête son 20e anniversaire à Lamballe (Côtes d’Armor, 22). Débats, animations, expos, c’est chaque année une occasion privilégiée pour rencontrer les auteurs de romans noirs, de polars et de romans-jeunesse.

Les auteurs annoncés le week-end à la Salle municipale de Lamballe : Franck Thilliez, Hervé Commère, Franck Bouysse, Caryl Férey, Hervé Le Corre, Thomas Bronnec, Stuart Neville, Sophie Hénaff, Sophie Loubière, Olivier Truc, Morgan Audic, Tim Willocks, Jérôme Leroy, Alain Emery, Elena Piacentini, Anne-Céline Dartevel, Mouloud Akkouche, Gérard Alle, Pascal Millet, Isabelle Micaleff, Pascale Dietrich, Jean-Bernard Pouy, Patrick Raynal, Marc Villard, Jean-Hugues Oppel, Manon Fargetton, Sandra Martineau, Colin Niel, Jean-Paul Nozière, Patrick Pécherot, Benoît Séverac, Benjamin Legrand, Christian Roux, Sylvie Deshors, Marion Brunet, Jean-Noël Levavasseur, Ian Manook, Patrick Delperdange, Mickaël Mention, Pascale Fonteneau, Olivier Thomas, Luc Jacamon, Hervé Boivin, Patrick Bard, Denis Flageul, Jean-Christophe Tixier, François Guérif et Claude Mesplède. (Olivier Truc ne sera présent que le samedi, Hervé Le Corre partira le dimanche à 15h, Patrick Delperdange et Claude Mesplède partiront dimanche à 16 heures).

La plupart des auteurs présents à Lamballe ont été l’objet d’articles chez Action-Suspense. Pour les noms figurant ci-dessus en BLEU, il suffit de cliquer sur le lien pour lire ma chronique sur un de leurs romans.

Lamballe : 20 ans du festival Noir sur la Ville, 19-20 novembre 2016
Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Infos et évènements
commenter cet article
11 novembre 2016 5 11 /11 /novembre /2016 06:10

La marquise italienne Luisa Casati s’installe en cet automne 1908 à Paris. C’est l’hôtel Ritz, place Vendôme, qui a l’honneur de la recevoir, avec toute sa ménagerie et son personnel exotiques. Épouse de Camillo Casati, un noble oisif qui mène sa vie de son côté, Luisa est l’héritière d’une très grosse fortune. Ce qui explique que ses excentricités soient excusées par la direction du Ritz. D’autant qu’elle compte bon nombre de célébrités parmi ses amis. Néanmoins, c’est un remue-ménage permanent autour d’elle : la virevoltante marquise ne fait rien pour passer inaperçue, que ce soit chez les joailliers, chez le couturier Paul Poiret, dans les soirées mondaines où elle ne craint pas de s’inviter, dans les banques et tous autres endroits où il est de bon ton de la trouver. Partout, elle joue son personnage.

Dès son arrivée, la marquise Casati croise le policier Justin Galuchard. Avec son parapluie, son chapeau melon et sa redingote vert olive, il correspond au portrait des limiers du Quai des Orfèvres de son temps. Il s’est donné pour mission d’appréhender Alfred Lupin, un des plus célèbres gentlemen cambrioleurs de France, un parent d’Arsène. Galuchard et Luisa se rencontrent d’abord dans les caves du Ritz, mais c’est bientôt sur le toit de l’hôtel que va être découvert un cadavre. Il semble s’agir du scientifique Artemus Gallardon, un client de cet établissement. Sauf que le Professeur est bien vivant dans sa chambre. Fine mouche, l’Italienne a déjà compris que c’était en réalité le fameux Alfred. Celui-ci avait un projet très singulier avec Gallardon. La marquise et le cambrioleur enquêtent ensemble dans le milieu de la fonderie d’art, et font la connaissance d’un vieil ouvrier mal embouché.

Si chacun va son chemin, la marquise est convaincue qu’Alfred commettra un vol au cours d’une soirée de fête chez le comte et la comtesse de Melleroy. Dangereux quand même, car le policier Galuchard est présent sur les lieux. Néanmoins, le coffre de l’aristocrate est bel et bien délesté de son contenu. Un tour de passe-passe qui n’est peut-être pas l’œuvre d’Alfred. D’ailleurs, Galuchard retrouve le butin pas si loin. Pourtant, le cambrioleur a mis la main sur autre chose de plus grande valeur, chez les Melleroy… Qui a donc volé un collier produit par les joailliers Van Cleef & Arpels ? La marquise ou bien "son double", en la personne du facétieux Alfred ? L’Italienne est disculpée, possédant un bon alibi. Mais tous deux ne sont-ils pas complices, d’une certaine façon ?

La marquise Luisa Casati et Alfred Lupin sont appelés à se côtoyer encore quelques fois, entre les Galeries Lafayette et la banque du Crédit Foncier. Autant pour tirer profit de situations énigmatiques (du côté d’Alfred) que pour résoudre des cas nébuleux (en ce qui concerne l’Italienne). Quant à Galuchard, il fera ce qu’il pourra, on ne lui en demande pas davantage…

Frédéric Lenormand : Madame la Marquise et les gentlemen cambrioleurs (City Éd., 2016)

Quelque chose la tarabustait : qui avait tenté de renverser le fondeur avec une automobile ? Ce n’était pas un ordre de Lupin, il ne se serait pas précipité pour le sauver. Et qui avait tué Gallardon ? Sûrement pas Lupin non plus, il n’en retirait nul bénéfice, en tout cas il ne l’aurait pas tué sur le lieu même de leur cambriolage. Elle voulait bien le croire quand il disait qu’il existait dans cette affaire un troisième larron dont ils ignoraient tout. Un homme dangereux, tout proche d’elle. Luisa frémit et caressa l’échine de son guépard…

Le début du 20e siècle fut riche en personnalités excentriques, qui animèrent les milieux artistiques et festifs du Paris de la Belle Époque. Certes, on parle ici des cercles fortunés au centre des mondanités d’alors, dilapidant sans compter, jouant les mécènes, se ruinant quelquefois. Luisa Casati (1881-1957) a bien existé, figurant parmi cette caste aisée de la société. Elle fut la muse de nombreux artistes de son temps, du poète Gabriele d’Annunzio au portraitiste Giovanni Boldini, en passant par la sculptrice Catherine Barjansky, Man Ray et quantité d’autres. Frédéric Lenormand reprend pour cette fiction certaines des images qu’elle a laissées, et les traits de caractère qu’on connaît d’elle. Elle s’environna d’animaux et finit sans le sou à Londres, comme le montre ce roman.

Par contre, concernant le gentleman cambrioleur, l’auteur ne vise pas de rester fidèle à la mythologie d’Arsène Lupin. C’est pourquoi il ne s’agit pas de lui, mais d’un prénommé Alfred. Si, tel son homologue, il se grime à volonté et ne redoute nullement la police, il sert surtout de faire-valoir à la fantasque marquise italienne. Les écrivains populaires d’alors (Maurice Leblanc, Gaston Leroux, Souvestre et Allain…) nous ont donné à penser que tout était possible à cette époque, même les scènes les scènes les plus incroyables, n’est-ce pas ? C’est donc ce que, à son tour, nous propose Frédéric Lenormand. Il utilise une tonalité pleine de légèreté, qui est la bienvenue. Voilà un roman policier sympathique et distrayant à souhaits.

Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Polar_2016 Livres et auteurs
commenter cet article
10 novembre 2016 4 10 /11 /novembre /2016 05:59

Âgé d’une trentaine d’année, Antoine Revin est veilleur de nuit dans un foyer social de la région de Limoges. On y héberge des ados en difficulté sociale ou psychologique. Maîtrisant sans trop de problème la situation, Antoine apprécie ce métier. N’étant pas éducateur, il n’a pas à s’intéresser au cas des pensionnaires. Pourtant, il discute souvent au milieu de la nuit avec la jeune Ouria. Parfois, il calme le petit Aymeric qui cauchemarde, croyant voir un moine templier. Une nuit, il suit une émission de télé sur l’affaire Firnbacher : un jeune condamné est en prison depuis des années, accusé d’avoir tué et mutilé un enfant. Le portrait-robot d’un vague suspect jamais identifié frappe Antoine. Il connaît l’homme, lié à un épisode douloureux de sa propre vie.

Antoine avait huit ans. Il adorait plonger dans la Vézère, en aval du barrage de Treignac. Malgré les crues de la rivière, il ne craignait pas les risques. Ce jour-là, il fut heurté par un tronc d’arbre, et faillit mourir. Un inconnu se trouvant sur la rive le sauva des eaux. Ce blond barbu aux yeux bleus soigna ses multiples plaies, non sans lui faire un peu mal pour qu’il retienne la leçon, avant que l’enfant ne soit hospitalisé. Le corps d’Antoine est encore strié des cicatrices causées en cette occasion. Conscient que son témoignage sur le suspect du portrait-robot peut relancer l’affaire Firnbacher, Antoine s’adresse à un ami journaliste, qui le met en contact avec Teddy Romero, expert en tueurs pervers.

Romero et sa collaboratrice Mina, médium, interrogent en détail Antoine sous hypnose. Les faits sont proches de ceux du dossier Firnbacher. La méthode correspond à celle du découpeur, qui a seize victimes à son actif. Avec une notable différence tout de même, c’est qu’Antoine est vivant et que c’est ce découpeur qui l’a sauvé et soigné. Une révision du procès apparaît possible. Au foyer, une nuit suivante, le jeune frimeur Gaétan cause des troubles qu’Antoine parvient à réprimer avec l’aide d’Ouria. Après l’incident, un éducateur lui rappelle qu’il n’a pas à s’improviser psy. Un peu plus tard, Antoine soupçonne une présence suspecte autour du foyer…

Éric Maneval : Retour à la nuit (Éd.10-18, 2016)

— Antoine, nous avons étudié le dossier médical de votre hospitalisation. Nous n’avons hélas pu rencontrer aucun témoin direct de votre séjour, et ce qui apparaît c’est qu’il vous a sauvé la vie. Certes, il vous a découpé, mais d’après le rapport vous aviez de nombreux résidus de bois dans le corps. Vous avez survécu à de graves infections. Il n’est pas chirurgien, il a fait ce qu’il a pu avec ce qu’il avait. Il se peut également qu’il ait pris du plaisir à ça. Il se peut même que cet évènement ait déclenché chez lui quelque chose de profondément pathologique qu’il aura reproduit plus tard. Mais ce qui est certain, Antoine, c’est qu’il vous a soigné. Il ne vous a sadiquement fait aucun mal.

Cette intrigue noire et psychologique s’avère plus interrogative qu’oppressante, ce qui constitue un bel atout. Inutile de surcharger la tension quand l’histoire est bien pensée. Et la forme assez courte permet au récit de garder une réelle densité. Sans doute, mais ce n’est pas un reproche, l’auteur aurait-il pu s’attarder sur la relativité des témoignages. Apporter une version disculpant l’accusé dans une révision de procès, ce n’est pas anodin. Et puis, le héros n’occulte-t-il pas une part d’enfance dans son récit ? On laisse au lecteur le soin de se poser lui-même les questions.

Pour les sceptiques à ce sujet, l’hypnose est traitée de manière intéressante, puisqu’elle va jusqu’à la transmission de pensée. Quant à la psycho des ados, on voit ici que certains éducateurs sociaux en ont une vision trop schématique. Prendre du recul, éviter l’affectif, c’est d’accord. Mais ces jeunes ont aussi un instinct, une sensibilité du vécu, qu’Antoine perçoit mieux que ses collègues. Un suspense qui se base sur de tels personnages, êtres humains donc imparfaits, ne peut que séduire !

Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Polar_2016 Livres et auteurs
commenter cet article
9 novembre 2016 3 09 /11 /novembre /2016 07:48

C’est à Montmartre que se situe l’univers du commissaire Léon. C’est là qu’il habite, avec sa envahissante mère Ginette. Plus Belge qu’elle, ça n’existe pas. Plus intrusive dans la vie de son fiston Léon, c’est pas imaginable. Il y a aussi le chien du commissaire, Babelutte. À peu près inutile, car sans le moindre flair. Toujours prêt à fuguer, dès que ses instincts sexuels se réveillent. Le QG de Léon, c’est Le Colibri, le bistrot de Jeannot (pas loin du Lux Bar, cher au regretté Bernard Dimey). La fine fleur de la faune montmartroise y est ancrée quasiment du matin au soir. Il paraît même qu’on y croise parfois des auteurs de polars, Thierry C. ou Mouloud A. Et puis, il y a le commissariat où Léon tricote en cachette de ses adjoints, pour s’empêcher de fumer. Nina Tchitchi, Pinchon et Bornéo, voilà une équipe de policiers hors norme qui s’active, même si leurs résultats peuvent laisser sceptique.

Le commissaire Léon part enfin en vacances, et même en croisière. Pas aux antipodes, sur un paquebot luxueux. Tout en restant aux portes de Paris, Léon et Babelutte vont naviguer sur le Canal de l’Ourcq. Un voyage bucolique et solitaire pour le commissaire, qui n’a pas embarqué sa mère Ginette et qui évitera de trop répondre au téléphone, si possible. Sauf que Léon découvre du côté de Sevran le cadavre d’une jeune rousse de dix-huit ans, complètement défigurée, attachée à une échelle sous l’eau, près de la rive. Si elle n’a pas été violée, elle a le lobe d’une oreille arraché. Léon appelle Nina, Bornéo et Pinchon à la rescousse, pour mener l’enquête tandis qu’il poursuit sa croisière sur l’Ourcq. Dans un coin de forêt, il découvre une maison lugubre, habitée par la petite Aurélie, qui ne parle pas, et par sa grand-mère impotente, à l’allure de vieille sorcière digne des contes d’antan.

Bien que Léon l’ignore, la fillette Aurélie est sacrément perturbée par l’image fantôme de sa mère disparue, qui s’adresse à elle dans sa tête. S’il est vrai que rôde un être pervers, la gamine pourrait être séquestrée dans la cale d’un bateau à l’abandon. Encore qu’elle soit capable de se sortir, momentanément, de ce mauvais pas. Un peu plus loin, dans les bois de Claye, c’est le cadavre d’un jeune pendu qui est à son tour retrouvé, le visage arraché comme pour la rousse. Rebelote pour l’équipe du commissariat. Léon rencontre alors Minouche et surtout son frère Bilou, drôle de bonhomme. Suspect, ce cantonnier de Villeparisis obsédé par les nains de jardin est longuement interrogé par les limiers-adjoints de Léon. Plus sûrement le profil d’un chtarbé que d’un criminel, le Bilou : en le cuisinant à point, peut-être livrera-t-il malgré tout un ou deux détails intéressants ?

Dans le même secteur géographique, une infirmière assez moche a été agressée par un type tout juste évadé de prison. En soupçonnant ce nommé Bullit, les enquêteurs sont-ils enfin sur la piste du tueur ? Rien n’est moins certain, mais en voilà un autre capable de fournir des indices. Tout en poursuivant son périple pas si paisible sur le canal, Léon va s’occuper de la petite Aurélie, tout en n’oubliant pas qu’un tueur reste dans l’ombre…

Nadine Monfils : Le silence des canaux (Pocket, 2016)

…Et s’il était entré dans la police, les histoires de sa grand-mère y étaient pour quelque chose. Elle lui avait donné le goût de l’intrigue et une fascination pour l’inexplicable. Pour lui, un criminel était une énigme.
La nature lui faisait du bien. Elle lui redonnait la force dont il avait besoin. Toutes ces nuits, il les avait passées à reconstituer les crimes. Il s’était mis tour à tour dans la peau des victimes et dans celle de l’assassin. Être flic, c’est comme être comédien ou écrivain. C’est se mettre dans la peau des autres pour ressentir et chercher à comprendre. Et le grand danger, c’est la compassion. Tant pour les bourreaux que pour les victimes. C’est là qu’on risque de basculer. De se prendre pour Dieu.

Inutile de préciser que “Le silence des canaux” est un jeu de mot en référence au roman de Thomas Harris “Le silence des agneaux”, mettant en vedette le célèbre Hannibal Lecter. Toutefois, ce sont plutôt des allusions à Georges Simenon et à son œuvre qu’il faut voir dans le présent roman. À bord de la péniche l’Ostrogoth, le créateur de Maigret navigua sur les canaux à travers la France vers 1930. De “La maison du canal” au “L’Écluse n°1”, en passant par “Le charretier de la Providence”, “Chez les Flamands” ou “Le baron de l’écluse”, canaux et cours d’eau lui servirent bien des fois de décors. Ici, le commissaire Léon embarque sur une péniche nommée “Le bateau d’Émile”, une nouvelle de Simenon. Il sera encore question d’un château de Saint-Fiacre, bien que celui de Maigret se situe dans l’Allier, alors que nous restons sur le Canal de l’Ourcq à quelques encablures de Paris.

Dans ses romans pleins d’inventivité, Nadine Monfils nous offre un feu d’artifice coloré de fantaisie, d’humour débridé, de caricatures réussies. Néanmoins, jamais elle n’omet que la "comédie policière" se base obligatoirement sur une intrigue criminelle, si possible forte. La noirceur qu’elle décrit est héritée des contes d’autrefois qui, s’ils sont édulcorés pour les enfants, étaient d’une férocité cruelle. Le crime n’épargne pas les petites filles, c’est un des thèmes souvent exploités par cette auteure. Le surnaturel ou l’ésotérisme ne suffisent pas toujours à les sauver des griffes d’obsédés martyrisant leurs victimes (et les ours en peluche), quel que soit le rôle joué par une sorcière dans l’histoire. Une drôle d’alchimie entre noirs mystères et francs sourires, voilà ce qui rend vraiment agréable la lecture des suspenses originaux de Nadine Monfils.

Repost 0
8 novembre 2016 2 08 /11 /novembre /2016 06:05

L’Histoire du monde ayant connu une grande quantité d’épisodes sanglants, il est légitime que se publient un certain nombre d’ouvrages sur "les grands criminels à travers les âges" devenus sombrement célèbres. On pensera en priorité à des personnages tels que Landru (1869-1922) ou Charles Manson (né en 1934). Ceux-là sont typiques. Soit par une allure insignifiante de petit-bourgeois, escroc sans envergure mais méticuleux, qui fit s’envoler en fumée les cadavres de ses victimes féminines. Soit par un aspect de gourou halluciné, à la tête d’une famille hippie qu’il incite à commettre des crimes spectaculaires. Même coupables de séries meurtrières, ça reste des individus ayant agi par intérêt, par plaisir sadique personnels, ou par opportunité. Le cas de Mme Voisin, empoisonneuse en série au temps du Roi-Soleil, est plus machiavélique. Le pape Alexandre Borgia n’a pas laissé une bonne réputation en matière de poison ni de mœurs, non plus.

Depuis les empereurs Caligula et Néron, monstrueux héros de l’Antiquité romaine, le crime de masse est lié à un pouvoir despotique. Dans les Carpates, chacun à leur époque, Vlad l’Empaleur (qu’on peut aussi appeler Dracula) ou Élisabeth Báthory usent et abusent de leur puissance locale pour torturer et tuer. En France, dans les années 1400, il en est de même pour Gilles de Rais, cruel seigneur de l’Ouest qui martyrise des enfants. Il suffit de posséder une parcelle de pouvoir pour passer à un stade supérieur dans l’atrocité. Ce fut le cas de Reinhard Heydrich, ce pur aryen abattu en Bohème-Moravie le 27 mai 1942, qui était un des principaux théoriciens du nazisme. S’il ne participa nullement à des meurtres, il élabora la répression visant à anéantir les Juifs et les populations d’Europe de l’Est. On peut rester relativement dans l’ombre et n’être pas moins un sanguinaire.

Peut-être se souvient-on moins encore du nom de Nikolaï Iejov. Né en 1895, peu éduqué, il se met tôt au service de la révolution bolchevique, dont il devient vite un apparatchik doté d’un large pouvoir. À l’heure où Staline domine la Russie, ce débraillé alcoolique de Iejov, pervers sexuel et sadique par nature, est un partisan de la plus ferme répression : n’y a-t-il pas partout dans le pays des ennemis du régime ? Et tant pis si, admet Iejov, “il est inévitable qu’un certain nombre d’innocents soient liquidés… Mille fusillés de trop, pas la peine d’en faire un plat.” Chef du NKVD, la police politique, il est l’artisan des Grandes Purges, de 1936 à 1938. À l’apogée de sa carrière, il n’est pas rare qu’il soit présent lors des exécutions d’anciens amis martyrisés par ses services. Bien que Iejov sente venir sa disgrâce, les rouages staliniens ont été trop bien huilés par lui-même pour y échapper.

Les figures du Mal (Éd.Perrin-Sonatine Éd., 2016)

Si l’on n’a pas lu “La fête au Bouc” (2002, Gallimard) de Mario Vargas Llosa, on ne connaît pas forcément le dictateur Rafael Leónidas Trujillo (1891-1961) qui dirigea Saint-Domingue d’une main de fer pendant trente ans. Quand les Américains occupent l’île, à partir de 1916, Trujillo s’affirme comme leur plus zélé supplétif, le plus violent. Lorsque les États-Unis installent un semblant de démocratie, sa position dans l’armée lui permet de conquérir bientôt le sommet. Non seulement c’est un despote d’une cruauté sans limite, sûr de son destin depuis l’enfance, mais il s’enrichit éhontément au détriment du peuple dès les années 1930. L’Amérique pense à l’évincer, mais il bénéficie d’un répit durant la guerre. Avec ses tueurs du SIM dans leurs Coccinelles noires, les exactions du régime de Trujillo se poursuivent. Néanmoins, l’époque change et son élimination approche.

En Afrique, l’Ouganda fit longtemps partie de l’Empire britannique. Issu d’un milieu très pauvre, quasiment inculte, un colosse de cent kilos pour un mètre quatre-vingt-onze (à dix-huit ans) va tirer profit de son "éducation" au sein des troupes anglaises. Début des années 1960, après l’indépendance, cet Idi Amin Dada va vite grimper dans la hiérarchie militaire, en s’affichant proche du président Milton Obote. En janvier 1971, il s’empare du pouvoir, pour près d’une décennie. On estime qu’il causa 300.000 morts dans son pays, massacres d’ethnies minoritaires ou exécutions d’opposants supposés. Pas d’intervention de la communauté internationale ? Non, car à ce niveau, Idi Amin Dada "amuse la galerie" en faisant le pitre, caricaturant son personnage de potentat fantasque juste risible. (Grand ami de la France, Bokassa l’imitera peu après en Centrafrique). Destitué en 1979, Idi Amin Dada vivra une paisible retraite de dictateur criminel jusqu’en 2003.

Parmi les tyrans du 21e siècle, c’est assurément l’héritier du pouvoir nord-Coréen qui fait le plus frémir. C’est à l’orée de la première guerre mondiale que débute la saga tragique de sa famille, avec son aïeul Kim Sang-ju. N’étant pas le successeur désigné, Kim Jong-un a écarté un de ses frères pour accéder à la tête du pays. Avant de faire condamner ses propres conseillers, afin de rester le seul maître. Quant aux plus hauts gradés militaires, leur sort ne dépend que de lui. “La population civile n’a pas été davantage épargnée. Bien que le régime prétende avoir aboli la peine de mort, des centaines d’exécutions ont été pratiquées depuis l’arrivée au pouvoir de Kim Jong-un, la plupart groupées et publiques. Puisqu’il s’agit de régner par la terreur, tous les prétextes sont bons pour vous condamner à la peine capitale…” Derrière le masque du petit joufflu souriant, un infâme massacreur !

 

Coordonné par Victor Battaggion, cet ouvrage collectif dresse les portraits de Caligula, Néron, Frédégonde, Ezzelino III, Gilles de Rais, Vlad Tepes, le pape Alexandre Borgia, Ivan le terrible, Élisabeth Báthory, Madame Voisin, Landru, Trujillo, Mao Zedong, Nikolaï Iejov, Reinhard Heydrich, Idi Amin Dada, Polpot, Charles Manson, Saddam Hussein, Ben Laden, Kim Jong-un.

Vingt-et-une “Figures du Mal” parmi les plus impressionnantes de l’Histoire, présentées dans autant de chroniques qui illustrent leur instinct destructeur, leur cruauté. Manière de rappeler que la monstruosité est universelle, de tout temps et en tous pays.

Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Livres et auteurs
commenter cet article

Action-Suspense Contact

  • : Le blog de Claude LE NOCHER
  • Le blog de Claude LE NOCHER
  • : Chaque jour des infos sur la Littérature Policière dans toute sa diversité : polar, suspense, thriller, romans noirs et d'enquête, auteurs français et étrangers. Abonnez-vous, c'est gratuit !
  • Contact

Toutes mes chroniques

Plusieurs centaines de mes chroniques sur le polar sont chez ABC Polar (mon blog annexe) http://abcpolar.over-blog.com/

Mes chroniques polars sont toujours chez Rayon Polar http://www.rayonpolar.com/

Recherchez D'autres Infos Ici

Action-Suspense via Twitter

Pour suivre l'actualité d'Action-Suspense via Twitter. Il suffit de s'abonner ici

http://twitter.com/ClaudeLeNocher  Twitter-Logo 

Libres lectures

Petit rappel : Toutes mes chroniques, résumés et commentaires, sont des créations issues de lectures intégrales des romans analysés ici, choisis librement, sans influence des éditeurs. Le seul but est de partager nos plaisirs entre lecteurs.

Abonnez-vous à Action-Suspense, pour recevoir chaque jour mes chroniques et mes infos sur l'univers du polar. Facile et gratuit !

Spécial Roland Sadaune

Roland Sadaune est romancier, peintre de talent, et un ami fidèle.

http://www.polaroland-sadaune.com/

ClaudeBySadauneClaude Le Nocher, by R.Sadaune

 http://www.polaroland-sadaune.com/