Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 septembre 2014 4 04 /09 /septembre /2014 04:55

Consacré aux littératures et cultures d'Amérique du Nord, le festival America aura lieu du 11 au 14 septembre 2014 à Vincennes. Un grand rendez-vous pour les lecteurs, et pour le public curieux d'Amérique. Les invités :

Canada : Margaret ATWOOD, Denis Yvan BÉCHARD, David BOUCHARD, Joseph BOYDEN, Herménégilde CHIASSON, France DAIGLE, Craig DAVIDSON, Nancy HUSTON, Matt LENNOX, J.R. LÉVEILLÉ, Lisa MOORE, Alix OHLIN, Kathleen WINTER.

États-Unis : Jami ATTENBERG, Paolo BACIGALUPI, Rick BASS, Christopher BOUCHER, Nickolas BUTLER, David CHERAMIE, René DENFELD, Tom DRURY, Jim FERGUS, Boris FISHMAN, Richard FORD, Tim GAUTREAUX, Robert GOOLRICK, Paul HARDING, Jake LAMAR, Wally LAMB, Tao LIN, Amy Grace LOYD, Ayana MATHIS, Joyce MAYNARD, Claire MESSUD, Philipp MEYER, Stuart NADLER, Ivy POCHODA, Donald Ray POLLOCK, Ron RASH, Zachary RICHARD, Sebastian ROTELLA, Justin ST. GERMAIN, J. Courtney SULLIVAN, Justin TORRES, David VANN, Adelle WALDMAN, Jesmyn WARD, Alexi ZENTNER.

Haïti : Dominique BATRAVILLE, Louis-Philippe DALEMBERT, Henry KÉNOL, Dany LAFERRIÈRE, Yanick LAHENS, Anthony PHELPS.

Québec : Ryad ASSANI-RAZAKI, Joséphine BACON, Alain BEAULIEU, Sophie BIENVENU, Hélène FRÉDÉRICK, Perrine LEBLANC, Rita MESTOKOSHO, Éric PLAMONDON, Jocelyne SAUCIER, Mélanie VINCELETTE.

Saint-Pierre & Miquelon : Eugène NICOLE

France : Laure ADLER, Mickaël AUGERON, Rodolphe BARRY, Frédéric BEIGBEDER, Antoine BELLO, Pierre BORDAGE, Geneviève BRISAC, Yves BUIN, Gérard de CORTANZE, Catherine CUSSET, Thomas DAY, Philippe DJIAN, Arthur DREYFUS, Marie-Hélène FRAÏSSÉ, Nadia GALY, Laurent GAUDÉ, Gilles HAVARD, Gaëlle JOSSE, Alice KAPLAN, Maylis DE KERANGAL, Titiou LECOQ, Pierre LEMAITRE, Édouard LOUIS, Vincent MESSAGE, Stéphane MICHAKA, Céline MINARD, Karim MISKÉ, Christine MONTALBETTI, Véronique OLMI, Véronique OVALDÉ, Judith PERRIGNON, Atiq RAHIMI, Patricia REZNIKOV, Dominique SYLVAIN, Éric VUILLARD, Fanny WALLENDORF, Astrid WENDLANDT, Valérie ZENATTI. (auteurs en bleu, cliquez sur les liens)

Vincennes : Festival America du 11 au 14 septembre 2014

Parmi les multiples animations proposées, retenons-en quelques-unes concernant les francophones du Québec et d'Amérique du Nord :

Voix québécoises - Avec Hélène Frédérick, Perrine Leblanc et Rita Mestokosho. Samedi 13 septembre, 15h, Salle Octavio Paz (Salle des Mariages, Hôtel de Ville)

Vies québécoises - Avec Ryad Assani-Razaki, Sophie Bienvenu et Éric Plamondon. Samedi 13 septembre, 16h, Salle Octavio Paz (Salle des Mariages, Hôtel de Ville)

L’endroit d'où je viens - Avec Alain Beaulieu, Deni Yvan Béchard, Alix Ohlin et Anthony Phelps. Dimanche 14 septembre, 11h, Salle Octavio Paz (Salle des Mariages, Hôtel de Ville)

Dans l'immensité des paysages - Avec Joséphine Bacon, Jocelyne Saucier et Mélanie Vincelette. Dimanche 14 septembre, 17h, Salle Octavio Paz (Salle des Mariages, Hôtel de Ville)

Francophones en Amérique du Nord anglophone

Que l’on soit du Manitoba comme J.R. Léveillé ou de la Saskatchewan comme David Bouchard, ou encore d’une famille franco-américaine comme Deni Yvan Béchard, ce sont autant d’histoires riches et singulières. Avec Deni Yvan Béchard, David Bouchard et J.R.Leveillé. Dimanche 14 septembre, 15h, Salle Octavio Paz (Salle des Mariages, Hôtel de Ville).

Francophones de l’Ouest canadien

En marge d’une société anglophone, ces enclaves francophones ont su protéger leurs cultures et connaissent aujourd’hui un véritable renouveau artistique et littéraire. Avec David Bouchard, Joseph Boyden, André Gladu et J.R. Léveillé. Samedi 13 septembre, 18h, Salle Octavio Paz (Salle des Mariages).

Louisiane : être cajun aujourd’hui

L’histoire de la présence française en Louisiane est riche et complexe. Quels défis les Cajuns ont-ils à relever aujourd’hui ? Avec David Cheramie, Tim Gautreaux, Helgi Piccinin et Zachary Richard. Samedi 13 septembre, 12h, Salle Octavio Paz (Salle des Mariages, Hôtel de Ville).

Repost 0
4 septembre 2014 4 04 /09 /septembre /2014 04:31
Nancy : Festival "Le livre sur la place" du 12 au 14 septembre 2014

A Nancy, le Livre sur la Place est un des évènements de la rentrée. Ce festival rassemble aujourd’hui, sous le chapiteau installé Place de la Carrière, plus de 500 auteurs et  attend jusqu'à 170.000 visiteurs durant 3 jours. Grands débats, lectures, forums ponctuent la manifestation où se retrouvent toutes celles et ceux pour qui le livre est un élément de bonheur. Le Livre sur la Place se veut une véritable fête du livre pour tous et dans toute l'agglomération de Nancy. Les écrivains se rendent dans les écoles, les collèges, les lycées mais aussi les hôpitaux, les maisons de retraite, la maison d’arrêt ou même dans les halls d'entrée de certains immeubles transformés pour l’occasion en bibliothèque ! Partout où le livre peut être joie, rêve, enthousiasme, le Livre sur la Place est présent ! A noter : l’accès au chapiteau et à toutes les animations du Livre sur la Place sont gratuits.

Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Infos et évènements
commenter cet article
3 septembre 2014 3 03 /09 /septembre /2014 04:55

C'est l'été sur l'île suédoise de Sandhamn. La juriste Nora Linde est native d'ici. Elle y séjourne avec son mari radiologue Henrik et leurs deux jeunes fils, Simon et Adam. Dans le couple, une certaine tension se fait sentir. Le mari de Nora a fait des démarches afin de vendre la maison pittoresque dont elle a hérité. Certes, on y a commis un crime, mais elle ne tient pas à s'en séparer. Juste la louer, peut-être. Dans le même archipel, est donné le départ d'une course annuelle de grands voiliers, le Tour de Gotland. Thomas Andreasson, ami d'enfance de Nora et policier au commissariat de Nacka, y assiste ce dimanche. Sur son majestueux voilier, l'avocat Oscar Juliander compte faire un beau résultat dans cette régate. Vice-président du yachting club suédois, l'homme respire la réussite. Il va être abattu d'un coup de feu au moment même du départ.

Tandis que le yachting club organise une réunion de crise, la police de Nacka a commencé son enquête. C'est Thomas Andreasson qui en est chargé, avec sa collègue la plus fiable, Margit Grankvist. Ils peuvent compter sur Carina, fille du patron de leur commissariat et amante de Thomas, divorcé. Le duo de limiers commence par interroger les témoins, qui se trouvaient sur des bateaux autour de la ligne de départ. “Aurait-il trempé dans une malversation qui aurait poussé quelqu'un à vouloir le tuer ?” s'interroge un des membres du club. À l'aide d'une carte marine, on essaie de déterminer le sens du tir. Thomas et Margit questionnent la secrétaire de Juliander, au cabinet d'avocats. Il brassait beaucoup d'argent, s'occupant de liquidations judiciaires. Un désaccord financier avec ses associés apparaît. L'avocat avait un emploi du temps chargé, mais aussi des maîtresses.

Selon la veuve et l'un de leurs fils, Juliander aurait reçu des courriers menaçants. Diana Söder, qui tient une galerie d'art, ne cache pas sa relation adultérine avec l'avocat. Elle révèle aux policiers qu'il consommait allègrement de la cocaïne. Le train de vie de l'avocat était plutôt fastueux, et chacun sait que – même avec la participation de sponsors – le nautisme est très onéreux. En vendant un précédent voilier, on ne paie pas l'acquisition d'un nouveau bateau. La carabine de chasse qui a servi au tueur est bientôt identifiée. L'œuvre d'un fin tireur, car le tir est forcément parti d'un bateau proche. Encore faut-il que l'embarcation soit stable, avec habitacle fermé et hublot.

Le DVD du reportage-télé couvrant le départ de la régate va aider les enquêteurs. Tandis qu'une fuite dans la presse désigne Diana Söder, on va prochainement voter pour le nouveau président du yachting club. Au commissariat, Carina a découvert que la victime possédait un compte dans une banque du Liechtenstein. Thomas fait appel à l'expertise juridique de son amie Nora Linde, toujours en proie au problème de sa maison héritée. Il est extrêmement compliqué d'obtenir des infos du Liechtenstein, car nul n'y possède un compte pour son argent de poche. Le président de la commission financière du yachting club sent une menace autour de lui. En effet, le danger est bien réel…

Viveca Sten : Du sang sur la Baltique (Éd.Albin Michel, 2014)

Après “La reine de la Baltique” (2013), nous voici de retour sur l'île de Sandhamn. Si l'on imagine bien les paysages pittoresques, c'est dans le milieu de la voile que nous entraîne cette intrigue. Clairement, c'est la haute société suédoise qui est au cœur de l'affaire. Car, pas plus en Suède qu'ailleurs, le nautisme de compétition n'est une activité “populaire”. Au-delà d'une égoïste et coûteuse passion, l'aspect financier du monde des voileux reste curieusement discret. Des sommes considérables sont encore dépensées, sans que la crise économique ne semble toucher ce loisir de luxe. À moins que, comme le suggère l'auteure, en toute opacité, existent d'autres façons de financer.

Perturbée, Nora est plus en retrait par rapport à l'histoire précédente, mais elle a son rôle à jouer. Ce sont les enquêteurs, Thomas et son expérimentée collègue Margit, qui mettent cinq semaines pour mener à bien leurs investigations. On suit leurs progrès – indice après indice – dans cette affaire où règne un suspense certain, tandis qu'ils côtoient des gens huppés.

Une affaire policière respectant la meilleure tradition, dans laquelle on s'immerge avec un vrai plaisir.

Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Polar_2014 Livres et auteurs
commenter cet article
1 septembre 2014 1 01 /09 /septembre /2014 07:50

L'été 2014 se termine, place à la Rentrée ! Il est possible que les lectrices et les lecteurs aient été moins attentifs aux sorties de livres depuis fin juin, ainsi qu'aux premières nouveautés de fin août et début septembre. C'est même probable, en ces temps où le farniente est roi. Je vous propose une petite séance de rattrapage : il vous suffit de cliquer sur les liens pour retrouver les chroniques concernées.

De l'été à la rentrée 2014, sélection de huit polars parmi les meilleurs
De l'été à la rentrée 2014, sélection de huit polars parmi les meilleurs

Ensuite, quatre romans parus à la fin du printemps ou en tout début d'été, qui méritent d'être découverts (si ce n'est pas encore le cas) :

« Le jour des morts » de Nicolas Lebel

http://www.action-suspense.com/2014/07/nicolas-lebel-le-jour-des-morts-marabout-2014-coup-de-coeur.html

« Trois morts sinon rien » de Jérôme Zolma

http://www.action-suspense.com/2014/07/jerome-zolma-3-morts-sinon-rien-editions-wartberg-2014.html

« Pur sang » de Franck Bouysse

http://www.action-suspense.com/2014/07/franck-bouysse-pur-sang-ed-ecorce-2014.html

« Les risques de l'improvisation » de Delphine Solère

http://www.action-suspense.com/2014/06/delphine-solere-les-risques-de-l-improvisation-michalon-ed-2014.html

 

Terminons avec un inédit en poche paru cet été :

« Dernière conversation avec Lola Faye » de Thomas H.Cook

http://www.action-suspense.com/2014/06/thomas-h-cook-derniere-conversation-avec-lola-faye-points-2014-inedit-coup-de-coeur.html

Bonne lecture à toutes et à tous.

Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Polar_2014 Livres et auteurs
commenter cet article
31 août 2014 7 31 /08 /août /2014 04:56

Aux États-Unis, Cleveland est une grande ville de l'Ohio située sur la rive sud du lac Érié. Âgé de trente-cinq ans, Nick Stella est un journaliste sans employeur fixe. Boxeur à ses heures, il est plutôt fauché, et même endetté. Besoin d'argent pour lui, et pour son aïeul Louie, nonagénaire en maison de retraite. Il apprend par son cousin prêtre qu'un double décès suspect s'est produit à la paroisse Saint-François. Le père John Angelino est mort d'overdose, tandis que la prostituée avec laquelle il se trouvait a été défenestrée. L'info a été minimisée par la hiérarchie catholique. Nick Stella y voit une lucrative occasion de vendre des articles au grand quotidien de Cleveland. D'autant qu'il a gardé contact avec deux flics, surnommés Birdman et Willie T, coutumiers des affaires glauques.

Mère de la petite Maddie, Amelia Saint-John appartient à la haute société locale. Elle est mariée à Roger, un avocat aussi infidèle que voyageur. Si son frère Garth Randolph, âgé de trente-neuf ans, oscille entre richesse et ruine, les parents et l'entourage d'Amelia sont plus stables. À l'image de sa meilleure amie, Paige, qui a ouvert une librairie. Envisageant l'écriture d'un roman, Amelia maîtrise encore mal l'informatique. Ainsi, quand elle reçoit une pièce-jointe spéciale, elle doit la faire décrypter par un duo d'experts. Il s'agit d'un poème écrit à la main, sûrement un texte de T.S.Eliot (1888-1965, Nobel de Littérature 1948). Sans doute pas un envoi de Shelley Roth, maîtresse supposée de son mari. Ce texte s'accompagne de cinq noms, dont celui de Roger Saint-John.

Nick Stella a exploré la piste chinoise dans l'affaire John Angelino. Ce qui l'a mené à Rat Boy Choi, un dealer habitué des fumeries d'opium. Il a affirmé ne pas être concerné. Mais il va pourtant être éliminé peu après. Le meurtre du docteur Benjamin Crane a fatalement un lien avec celui d'Angelino. La veuve du médecin paraît plutôt insensible. L'ordinateur du défunt prêtre révèle à Nick le même poème de T.S.Eliot et la fameuse liste de cinq noms. Dont celui du bijoutier Geoffrey Coldicott, avec lequel Nick essaie d'entrer en contact. Ce commerçant, obsédé sexuel, est déjà sous l'emprise du tueur. Avant de le supprimer, il l'oblige à se souvenir de leur groupe d'étudiants nommé AdVerse, et d'une funeste soirée d'Halloween, vingt ans plus tôt. Et de Julia Raines, qu'il est en train de venger.

Nick renoue avec Ivan Kral, le flic de la Criminelle surnommé Birdman. Kral aurait voulu être le premier à arrêter l'assassin. Mais un tel cas de tueur en série intéresse le FBI, qui s'est déjà emparé de l'affaire. L'assassin utilise parfois la prostituée mineure Tafy Kilbane pour œuvrer contre ses cibles. L'universitaire Sebastien Keller fut témoin des évènements à l'époque du groupe AdVerse. Atteint d'un cancer, il pourrait soulager sa conscience. Amelia Saint-John a fait la connaissance de Nick Stella. La jeune femme et ses proches ne sont pas à l'abri de l'implacable vengeance du criminel…

Richard Montanari : 300 mots (Cherche Midi Éd., 2014)

Tous les romans à suspense, étiquetés thrillers ou pas, devraient être écrits comme ceux de Richard Montanari. En effet, c'est un polar impeccable qu'il propose ici aux lecteurs. On remarque d'abord une parfaite construction du récit. Nous suivons le journaliste Nicky, mais aussi Amelia et son entourage, tout en croisant le tueur dans certaines scènes. Si nous n'avons pas son identité, l'assassin ne cache pas son but, mortelles représailles qui visent d'anciens étudiants. Cinq morts à venir, plus des victimes collatérales.

Le deuxième atout favorable, ce sont les personnages et leur vécu. Fils du flic Vincent Stella, Nick se veut aussi opiniâtre que le fut son père, quels que soient ses soucis personnels. Cocufiée, Amelia s'organise afin d'aller vers une vie nouvelle. Les fraternités d'étudiants aux États-Unis, surtout prétexte à faire la fête, sont bien connues. L'auteur a raison de limiter les descriptions au sujet de celle appelée AdVerse. Quelques minces indices aident le reporter, tandis que la menace devient plus présente, et que le suspense monte crescendo. Une ambiance sous tension, pour un polar qui captive ses lecteurs.

Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Polar_2014 Livres et auteurs
commenter cet article
30 août 2014 6 30 /08 /août /2014 05:00

Du 2 au 5 octobre 2014, à Pau, le salon “Un Aller-Retour dans le Noir” revient pour sa sixième édition. Cette année, le thème du salon sera Noir tropiques.

Dans son ouvrage Tristes tropiques, Claude Lévy-Strauss, nous fait le récit de ses rencontres avec les indiens du Brésil, et s’interroge sur le sens du progrès et les ravages qu'une civilisation mécanique produit sur son environnement et les différentes cultures avec lesquelles elle entre en contact. C’est ainsi qu'a été détourné le titre de son ouvrage : Noirs Tropiques.

Dans la lignée des pionniers, tels Arthur Upfield, avec son inspecteur Napoléon Bonaparte à la double culture, et Tony Hillerman qui situe ses romans dans la réserve Navajo, ce festival propose une plongée dans le polar ethnologique. Car au-delà du voyage et du dépaysement, il y a quelque chose à apprendre. Les dimensions géographiques et ethnologiques viennent enrichir le polar, et donnent des clés inédites pour comprendre le monde dans lequel nous vivons.

Pau : “Un Aller-Retour dans le Noir” du 2 au 5 octobre 2014

Le parrain sera l’auteur français Caryl Ferey. Il sera entouré de grands noms comme Deon Meyer (l’auteur sudafricain présentera à Pau son dernier ouvrage en sortie nationale), et de l’anglais Tim Willocks, ainsi que d’auteurs français multi-primés en 2014, tels Olivier Truc et Ian Manook, et d’auteurs de premiers romans enthousiasmants : outre les deux auteurs cités, seront présents Samuel Gaileys, auteur américain dont le roman Deep Winter paraîtra aux éditions Gallmeister en août 2014, et Emmanuel Grand, auteur de Terminus Belz aux éditions Liana Levi.

Ils seront présents à Pau, Pavillon des Arts (entrée gratuite - samedi 14h30/18h30, dimanche 10h/18h) :

Deon Meyer (Afrique du Sud), Sam Millar (Irlande), Olivier Truc, Tim Willocks (Grande-Bretagne), Jean-Bernard Pouy, Hervé Claude, Lalie Walker, Pascal Dessaint, Dominique Sylvain, Emmanuel Grand, Jean-Hugues Oppel, Marin Ledun, Samuel Gailey (États-Unis), Mako, Ian Manook, Alan Duff (Nouvelle-Zélande), Wilfrid Lupano, Claude Mesplède, Gilles Vincent, Sylvie Allouche et Charlotte Bousquet, Ohazar, José Correa et Clémentine Thiébault.

Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Infos et évènements
commenter cet article
30 août 2014 6 30 /08 /août /2014 04:55
Toulouse : Polars sur Garonne, des rendez-vous d'automne

Initiée par Claude et Ida Mesplède, l'association Polars sur Garonne invite cet automne les Toulousains à plusieurs rendez-vous. Accueillie par le Festival International du Film Grolandais de Toulouse, Polars sur Garonne reçoit :

-Samedi 20 septembre à partir de 14 heures dans la cour de l'ESAV, rue du Taur : Patrick Raynal, Jean-Bernard Pouy, Éric Maravélias ("La faux soyeuse" Série Noire) et Nicolas Mathieu ("Aux animaux la guerre" Actes Noirs).

Débat à 16 h sur le thème "Le social dans le roman noir doit-il toujours être traité avec sérieux?"

Musique, cinéma, ambiance déjantée assurée grâce au Fifigrot, l'inénarrable et bienheureux festival de cinéma toulousain. http://fifigrot.wordpress.com/

-Vendredi 3 octobre à 18 heures, à la librairie Ombres Blanches, rencontre débat/signatures avec Olivier Truc pour "Le détroit du loup" (Métailié)

Espace Roguet de Toulouse :

-Vendredi 17 octobre à 18 heures vernissage des expos Planète Polars et des portraits des Pictographistes

Planète Polar est une exposition de la Médiathèque Départementale de la Haute-Garonne écrite par Claude Mesplède qui donnera une conférence à cette occasion. Les Pictographistes exposent des portraits géants, noir et blanc, d'’auteurs de polars.

-Jeudi 23 octobre à 20h30, concert littéraire. Les mots de Marcus Malte extraits de son roman "Les Harmoniques" (Série Noire)  mis en bouche par l’auteur lui-même, accompagné par deux magnifiques musiciens de jazz, Virginie Teychené (chant) et Gérard Maurin (contrebasse, guitare). Un mélange musical et littéraire subtil et émouvant. http://les-harmoniques.wix.com/les-harmoniques

Par ailleurs, à noter la visite d'un ami de Polars sur Garonne  : le romancier sud-africain Deon Meyer sera l'invité du festival de Pau, le 1er week-end d'octobre. Deux jours plus tard, il présentera ses livres à la librairie Ombres Blanches, de Toulouse.

Deon Meyer et Claude Mesplède

Deon Meyer et Claude Mesplède

Toulouse : Polars sur Garonne, des rendez-vous d'automne
Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Infos et évènements
commenter cet article
29 août 2014 5 29 /08 /août /2014 04:55

La guerre 1914-1918, on en parle beaucoup en cette année commémorative. Et si l'on redécouvrait la décennie qui va suivre ? Avec les séquelles du conflit mondial et les débuts de la psychanalyse, comme dans le roman d'Odile Bouhier. Avec les jeux secrets et meurtriers qui imposeront bientôt les dictatures, comme dans celui de Romain Slocombe. Ces deux romans sont disponibles en format poche dès le 4 septembre.

Odile Bouhier : La nuit, in extremis (Éd.10-18, 2014)

À l'automne 1921, la terrible guerre qui s'est achevée trois ans plus tôt reste dans tous les esprits, et dans les corps meurtris des combattants. En ce mois de novembre, c'est le procès de Landru qui intéresse surtout la population. À Lyon, la vie apparaît paisible, sans crime notoire. Ce qui déplaît à l'ambitieux procureur Pierre Rocher, qui rêve de briller dans la politique. Ces anarchistes qui prépareraient des attentats, voilà une affaire susceptible de lui apporter un certain prestige. Il charge Julien Legone, policier des Brigades du Tigre, d'infiltrer ces réseaux. Loin d'être honnête, avec ses trafics pornographiques, l'inspecteur se grime pour fréquenter le jeune anar cinéphile Romain et ses amis. Le professeur Hugo Salacan, criminaliste renommé, accueille quant à lui deux hôtes. Il s'agit d'un confrère scientifique et du policier américain Craig Copper. Cet Irlandais d'origine vient observer les méthodes du commissaire Kolvair. Ce dernier est fort occupé, en ce moment.

Âgé de vingt-et-un ans, Anthelme Frachant a pourtant participé à la guerre de 1914-18. à l'issue de laquelle, il fut incarcéré à la prison Saint-Paul. On vient de le libérer, d'autant que sa conduite semblait exemplaire. Néanmoins, le commissaire Kolvair soupçonne ce jeune homme d'un meurtre, sur le Front. À cause du temps des combats, il n'a jamais pu prouvé que Frachant a tué son ami, le lieutenant Bertail. Puisque son suspect s'installe dans une pension de famille à Oullins, Kolvair fait la même chose afin de le surveiller de près. Entre-temps, le premier contact entre le policier Copper et le commissaire Kolvair est plutôt agité, mais les deux professionnels sympathisent rapidement. L'Américain est prêt à suivre l'affaire Frachant avec son collègue. Peu après, un triple crime est commis à la pension de famille. Le couple de logeurs et un client ont été sauvagement assassinés. Kolvair pense d'emblée que la femme a été décapitée à la baïonnette. Rien n'a été volé, mais une profusion d'indices désignent Anthelme Frachant. Comme si son suspect espérait une sorte d'impunité…

C'est la troisième aventure mettant en scène le commissaire Kolvair et le professeur Hugo Salacan. Autour d'eux, on retrouve les protagonistes impliqués dans les deux précédentes affaires. Tels Jacques Durieux, l'assistant de Salacan, ou l'infâme inspecteur Legone. Pas de soucis pour les lecteurs découvrant cette série : l'auteure nous présente chacun dans son contexte, jusqu'à la page quarante. Ainsi que le policier Craig Copper, qui accompagne ensuite les investigations de Kolvair. Toutefois, ce n'est pas un strict roman d'enquête qui nous est proposé. Loin d'être balisé ou linéaire, le récit offre des incursions dans la vie privée des personnages. Par exemple, le mariage du légiste Damien Badou s'annonce fort houleux. Procédé narratif qui permet aussi, grâce aux souvenirs des anciens combattants Salacan et Kolvair, d'évoquer le conflit mondial encore récent. À l'image de la séduisante Bianca, les psychiatres d'alors se doivent d'être opiniâtres. L'article 64 du Code Pénal est très contesté, on le verra ici. Quant à ce diable de Landru, on suit aussi son retentissant procès, en parallèle de l'histoire. Un roman riche, confirmant l'excellente impression que nous donne cette série.

Polars poche : Odile Bouhier (10-18) et Romain Slocombe (Points)

Romain Slocombe : Première station avant l'abattoir (Éd.Points, 2014)

En avril 1922, Ralph Exeter est le correspondant à Paris du journal anglais Daily World. On le voit fréquenter les milieux culturels de Montparnasse, sans négliger une actualité plus politique. Marié à une épouse russe vivant en Grande-Bretagne, Exeter a été engagé par le patron du Daily World, journal de gauche, pour ses sympathies soviétiques. Son rôle va plus loin, puisqu'il est censé transmettre aux bolcheviques des infos secrètes émanant d'un dirigeant français. En réalité, c'est pour lui une combine afin d'empocher une prime mensuelle. La conférence économique internationale qui va se tenir à Gênes est un sujet plus sérieux. En cet après-guerre, c'est à cette occasion que l'équilibre des forces en Europe doit s'affirmer. Une foule de journalistes témoignera des travaux de la conférence, qu'on imagine décisive. La région de Gênes va grouiller d'infos capitales. Ralph Exeter s'y rend par le train, chargé de remettre un document à la délégation soviétique.

Durant le trajet, il va sympathiser avec son confrère américain Herbert Holloway. Un type quelque peu exubérant, mais expérimenté et réactif. Ils vont croiser un nommé Moselli, à l'allure inoffensive, qu'il faudra écarter de leur route. En Italie, outre les carabiniers, ils remarquent la grande présence des Chemises Noires. Si Benito Mussolini, qu'Exeter a déjà rencontré à Cannes, n'a pas encore pris le pouvoir, ses troupes sont visiblement prêtes. Les délégations de chaque pays sont à pied d'œuvre. Celle de la Russie semble encore plus sécurisée que les autres, à quelques kilomètres de Gênes. Exeter y prend contact avec le diplomate Rakovsky, lui avouant qu'il a perdu le document à transmettre. Chef des services secrets, le colonel Yatskov charge Exeter de repérer un certain Rosenblum. Cet aventurier meurtrier aurait berné les autorités bolcheviques dans une transaction. Parmi les nombreuses personnes venues à Gênes, Exeter tombe bientôt sous le charme d'une belle photographe américaine, Melicent Teydon-Payne...

Avec ses méandres politiques, l'entre-deux-guerres reste une fichue époque. Certes, les historiens en ont exploré beaucoup d'aspects. Ce sont généralement les grandes lignes de ces années 1920 et 1930 qu'on nous présente. Implantation du communisme, du fascisme et du nazisme, face aux démocraties européennes faibles. On devine les noirs arcanes et secrètes embrouilles qui eurent lieu en ces temps-là. Voilà ce que Romain Slocombe entreprend d'illustrer, et même de décrypter, dans ce riche roman d'espionnage. Il s'agit de restituer le climat délétère qui régnait alors. Slocombe s'inspire de son grand-père pour camper le journaliste Ralph Exeter. Mais on va aussi côtoyer d'autres personnages se référant à la réalité. Évidemment, le plus cocasse est Herb Holloway, “jumeau littéraire” d'Ernest Hemingway. Mussolini apparaît également ici avec ses contradictions, à la veille de la dictature. Quant aux apparatchiks, on les sent proches de ceux qui existaient au début du régime communiste. Un noir roman d'aventure, avec une belle dose de péripéties et de suspense. Encore une belle réussite à l'actif de Romain Slocombe.

Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Polar_2014 Livres et auteurs
commenter cet article

Action-Suspense Contact

  • : Le blog de Claude LE NOCHER
  • Le blog de Claude LE NOCHER
  • : Chaque jour des infos sur la Littérature Policière dans toute sa diversité : polar, suspense, thriller, romans noirs et d'enquête, auteurs français et étrangers. Abonnez-vous, c'est gratuit !
  • Contact

Toutes mes chroniques

Plusieurs centaines de mes chroniques sur le polar sont chez ABC Polar (mon blog annexe) http://abcpolar.over-blog.com/

Mes chroniques polars sont toujours chez Rayon Polar http://www.rayonpolar.com/

Recherchez D'autres Infos Ici

Action-Suspense via Twitter

Pour suivre l'actualité d'Action-Suspense via Twitter. Il suffit de s'abonner ici

http://twitter.com/ClaudeLeNocher  Twitter-Logo 

Libres lectures

Petit rappel : Toutes mes chroniques, résumés et commentaires, sont des créations issues de lectures intégrales des romans analysés ici, choisis librement, sans influence des éditeurs. Le seul but est de partager nos plaisirs entre lecteurs.

Abonnez-vous à Action-Suspense, pour recevoir chaque jour mes chroniques et mes infos sur l'univers du polar. Facile et gratuit !

Spécial Roland Sadaune

Roland Sadaune est romancier, peintre de talent, et un ami fidèle.

http://www.polaroland-sadaune.com/

ClaudeBySadauneClaude Le Nocher, by R.Sadaune

 http://www.polaroland-sadaune.com/