Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 octobre 2015 5 09 /10 /octobre /2015 19:30

Pour ses trente ans, le Prix Polar Michel Lebrun est heureux de vous annoncer qu'il a choisi son lauréat 2015. Dix romans pouvaient cette année y prétendre dans la sélection finale :

- AUBARBIER Jean-Luc : L'Echiquier du Temple - City éditions

- BOUYSSE Franck : Grossir le ciel - La Manufacture de livres

- BRUSSOLO Serge : La Route de Santa-Anna - Le Masque

- CALDERON et DE MORAS : La prétendue innocence des fleurs - Scrineo

- CHALUMEAU Laurent : Kif - Ed.Grasset

- DOKMAK Boris : Les Amazoniques - Ring

- INCARDONA Joseph : Derrière les panneaux il y a des hommes - Ed.Finitude

- MANOTTI Dominique : Or noir - Série Noire (Gallimard)

- ROUX Christian : Adieu, Lili Marleen - Rivages/Thriller

- VERDET Gilles : Voici le temps des assassins – Ed.Jigal

 

On est très heureux d'annoncer qu'après avoir été récompensé par le Prix Calibre 47, c'est "Grossir le ciel" de Franck Bouysse qui reçoit le Prix Polar Michel Lebrun 2015 !

 

(merci à l'association 813 d'avoir transmis cette info)

Prix Michel Lebrun 2015 est attribué à...
Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Infos et évènements
commenter cet article
9 octobre 2015 5 09 /10 /octobre /2015 04:45

Dans une métropole comme la Grosse Cité, il se passe toujours plein de choses, bien sûr. Des trucs étranges, souvent. C'est un peu de la faute de l'Université d'Onirie, dirigée par le Professeur B. Avec son élève Loligoth et leurs amis Lutins Urbains, ils protègent la féerie, ils favorisent les rêves de la population. Forcément, ça sème la pagaille, tout cet imaginaire en liberté dans la ville. Et ce n'est pas le jeune policier Gustave Flicman, lui-même rêveur invétéré, qui va y remédier. Déjà qu'il a égaré par inadvertance le rhinocéros Chelou, qu'il devait amener à l'abattoir. Ce n'est pas avec sa mère et sa flopée de sœurs qu'il aura les pieds sur terre, Gustave. Pourtant, en compagnie de son partenaire Pticop, il faut bien qu'ils fassent leur job de gardiens de la paix.

Qu'est-ce qui passe en preum's ? Traquer une triade chinoise aux ordres du caïd mafieux Wang Fu, qui sévit dans la Grosse Cité en ce moment ? S'il avait compris ce que cachait la boutique "Le comptoir aux splendeurs", peut-être que Gustave aurait pu dénicher certains indices concernant un trafic de cornes de rhinocéros. Lui qui cherchait Chelou, justement, mais faut pas trop lui en demander non plus à ce naïf Gustave. Encore heureux qu'il n'ait pas causé de dégâts dans ce magasin de porcelaines. À vrai dire, c'est plutôt du côté des Malgaches sans-papiers vivant dans la Grosse Cité qu'il se produit des évènements pas si faciles à expliquer. Les voilà riches tout d'un coup, affirmant qu'ils ont gagné à un jeu. Et ils ne se gênent pas pour organiser une fiesta sur la place publique, ceux-là.

Renaud Marhic : Les Lutins Noirs (Éd. P'tit Louis, 2015)

Les perturbations actuelles semblent émaner d'un trio d'olibrius ultra-chevelus, mesurant cinquante centimètres, s'exprimant en termes gutturaux. Clandestinement, ils ont voyagé à bord d'un vieux zinc, d'un coucou à hélices. Autrement dit d'un avion hors d'âge, ayant fait un large détour depuis Madagascar jusqu'à l'aéroport de la Grosse Cité. Des Lutins Noirs, ça existe ? Oui, dans les légendes malgaches, les "Kokolampos" sont comparables à nos traditionnels Lutins bien de chez nous, y a pas de raison. Des petits bonshommes qui se laissent pousser les cheveux. Ces créatures mythiques possèdent des pouvoirs surtout bénéfiques (d'où la chance des Malgaches locaux?) si on ne les contrarie pas. Ils sont même capables de se transformer sous forme animale, oiseaux, sangliers ou autres.

Le chef de la BRO, Brigade de Répression de l'Onirisme, n'est pas content du tout. Car il a compris que c'est chez son vieil adversaire Barnabé, le Professeur B., que ces Kokos ont trouvé refuge. Ils ne demandent qu'à retourner dans la Grande Île, à Antananarivo, dès que Chelou sera retrouvé. C'est ainsi que directeur de l'Université d'Onirie confie à ce brave Gustave une mission impossible. Un bon "gavage de cerveau" l'aidera-t-il vraiment à réussir ? La sécurité du Président est aussi en jeu, quand même ! Tandis que le rhinocéros essaie de sortir des griffes de la triade du Bambou Masqué, peut-être que le jeune policier avec ses dreadlocks pourrait s'infiltrer chez les mafieux ?…

 

Après “L'attaque du Pizz'Raptor” et “Le dossier Bug le gnome”, voici le troisième tome de la série Les Lutins Urbains. Le "Petit Reporter de l'Imaginaire" s'en donne à cœur joie pour initier ses petits copains lecteurs aux secrets de la Grosse Cité. Il y a matière à un récit riche en rebondissements, car les aventures de Gustave Flicman et les tribulations des adeptes de l'Onirisme sont sacrément percutantes. Et pleines de mystère, comme il se doit. Seraient-ce que des Lutins Noirs ou de cruels Chinois ont entrepris de coloniser nos contrées modernes ? Il est fort possible le meilleur remède pour dénouer des situations inextricables, ce soit la féerie, donc le droit de rêver. Du moins, c'est ce que nous propose Renaud Marhic, qui nous raconte cette histoire avec une tonalité vive et enjouée de bon aloi. Un roman-jeunesse rythmé et drôle, très attrayant, pour tous les enfants (conseillé y compris à leurs familles).

Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Polar_2015 Livres et auteurs
commenter cet article
8 octobre 2015 4 08 /10 /octobre /2015 04:55

Âgé de trente-huit ans, Roger Brisseau est un grand costaud plaisant aux femmes. Ce combinard endetté qui s'affiche homme d'affaires peut se montrer nerveux, impulsif. À son bureau, la jeune secrétaire Suzanne est surtout chargée de répondre qu'il est absent. Le couple formé par Brisseau et son épouse Gisèle habite un pavillon en proche banlieue de Paris. Ce midi-là, il rentre comme prévu chez lui, et tombe sur le cadavre de sa femme. Il est bien obligé d'appeler la police, car son vieux voisin Mauclère apparaît sur son chemin. L'inspecteur Saverny, de la Criminellle, dans le service du commissaire Tardieu, est envoyé sur les lieux. De menus indices, mais pas de traces flagrantes de l'assassin, probablement connu de la victime qui l'a laissé entrer.

Retraité des Postes, M.Mauclère était un peu le confident de la défunte Gisèle Brisseau. Il est accusateur envers le mari, qui aurait profité de l'absence matinale du voisin pour tuer son épouse. Brisseau possède de parfaits alibis pour la demie-journée. Il était avec sa maîtresse Germaine Deny, dite Lily, puis il a vu sa secrétaire avant de se rendre à un rendez-vous avec Max Wurtzbach. Sanguin, Brisseau se bagarre avec les flics, avant de prendre la fuite dans sa Frégate. Il tient à disposer de toute sa liberté afin de se défendre. S'il figure comme suspect n°1, il n'a pas assassiné Gisèle, et il ne compte guère sur la police pour retrouver le coupable. Après avoir donné des consignes à Suzanne et à Lily, Brisseau contacte son fidèle ami Lulu, qui tient un stand d'autos-tamponneuses.

De son côté, Saverny contraint Germaine Deny a lui dire la vérité, avant de rendre visite aux parents de Gisèle. Directeur d'assurances, M.Pontier lui semble plus cordial et juste que sa femme, très remontée contre leur gendre. “Pour parler net, c'est un drôle de lascar. Pas méchant bougre au fond, mais de morale élastique !” résume M.Pontier. Il admet que Brisseau n'avait aucun intérêt financier dans la mort de Gisèle. Saverny s'avise que le beau-père est finalement plus cynique qu'il ne l'a cru.

Ayant interrogé la secrétaire puis Max Wurtzbach, l'inspecteur suit la piste du nommé Tavenier. Celui-ci vient que quitter son immeuble avec précipitation. Sa concierge, qui est aussi voyante, donne au policier une adresse où il a pu se réfugier. Saverny rencontre encore Yolande Vincent, une dame assez foldingue, très généreuse envers Brisseau. Tandis qu'un indic renseigne Brisseau et Lulu, la police rate de peu le fuyard. Le duo enlève bientôt Tavenier, afin de l'interroger. Le mari cocu de Germaine Deny réfute tous les témoignages, mais Saverny ne se décourage pas. Bien que le policier et Brisseau aient un contact téléphonique, le suspect n'envisage pas de se rendre, persévérant au contraire jusqu'à la découverte du vrai coupable…

Jean Dorcino : Ma femme est morte (Un Mystère, 1962)

De son vrai nom Jean Paulhac (1921-2011), Jean Dorcino a signé quatre polars : “Le crapaud” (Série Noire, 1956), “Pas de dragées pour le baptême” (Série Noire, 1957) “À brûle pour poing” (Presses de la Cité Espionnage, 1961), “Ma femme est morte” (Un Mystère, 1962). Le personnage de l'inspecteur Saverny déjà présent dans “Pas de dragées pour le baptême” mène aussi ses investigations dans “Ma femme est morte”. Il s'agit d'un policier sans préjugés (il ne croit pas dans la culpabilité de Brisseau) s'accordant de courts moments de réflexion pour de petits bilans. Un bon professionnel qu'on ne dupe pas, sans être une copie conforme de Maigret. En face, le mari suspect est un margoulin intrépide, pas antipathique, qui vit d'emprunts plus ou moins remboursés, et qui n'éprouve que de la répulsion contre les flics.

L'histoire se passe dans la tranquille région parisienne autour de 1960, avec ses pavillons en meulière et ses routes quasi-campagnardes. Bien loin du Rosny-sous-Bois actuel. Il n'y a pas de chapitre, car la narration est "en continu" : l'action est supposée se dérouler sans temps morts, à partir du midi jusqu'au lendemain. Avec habileté, l'auteur évite d'insister sur les repères horaires qui trahiraient l'approximation. L'écriture est claire, les portraits bien dessinés : “Dans sa cabine de verre, Lulu surveillait les opérations de ramassage du fric, menées par deux gars en blue-jeans. Trapu, costaud, il avait une tête de vautour chauve, émergeant de son chandail à col roulé. Un grand pif aigu, et pas un poil sur le crâne. Le regard attentif sous les sourcils broussailleux.” S'il s'agit d'un roman d'enquête, la succession de scènes est vive, apportant son lot de péripéties. Un très bon petit polar de l'époque.

Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Suspense Story
commenter cet article
7 octobre 2015 3 07 /10 /octobre /2015 04:55

Âgé de cinquante-huit ans, François Vasseur est un universitaire, spécialiste de l'Histoire médiévale. Son épouse quinquagénaire Mathilde, propriétaire d'une galerie d'art à Paris, a un faux-air de Meryl Streep dans "La route de Madison". Il semble que leur fille Camille se soit éloignée d'eux pour s'installer à Londres. Il est vrai qu'il ne furent guère des parents attentifs, leurs métiers passant d'abord. François Vasseur a connu un sérieux problème lui causant une blessure à la jambe. Le couple s'est installé depuis quelques mois dans une propriété campagnarde isolée, à une quinzaine de kilomètres de Quimperlé. Ils n'ont pour voisins que la famille du vieux fermier Le Bris, soixante-quinze ans. François Vasseur reste en contact avec les cercles universitaires parisiens. Il se rend régulièrement à Quimperlé chez la kiné Laurence, pour des séances de massage. Une certaine sympathie s'est nouée avec la jeune femme, mariée à Marc, lieutenant de gendarmerie.

Ce n'est pas un intellectuel comme François qui s'occupera du jardin, d'autant moins avec sa jambe douloureuse. Il engage un jeune homme de vingt ans aux cheveux ras, qu'il a rencontré par hasard. Ce Ludovic, originaire de Lille, vit dans sa camionnette. Il est assez taciturne et peu cultivé, mais il fait un excellent boulot dans le jardin du couple. Dans le bâtiment annexe de la longère des Vasseur, les travaux de l'appartement destiné à Camille sont restés en suspens. Entreprendre ce chantier paraît exciter Ludovic. Si Mathilde a été réticente au début, elle voit d'un bon œil qu'il se charge des travaux. Vu comme il pleut sans cesse à l'extérieur, plutôt que de loger dans sa camionnette, Ludovic est invité par le couple à s'installer dans l'appartement en rénovation. Quand François en parle à la kiné Laurence, elle lui recommande tout de même la prudence. Après tout, les Vasseur savent bien peu de chose sur ce jeune bricoleur, aussi compétent soit-il.

François a l'impression que le chantier a un peu ralenti depuis que Ludovic y habite. De menus incidents se produisent. Le plus troublant, c'est le vol d'un livre rare appartenant à François, que le jeune homme va discrètement restituer, faute d'avoir pu le vendre. Quand il fait des recherches sur Internet, François s'aperçoit que Ludovic se nomme en réalité Bryan Lefebvre, natif de Douai. Il a été impliqué dans une affaire de viol collectif : même s'il n'était pas coupable, c'est lui qui entraîna la jeune Mélanie lors d'une soirée de fête. Mathilde Vasseur n'est pas convaincue que Ludovic soit un vaurien. D'ailleurs, tous trois effectuent quelques sorties "en famille", le jeune homme apparaissant un peu tel leur fils. Mais ça fait près de deux mois que Ludovic est chez les Vasseur. Quand il annonce être sur le départ, les travaux étant terminés, ça soulage François. Pourtant, Ludovic ne va pas si vite quitter la maison du couple…

Valentin Musso : Une vraie famille (Éd.Seuil, 2015)

Voilà ce qui résume les cent-cinquante premières pages de cette histoire, le premier acte. On l'aura compris, les lecteurs ne sont pas au bout de leurs surprises. Car il reste deux-cent-vingt pages, en deux autres parties. Intrigue axée sur le trio de personnages principaux, plus trois ou quatre seconds rôles, cette histoire n'est toutefois pas théâtrale, figée dans son décor rural et pluvieux. Ici, le danger est en priorité psychologique. Même si, au final, on compte deux morts et un blessé, dont le pronostic vital ne sera bientôt plus engagé. Dès le début du deuxième acte, la situation va curieusement évoluer. Et l'on en saura un peu plus sur le passé de chacun des trois héros de l'affaire.

Quant aux lieux choisis, l'auteur semble avoir retenu l'image des impressionnantes crues à Quimperlé, sud-Finistère, en février 2014. Il présente un scénario intimiste, tout en sobriété. Ce qui n'empêche nullement des rebondissements, ni que doutes et questions viennent à l'esprit. Les amateurs de polars penseront inévitablement aux noirs suspenses de Frédéric Dard, écrits dans la première partie de sa carrière : un contexte quotidien, peu de protagonistes, des faits inquiétants restant légers, une ambiance qui tourne au malaise, peut-être à une forme de cruauté. Dans la même tradition, Valentin Musso nous a concocté un captivant psycho-suspense, très vivant grâce à une belle fluidité narrative.

Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Polar_2015 Livres et auteurs
commenter cet article
6 octobre 2015 2 06 /10 /octobre /2015 04:55

Rendez-vous un dimanche à Cumseh, petite ville de Géorgie vers 1970. À l'origine, tous ces hectares de terre, c'était la plantation de coton de Jack Gates, avec ses soixante-dix-huit métairies et autant de familles noires. Quand il est mort voilà quinze ans, il ne restait plus grand-chose de sa fortune. Quand même, il avait créé cette maison de retraite, dont hérita alors sa fille Pearl Lee Gates. Âgée aujourd'hui de trente-cinq ans, cette femme robuste a rebaptisé les lieux en Axel's Senior Club, et se fait appeler Axel. Elle est assistée d'Utopia, vieille râleuse chargée de la cuisine et du service. Les clients contrariants, “elle les aimaient tous quand ils étaient morts, ou bien entamés… Pour Utopia, rien ne pouvait être plus chouette au monde qu'un être humain qui avait cessé de bouger.” Le Senior Club dispose aussi d'un masseur, Jefferson Davis Munroe, un nain aux méthodes brutales.

Le docteur Marshall s'occupe ponctuellement des clients, du moins ceux guettés par le trépas. Le “Pavillon” à l'écart des bâtiments est destiné à ces malades qui se sont effondrés. Le pasteur Hiram Peters, de l’Église du Christ Universel, est un obsédé de l'heure précise. Il y a bien longtemps que, avec ou sans la foi, il exerce à Cumseh. Chaque dimanche, sur la colline, il dit la messe au Senior Club, tandis que son assistant se charge des paroissiens ordinaires, au village. Ses cérémonies en extérieur, c'est un peu le parcours du combattant pour les vieux clients d'Axel. Ce jour-là, Jeremy et Molly, se sont soustraits à cette obligation. Malgré leur âge avancé, le couple a préféré flirter dans les bosquets de la propriété. Pas sûr que Jeremy, déjà décrépi, se remette de l'expérience. Ce dimanche, Axel va être confrontée à des situations quasi-impossible à maîtriser.

La station service Gulf Oil est tenue par son cousin J.L.Gates, vaguement aidé par Lummy, un bougre sans malice. C'est là que débarque du bus Carlita Rojas Mundez, oubliée par le chauffeur déjà reparti. C'est une costaude et resplendissante cuisinière d'origine cubaine, qui ne parle qu'espagnol. Inquiétante Carlita, car elle pratique le vaudou haïtien. Jefferson Davis insiste auprès d'Axel afin qu'il l'engage pour faire à manger, Utopia étant mauvaise cuisinière. En fait, le nain pense que la magie vaudoue pourrait peut-être l'aider à grandir. Car sa correspondante Sarah Nell Brownstien va se pointer incessamment sous peu, et elle croit que Jefferson Davis est un grand mec musclé. Il aura intérêt à se cacher quand elle arrivera au Senior Club. La romantique Sarah Nell est employée au tri postal de Macon (Géorgie). Conduite ici par le pasteur, elle s'expose à quelques vives déceptions.

Âgé de trente-trois ans, tout habillé de vert, Junior Bledsoe est témoin du remue-ménage qui sévit en ce dimanche à Cumseh. Son métier de commercial dans le funéraire, c'est une véritable vocation. Vendre des concessions de cimetières dans un bled tel que celui-ci, pour l'essentiel peuplé de vieillards, quelle aubaine ! Il s'invite naturellement à la maison de retraite, où il va faire du bon bizness. Le summum consisterait à vendre une concession à Axel elle-même : la solitaire trentenaire “avec son mètre quatre-vingt et sa musculature d'homme” a d'autres idées en tête, plus lubriques. Dans sa pièce perso, Jefferson Davis se rapproche de Carlita, tentant d'apprendre d'urgence la langue espagnole. Molly, pour se réconforter, va voir un film sirupeux avec Doris Day et Rock Hudson. Chacun espère que cette journée dominicale se terminera sans gros dérapage, ce qui n'est pas certain…

Harry Crews : Les portes de l'Enfer (Éd.Sonatine, 2015)

Ce pourrait être juste une excellente comédie. L'unité de temps, un dimanche, et l'unité de lieu, la maison de retraite avec ses abords, se prêteraient à ce genre d'amusant roman, distrayant et animé. D'autant que nous suivons en souriant une poignée de personnages, définis et bien typés, "qui n'engendrent pas la mélancolie". Dès le départ, le ton est donné par l'arrivée incongrue de cette Cubaine non-anglophone, paniquant le propriétaire de la station service, qui la refile à sa cousine, maîtresse-femme. Entre le pasteur avec ses cadrans horaires, le nain Jefferson Davis sans pitié pour le corps de ses patients, le vendeur d'emplacements funéraires et toute la galerie, une cascade de moments insolites et de scènes saugrenues nous attend : on ne se plaindra pas de cet humour débridé.

Pourtant, il existe une autre possible lecture. Tous ces gens végétant dans un trou perdu de cambrousse géorgienne sont des insatisfaits ou des malheureux. Loin du chemin lumineux qui les mènerait au paradis, ils sont dans une impasse terne. Prenons le vieux Jeremy qui, dès son réveil, sent son cas empirer, sachant que ce n'est pas le masseur qui améliorera les choses : il essaie donc de tirer parti du temps restant. Derrière chacun des portraits, on trouvera une détresse, des failles. On n'ironise pas à leurs dépens, notre sourire se teinte quelque peu d'émotion. Avec ses facettes comiques et sombres, ce roman d'Harry Crews restait inédit en français. Heureuse initiative d'en publier la traduction, ce qui nous procure un succulent plaisir de lecture.

Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Polar_2015 Livres et auteurs
commenter cet article
5 octobre 2015 1 05 /10 /octobre /2015 16:10
Le commissaire Wallander est en deuil : Henning Mankell est décédé

Henning Mankell, père du célèbre commissaire Kurt Wallander qui incarnait une vision désabusée de la social-démocratie scandinave, est décédé dans la nuit de dimanche à lundi des suites d'un cancer à l'âge de 67 ans. Henning Mankell, qui avait révélé en 2014 souffrir d'un cancer, "s'est éteint paisiblement cette nuit à Göteborg", dans le sud-ouest de la Suède, a annoncé son éditeur suédois Dan Israel avec qui il avait fondé la maison Leopard en 2001. "Mon anxiété est très profonde, bien que j'arrive largement à la contrôler", avouait-il au sujet du mal qui le rongeait. Henning Mankell, qui vivait entre la Suède et le Mozambique, était l'un des auteurs phares de la littérature policière nordique.

"Il a décrit les coulisses sombres du modèle nordique", analyse pour l'AFP Olivier Truc, auteur du "Dernier Lapon" (Métailié). "Il assumait son rôle de critique" envers "une social-démocratie qui a trahi la classe ouvrière".

Henning Mankell laisse une oeuvre riche d'une quarantaine de titres, dont douze dans la série Wallander et une douzaine pour enfants, écoulés à 40 millions d'exemplaires dans le monde. Henning Mankell était marié à Eva Bergman, 70 ans, fille du cinéaste Ingmar Bergman dont il était proche.

"L'Homme inquiet" - titre de l'avant-dernier opus de la série Wallander - dont l'horreur des injustices n'avait d'égal que l'indignation et l'empathie, Mankell avait trouvé dans le personnage de Kurt Wallander son double assermenté. Ce policier de la petite ville côtière d'Ystad à la personnalité difficile était devenu un personnage de série de la BBC, joué par l'acteur britannique Kenneth Branagh. Depuis, Ystad voit défiler des lecteurs venus du monde entier mettre leurs pas dans ceux du flic le plus célèbre du royaume scandinave et revivre le frisson des "Chiens de Riga" ou de "La lionne blanche".

"Je suis effondrée", a confié à l'AFP Anne Freyer qui le publiait en France depuis 25 ans et devait le retrouver à la Fête du livre, à Aix-en-Provence (sud de la France), du 9 au 11 octobre. "C'était un grand homme et un ami" mais aussi un "homme terriblement imprévisible", dit-elle. Vivant une partie de l'année dans la capitale mozambicaine Maputo, Mankell y dirigeait le Teatro Avenida pour, disait-il dans un entretien à l'AFP en 2011, "observer le monde depuis un autre endroit que "notre Europe ethnocentrique". Depuis sa découverte du continent africain dans les années 1970, il aimait à dire qu'il avait "un pied dans la neige, un pied dans le sable".

Et quand on lui demandait quel était à ses yeux le centre de l'Europe, il répondait "la petite île de Lampedusa, au sud de la Sicile", d'où débarquent chaque année des dizaines de milliers de migrants. En juin 2010, il se trouvait aussi à bord d'une flottille de militants pour Gaza attaquée par un commando israélien. "Aucun blocus dans l'histoire mondiale n'a perduré éternellement (...) Personne n'accepte la soumission. Tôt ou tard Israël connaîtra ce que le système de l'apartheid a connu en Afrique du Sud", affirmait l'écrivain. "Je suis un homme en colère" face aux injustices et aux inégalités, justifiait-il. Contre les extrémismes, les intégrismes religieux ou les violences faites aux femmes et aux enfants, Wallander partageait ces colères.

(Extraits de la dépêche AFP)

Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Infos et évènements
commenter cet article
4 octobre 2015 7 04 /10 /octobre /2015 04:55

En 1962, Jamie Morton avait six ans. Sa famille et lui habitaient Harlow, une bourgade du Maine. Très pieuse, la population méthodiste accueillit avec enthousiasme le jeune pasteur Charles Jacobs. Avec sa séduisante épouse Patsy et leur enfant, ils venaient de Boston. Le dynamisme du révérend, et le charme de sa femme, permirent d'augmenter le nombre de paroissiens. Jamie Morton fut très impressionné par la passion de Charles Jacobs pour l'électricité. La maquette du Lac de la Paix en était l'illustration. Surtout, le pasteur réalisa une sorte de miracle. Conrad, un des frères de Jamie, fut victime d'une extinction de voix risquant d'être définitive. Grâce à son Stimulateur Nerveux Électrique, le révérend Jacobs réussit à guérir Conrad. Coup de chance peut-être, le bricolage étant à peine au point.

Trois ans après leur installation à Harlow, survint le tragique accident de l'épouse et du fils du pasteur Jacobs. S'il subit un monstrueux choc psychologique, cela n'expliquait qu'en partie le Terrible Sermon qu'il adressa quelques jours plus tard à ses fidèles. Peu après, quand il quitta la région, Jamie fut le dernier à lui dire au revoir. Le seul qui ait compris sa fascination pour la foudre, probablement. Dès ses treize-quatorze ans, Jamie s'avéra très doué pour la guitare. Non pas pour le tranquille folk, comme Conrad, mais pour le tempo du rock'n'roll. Dès son entrée au lycée, Jamie intégra les Chrome Roses, et fut convaincant dès le premier concert. Ce qui lui accorda davantage d'assurance : c'est ainsi qu'il devint le petit ami de la belle Astrid. Puis il entama une carrière de musicien, de 1978 à 1992.

À cause d'un accident de moto qui endommagea sévèrement sa jambe, Jamie goûta à la morphine. D'autres drogues suivirent, ce qui fut nuisible à son métier. Lors d'une foire en Oklahoma en 1992, Jamie recroisa Charles Jacobs. Son spectacle des Portraits à la Foudre avait un certain succès. Après avoir apporté quelques soins au junkie Jamie, il lui montra son atelier de Tulsa. Jacobs y poursuivait ses expériences sur le potentiel de l’Électricité secrète. Utilisant des électrochocs de sa conception, l'ex-pasteur réussit à guérir Jamie de son addiction pour les drogues. Jamie fut un temps son assistant, non sans noter que les spectacles de son mentor pouvaient entraîner d'étranges effets secondaires. Hallucinations dont la jeune Cathy Morse ne fut pas la seule victime, Jamie les ressentant parfois aussi.

Ayant eu l'opportunité d'un nouveau départ sur des bases saines, Jamie s'installa près des Rocheuses, à Nederland. Au ranch de Hugh Yates, que Jacobs avait guéri de sa surdité non sans séquelles, il s'occupa du studio d'enregistrement musical. Ce n'est qu'en 2008 qu'ils entendirent à nouveau parler du pasteur. Il avait modifié son nom en C.Danny Jacobs, et présentait sous chapiteau un grand show où il prétendait miraculeusement guérir la plupart des personnes souffrantes. Hugh et Jamie se déplacèrent pour ce spectacle. Un public crédule semblait fanatisé : “J'étais abasourdi. Chaque mot est un mensonge, ils doivent bien s'en rendre compte.” Non, ayant totalement foi en lui, espérant leur guérison, la foule des malades et des handicapés le dévorait des yeux, en extase.

Au lieu de rompre tout lien avec Charles Jacobs, Jamie chercha à vérifier l'authenticité des miracles qu'il s'attribuait. Avec l'aide de Brianna Donlin (dite Bree), qui avait la moitié de son âge, Jamie recensa les divers degrés de "réussite" quant aux personnes traitées par le prédicateur. En tout cas, il n'y eut pas d'issue heureuse pour l'histoire de Cathy Morse. Jamie finit par trouver l'adresse personnelle de Jacobs à Latchmore, propriété rurale dans l’État de New York. Comptait-il vraiment ne plus se consacrer qu'à ses expériences sur l'Électricité secrète ? Pour le bien de l'Humanité ou dans quel autre but ?…

Stephen King : Revival (Albin Michel, 2015)

Stephen King est le plus inspiré des conteurs, le plus magistral des narrateurs. Ce n'est pas une opinion, il s'agit d'une évidence. Rares sont les écrivains capables "d'embarquer" leurs lecteurs comme il le fait si bien. Il le démontre une fois encore avec ce “Revival”. Si l'on s'attend à un roman d'horreur effrayant, si l'on espère une dualité du Bien contre le Mal, on se trompe de lecture. Le personnage sombre de cette intrigue, le pasteur Jacobs, est un homme sympathique dont les actes n'ont rien de répréhensibles. Un passionné d'électricité tel que lui est, dans la majorité des cas, un bon bricoleur juste trop concentré sur son sujet. La tension existe, au fil du récit, mais elle est beaucoup plus subtile. Car ici, l'écriture est limpide et stylée, privilégiant le parcours de vie de Jamie Morton.

C'est sous les auspices des précurseurs et autres grands de la littérature fantastique (de Mary Shelley, Bram Stoker, H.P.Lovecraft, jusqu'à Robert Bloch) que Stephen King place ce roman. Il est assez chevronné pour ne pas tomber dans les ornières du caricatural, en chargeant les effets. Bien sûr, l’Étrange domine cette histoire, entre miracles supposés et magnifiques hallucinations. On apprécie autant d'autres aspects, tel le Terrible Sermon. Pour le pasteur, ça exprime une remise en cause définitive de sa foi ; pour les lecteurs, ce doit être une mise en garde contre la multiplicité des doctrines religieuses. Censées nous consoler dans les moments difficiles, leurs promesses d'un paradis ne serait qu'une arnaque, suggère ledit sermon.

Plus souriant, l'auteur fait allusion à “Joyland”, un de ses titres précédents. Ou s'amuse au sujet des rythmes musicaux rock'n'roll (“Toutes ces conneries commencent en Mi”). Et il nous offre un souvenir de la décennie 1960, non dénué d'une part de nostalgie. Époque si différente, qu'il restitue avec intelligence. Toute la virtuosité de Stephen King se retrouve dans ce roman impeccable.

Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Polar_2015 Livres et auteurs
commenter cet article
3 octobre 2015 6 03 /10 /octobre /2015 07:00
Thomas H.Cook à Nantes le 6 octobre 2015

Thomas H.Cook figure parmi les meilleurs écrivains actuels. Les premiers romans de cet auteur américain, né en1947, ont été publiés en France dans les années 1980 chez Série Noire (Safari dans la 5e Avenue, Du sang sur l'autel, Les rues de feu, etc.). Ses romans suivants furent publiés chez L'Archipel (Les instruments de la nuit, Interrogatoire). Après un retour chez Série Noire (La preuve de sang, Les feuilles mortes, Les liens du sang, Les ombres du passé), ses titres suivants sont à découvrir aux éditions du Seuil, avec entre autres Les leçons du mal, Mémoire assassine, Au lieu-dit Noir Etang, L'étrange destin de Katherine Carr, Le dernier message de Sandrine Madison ou encore son titre 2015 : Le crime de Julian Wells... Dans chaque roman, l'auteur réussit à entretenir la tension du suspense, avec des intrigues centrées sur des drames familiaux et personnels poignants.

Pour les lecteurs de l'Ouest de la France, il est possible d'approcher Thomas H.Cook. Le Mardi 6 octobre, l'association Fondu au Noir 44 vous propose de rencontrer l'auteur et découvrir son univers, à partir de 18h à la librairie Durance, à Nantes (44). À 20h15, Thomas H.Cook participera ensuite à un resto-littéraire au restaurant le Montesquieu (c'est déjà complet).

Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Infos et évènements
commenter cet article

Action-Suspense Contact

  • : Le blog de Claude LE NOCHER
  • Le blog de Claude LE NOCHER
  • : Chaque jour des infos sur la Littérature Policière dans toute sa diversité : polar, suspense, thriller, romans noirs et d'enquête, auteurs français et étrangers. Abonnez-vous, c'est gratuit !
  • Contact

Toutes mes chroniques

Plusieurs centaines de mes chroniques sur le polar sont chez ABC Polar (mon blog annexe) http://abcpolar.over-blog.com/

Mes chroniques polars sont toujours chez Rayon Polar http://www.rayonpolar.com/

Recherchez D'autres Infos Ici

Action-Suspense via Twitter

Pour suivre l'actualité d'Action-Suspense via Twitter. Il suffit de s'abonner ici

http://twitter.com/ClaudeLeNocher  Twitter-Logo 

Libres lectures

Petit rappel : Toutes mes chroniques, résumés et commentaires, sont des créations issues de lectures intégrales des romans analysés ici, choisis librement, sans influence des éditeurs. Le seul but est de partager nos plaisirs entre lecteurs.

Abonnez-vous à Action-Suspense, pour recevoir chaque jour mes chroniques et mes infos sur l'univers du polar. Facile et gratuit !

Spécial Roland Sadaune

Roland Sadaune est romancier, peintre de talent, et un ami fidèle.

http://www.polaroland-sadaune.com/

ClaudeBySadauneClaude Le Nocher, by R.Sadaune

 http://www.polaroland-sadaune.com/