Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 mai 2013 1 06 /05 /mai /2013 04:55

En 2006, l’Écossais Enzo Macleod s'est installé depuis déjà quelques années à Cahors, tout en enseignant à l'université de Toulouse. Avec sa queue-de-cheval et sa mèche blanche, son allure trop décontractée, sa sacoche en toile pendue à son épaule, il ne passe pas inaperçu. De son épouse écossaise, il eut une première fille, Kirsty, vivant maintenant à Paris. Veuf de sa seconde épouse, il éleva seul sa deuxième fille Sophie, désormais jeune adulte. Aujourd'hui prof de biologie, Enzo Macleod fut pendant sept ans un des experts de la police de Glasgow. Lors d'une soirée entre amis, il est question d'un livre du journaliste Roger Raffin, traitant de sept crimes non-élucidés. Le cas le plus curieux peut-être, c'est la disparition de Jacques Gaillard, dix ans plus tôt.

Promis a une belle carrière en politique, cet Énarque fut conseiller du Premier ministre. Jalousé par de moins brillants, prié de s'éloigner du pouvoir, il se consacra alors à sa passion du cinéma. Animant une émission de télévision sur ce thème, il resta toutefois professeur à l'ENA. Vers la fin du mois d'août 1996, Gaillard disparut sans laisser de traces. La police ne sembla guère motivée pour le retrouver, les médias ne se passionnèrent pas, et l'affaire tomba vite dans l'oubli. Ce qui convenait fort bien au monde politique, préférant que l'histoire ne fasse pas de vagues. Dix ans plus tard, la Ministre de la justice Marie Aucoin garde encore un œil sur ceux qui, tel Roger Raffin, voudraient relancer ce dossier. En une décennie, les moyens techniques ont évolué.

Enzo Macleod compte sur l'ADN s'il parvient à découvrir de nouveaux indices. Ainsi que sur Internet, qui fournit bon nombre de renseignements dont on ne disposait pas quelques années auparavant. Pour l'aider à utiliser le web, Enzo Macleod engage la jeune étudiante Nicole, quitte à risquer des frictions avec le père campagnard de celle-ci. Des heurts, l’Écossais en connaît aussi avec Bertrand, le petit ami de sa fille Sophie, un type sérieux pourtant. Et ses relations sont tendues avec sa fille Kirsty, avec laquelle il ne peut renouer. Enzo Macleod compte néanmoins des amis, qui vont l'aider pour enquêter : le journaliste Raffin, bien sûr, et l'ex-compagne de celui-ci, la psychanalyste Charlotte. L’Écossais s'avoue bientôt attiré par la jeune femme.

Profanée en août 1996, l'église parisienne Saint-Étienne-du-Mont est le premier jalon des investigations d'Enzo Macleod. C'est la découverte d'une malle dans les Catacombes, qui lui offre de premiers indices. Le crâne retrouvé à cette occasion est identifié comme celui de Gaillard, par l’Écossais et par un médecin du Quai de la Rapée. Les particules de sang dans l'église sont aussi celui du disparu, l'ADN le prouve. Quant aux objets dans la malle, grâce à Nicole et à Internet, ils conduisent Enzo Macleod jusqu'à un musée toulousain de l'Hôtel-Dieu Saint-Jacques. Nouvelle malle, avec des membres de Gaillard, et encore plusieurs objets énigmatiques.

“Les yeux fixés sur la cantine ouverte, Enzo savait, lui. Il avait compris que cette ignoble découverte ne faisait qu'ajouter quelques pièces supplémentaires au puzzle, et marquait seulement le début d'une macabre chasse au trésor, visant à retrouver les restes dispersés d'un homme assassiné.” Malgré la Garde des Sceaux et le juge censé s'occuper de l'affaire relancée, Enzo Macleod poursuit ses propres hypothèses. Elle le mènent, entre autres, d'Hautvillers en Champagne jusqu'à Paris, dans un périple très certainement dangereux pour lui et pour ses proches...

Peter May : Le mort aux quatre tombeaux (Éd.Le Rouergue, 2013)

L'auteur montre tôt dans le récit, que c'est un jeu de piste auquel il nous invite. Un roman d'enquête, aucun doute là-dessus. Toutefois, loin de la tranquille énumération successive d'indices, de la progression parfois mollassonne du vieux policier fatigué ou du détective amateur tâtonnant, ce suspense apparaît beaucoup plus pétillant. C'est évidemment dû à son héros, Écossais peu conformiste. Ironique et obstiné, rebelle à l'autorité (du président de son université ou de la ministre de la Justice), limier infatigable visitant tous les lieux pouvant lui offrir quelques éléments, Enzo Macleod n'en a pas moins une vie privée.

On ne doute pas qu'il va devenir intime avec Charlotte, ni que ses filles joueront un rôle au cours de l'affaire. Ce qui ajoute, çà et là, des scènes souriantes ou plus nerveuses. L’Écossais ne ménage pas sa peine (ni les voyages) pour comprendre les motivations des assassins. Afin de gagner un pari, et de prouver ainsi qu'il est toujours à la hauteur, lui, l'ancien expert à Glasgow. Voilà une histoire très séduisante, où se multiplient péripéties et mystérieuses découvertes. Vraiment, il est fort excitant de suivre cette enquête.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Polar_2013 Livres et auteurs
commenter cet article

commentaires

Max 06/05/2013 10:34

Bonjour Claude,
Je crois que Peter May vit lui-même en France, dans le sud-ouest également....
Le seul bouquin que j'ai lu de lui est "L 'éventreur de Pékin", un très bon suspense qui se passe dans un lieu peu commun du polar, dépaysement assuré !
3 ou 4 autres de ses bouquins se passent aussi en Chine...
Amicalement,
Max

Claude LE NOCHER 06/05/2013 11:15

Bonjour Max
Peter May a publié d'abord une "Série chinoise", six titres dont "L'éventreur de Pékin" était le dernier. Puis "la Trilogie de Lewis", trois romans récompensés par plusieurs prix (voir ma réponse à Philippe). Et commence aujourd'hui une série "Assassins sans visage", qui devrait aussi compter plusieurs suspenses.
Peter May habite Saint-Céré (Lot), si j'en crois cet article :
http://www.ladepeche.fr/article/2013/04/23/1612175-saint-cere-peter-may-le-globe-trotter-du-polar.html
On peut aussi consulter sa page Facebook :
https://www.facebook.com/petermayauthor
Amitiés.

Philippe 06/05/2013 08:24

Tous les châteaux d'Ecosse ont leurs histoires, mais on dit que c'est Glamis Castle ( prononcer Glams sans le i ) qui détient la palme.
Elizabeth Bowes-Lyon, la mère de la reine Elizabeth, y a passé son enfance.
Parmi les légendes attachées à Glamis, celle du monstre de Glamis est la plus connue, et la plus intéressante, d'autant que bien qu'ancienne elle a des résonnances contemporaines, en posant la question du sort des enfants nés handicapés.

" Le monstre de Glamis

La légende la plus connue est celle du Monstre de Glamis, un enfant affreusement difforme, né en 1821, fils ainé du 11e comte George Bowes-Lyon et de son épouse Charlotte Grimstead, arrière-arrière-grands-parents de Elizabeth Bowes-Lyon, la reine-mère. Selon l'histoire, il aurait été gardé reclus dans le château toute sa vie, et ses chambres murées après sa mort. Une version alternative de la légende serait qu'un vampire nait à chaque génération de la famille et est gardé à l'intérieur des murs de ces chambres. Une vieille histoire raconte que des invités auraient accroché des serviettes aux fenêtres de chaque pièce pour tenter de trouver les chambres murées du monstre. Lorsqu'ils regardèrent le château de l'extérieur, de nombreuses fenêtres n'auraient pas montré les serviettes. Cette légende peut être inspirée par l'histoire réelle des Ogilvie. Quelque part dans les murs épais de presque cinq mètres se trouve une chambre remplie de crânes, où la famille Ogilvie cherchant protection contre le Clan Lindsay serait morte de faim emmurée et violé. Enfin, un autre monstre aurait habité dans le Loch Calder à proximité de Glamis. "

http://fr.wikipedia.org/wiki/Ch%C3%A2teau_de_Glamis

http://en.wikipedia.org/wiki/Glamis_Castle

http://en.wikipedia.org/wiki/Monster_of_Glamis

http://blogs.smithsonianmag.com/history/2012/02/the-monster-of-glamis/

http://skeptoid.com/episodes/4276

Cordialement

Claude LE NOCHER 06/05/2013 11:06

...Quant à la notion de "clan", elle doit être considérée comme "lignée aristocratique". Certes, malgré leurs jupettes (des kilts, oui), ces seigneurs ont l'air bien courageux au combat. Ils n'en restaient pas moins des "maîtres" taxant le petit peuple, l'entrainant à la mort pour défendre leurs seuls intérêts de "clan".
Soulignons que la trilogie de Lewis a été récompensée par de multiples prix : Prix littéraire CEZAM, Prix Inter Lycées Professionnels (Nantes), Prix des lecteurs Les Ancres Noires (Le Havre), Prix des lecteurs du Télégramme (Brest), Prix Polar&Co (Cognac). Et "Meurtres à Pékin" obtint le Prix Intramuros.
Beau palmarès, non ?
Amitiés.

Philippe 06/05/2013 07:50

Bonjour M. Le Nocher,

Je pense que c'est sans malice ou même sans y penser que vous chroniquez en ce joli mois de mai un polar dont l'auteur s'appelle Peter May ?
Je plaisante !

Je viens de regarder après vous avoir lu les titres de Peter May. Je vois qu'il y a une série dont le héros est Fin MacLeod, et une autre, dont fait partie le polar dont vous parlez, où le héros est Enzo MacLeod ? Il faut comprendre que l'auteur utilise simplement le même patronyme écossais dans deux séries différentes ? Ce serait explicitement dit si Fin MacLeod et Enzo MacLeod étaient apparentés ?
Ce sont des séries distinctes, l'une n'est pas le spin-off de l'autre comme avec certaines séries télé ?

J'ai eu la curiosité de chercher Peter May sur Wikipédia qui indique les sites de Peter May petermay.fr , petermay.co.uk ou ur-web.net et ce dernier a la rubrique " The MacLeod clan " qui présente Enzo et son entourage dont vous parlez :

http://www.ur-web.net/EnzoMacleod/enzoclan.html

Le mot clan est utilisé en référence aux clans écossais.
J'en profite : vous connaissez peut-être la légende du Fairy Flag, le drapeau des fées, rattachée à l'histoire du vrai clan MacLeod en Ecosse, drapeau conservé au château de Dunvegan sur l'île de Skye ?
Selon cette légende, cet étendard aurait été donné par des fées à des membres du clan MacLeod et aurait le pouvoir de remédier à une grave situation, en hissant ce drapeau, mais seulement trois fois. Et par deux fois déjà il aurait été hissé. Donc il ne serait plus possible de le hisser qu'une seule fois au cas où surviendrait un nouveau danger.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Clan_MacLeod

http://en.wikipedia.org/wiki/Clan_MacLeod

http://fr.wikipedia.org/wiki/Ch%C3%A2teau_de_Dunvegan

http://en.wikipedia.org/wiki/Dunvegan_Castle

http://en.wikipedia.org/wiki/Fairy_Flag

Cordialement

Claude LE NOCHER 06/05/2013 10:56

Bonjour Philippe
Il n'y a effectivement aucun hasard, si je chronique le nouveau roman de Peter May en mai. D'autant que l'éditeur a programmé sa sortie pour le 2 mai.
La "trilogie de Lewis" a pour héros Fin Macleod, et celui de cette nouvelle série se nomme Enzo Macleod (Lorenzo, en réalité). Serions-nous surpris si un auteur français utilisait le même nom pour divers héros ? Exemple : Georges Picard, pour un personnage sexagénaire, puis Kevin Picard pour un trentenaire, ou Laetitia Picard pour une héroïne...

Action-Suspense Contact

  • : Le blog de Claude LE NOCHER
  • Le blog de Claude LE NOCHER
  • : Chaque jour des infos sur la Littérature Policière dans toute sa diversité : polar, suspense, thriller, romans noirs et d'enquête, auteurs français et étrangers. Abonnez-vous, c'est gratuit !
  • Contact

Toutes mes chroniques

Plusieurs centaines de mes chroniques sur le polar sont chez ABC Polar (mon blog annexe) http://abcpolar.over-blog.com/

Mes chroniques polars sont toujours chez Rayon Polar http://www.rayonpolar.com/

Recherchez D'autres Infos Ici

Action-Suspense via Twitter

Pour suivre l'actualité d'Action-Suspense via Twitter. Il suffit de s'abonner ici

http://twitter.com/ClaudeLeNocher  Twitter-Logo 

Libres lectures

Petit rappel : Toutes mes chroniques, résumés et commentaires, sont des créations issues de lectures intégrales des romans analysés ici, choisis librement, sans influence des éditeurs. Le seul but est de partager nos plaisirs entre lecteurs.

Abonnez-vous à Action-Suspense, pour recevoir chaque jour mes chroniques et mes infos sur l'univers du polar. Facile et gratuit !

Spécial Roland Sadaune

Roland Sadaune est romancier, peintre de talent, et un ami fidèle.

http://www.polaroland-sadaune.com/

ClaudeBySadauneClaude Le Nocher, by R.Sadaune

 http://www.polaroland-sadaune.com/