Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 juin 2012 3 27 /06 /juin /2012 05:42

La rubrique “Boulevard du Polar” s'arrête sur ce dernier article.

Elle se justifiait moins, risquant de faire doublon avec les chroniques qui sont 100% écrites par moi. Mais ce ne sont pas les rubriques qui manquent, par ailleurs, chez Action-Suspense !

 

Je n’ai pas la prétention d’être capable de lire tous les polars parus récemment, tant l’actualité est riche. Parfois, je suis obligé de passer à côté de livres qui me semblent attirants, car d’autres titres m’appellent. Je suis pris de remords, quand je les laisse trop longtemps en attente. Et pourtant, j’ai tellement envie de parler de ceux-là aussi. En cette période de l’année, les vacances approchant, il y a des titres parfaits pour une lecture estivale. En voici deux, à découvrir...

 

Paris-DESFORGESChez MA Éditions, “Paraphilia” de Saffina Desforges s’inspire de la traque de Robert Black, tueur d'enfants qui a sévi en Angleterre dans les années 1980. Un suspense autour de la pédophilie, où il est aussi question de profilage, de l'influence des médias dans ce type d'affaires, de subjectivité du jugement, de l’utilisation détournée de la médecine et de la psychologie.

Rebecca, 10 ans, enlevée depuis plusieurs jours, est retrouvée morte dans une rivière. Après autopsie, il s'avère que la petite fille a été agressée sexuellement avant d'être assassinée. Sa mère, Claire Meadows, et son beau-père journaliste, Matthew Burford, sont anéantis. L'inspecteur David Pitman, un proche de Matt, est chargé de l'affaire. Il attribue rapidement au même meurtrier d'autres victimes, toutes âgées d'une dizaine d'années. Le mode opératoire est similaire : de fillettes pré-pubères enlevées près de chez elles en plein jour, sont retrouvées mortes dans les jours qui suivent, près ou dans un cours d'eau, agressées sexuellement et tuées par strangulation. A chaque fois, le meurtrier emporte un vêtement de sa victime, lave soigneusement le corps, ne laisse aucun indice exploitable par les médecins légistes et dépose dans le corps une carte de visite indiquant son identité, Oncle Tom. Peu à peu, l’assassin occupe le devant de l'actualité, commettant ses meurtres aux quatre coins du Royaume-Uni, n'épargnant ni les principales agglomérations, ni les villages les plus reculés. Une chasse à l'homme est lancée. Pour faire son deuil, Claire Meadows décide de mener elle aussi l'enquête pour tenter de comprendre ceux qui commettent ces crimes. Avec Matthew, ils vont mettre à jour une vaste machination

 

Paris-JAPPAuteure confirmée, Andrea H. Japp écrit des séries historiques, dontLa dame sans terrechez Calmann-Lévy, etLes mystères de Druon de Brévauxen trois volumes chez Flammarion. Après le premier tome des Enquêtes de M.de Mortagne (Le Brasier de Justice”, 2011), voici une nouvelle affaire :En ce sang versé(Éd.Flammarion).

Royaume de France, début du 14e siècle. Hardouin cadet-Venelle a été contraint de reprendre la charge de bourreau de son père, devenant à son tour M. Justice de Mortagne. La petite trentaine, bel homme, il est cultivé et a amassé une jolie fortune. Torturer, tuer ne le gêne pas particulièrement, même s'il n'en tire aucune satisfaction. Un jour, tout bascule : il exécute une innocente. Se sentant pour la première fois complice de meurtre, il décide de faire, désormais vraie justice lui-même. Dans ce deuxième opus de ses aventures, il doit déterminer pourquoi Henriette, fille aînée et préférée du seigneur sous-bailli Arnaud de Tisans, devenue moniale à l'abbaye des Clairets, a été retrouvée étranglée à la porte du monastère. Crime crapuleux, sans doute, puisqu'on lui a dérobé les aumônes qu'elle avait collectées. Chargé d'enquêter, Hardouin commence à trouver étrange l'attitude de la mère abbesse, Mme de Gausbert. En dépit de son chagrin, de sa bonne réputation, celle-ci semble peu désireuse de les voir interroger ses filles. Parce que ce meurtre conduirait vers d'autres secrets ? Que vient faire dans cette histoire Mahaut de Vigonrin, accusée d'empoisonnements ? Hardouin devra menacer, brutaliser, faire chanter pour que justice soit faite...

Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Boulevard du Polar
commenter cet article
14 février 2012 2 14 /02 /février /2012 06:37

 

Pour fêter la Saint-Valentin, la fête des amoureux, voici une sélection de quatre polars. Parmi les vingt règles définies par l’écrivain S.S.Van Dine (1888-1939, créateur du détective Philo Vance) concernant l’élaboration d’une intrigue policière, la n°3 est sans appel : AMOUR 1Le véritable roman policier ne doit pas comporter d'intrigue amoureuse. En introduire une reviendrait, en effet, à fausser un problème devant rester purement intellectuel. Pas d’histoire d’amour parce que c’est trop facile ? Psychologie tourmentée et sentiments exacerbés ont néanmoins servi à de nombreux romanciers, qui ont contourné cette règle avec grand talent. Je vous propose les présentations éditeurs de quelques titres mêlant dans leurs titres amour et mort.

 

Fred Vargas : Les jeux de l'amour et de la mort

(Ed.Le Masque, premier titre de F.Vargas, en 1986)

"Je suis génial." Cette fois-ci, Tom est certain d'avoir élucidé le meurtre de Saldon, l'Américain dont il s'est servi pour s'introduire auprès de Gaylor. Gaylor le magnifique, le consacré, le peintre chéri du 20e siècle... On n'approche pas facilement Gaylor, et l'invitation à cette soirée mondaine dénichée par Saldon avait été l'occasion rêvée de se glisser près de lui. Tom se l'était juré : il soumettrait ses toiles au maître. Mais voilà, une fois dans la place, Tom s'était montré au-dessous de tout : non seulement il n'avait pas adressé la parole à Gaylor, mais pire encore, en s'introduisant comme un voleur dans le bureau du grand homme, il était tombé sur le cadavre... AMOUR 2Pauvre Tom ! Il n'est quelquefois pas facile d'être génial... Surtout lorsque la police est persuadée de votre culpabilité.

 

Keith Ablow : L'amour à mort (Pocket)

Une femme a été assassinée. À ses côtés, la police trouve un homme couvert de sang, victime de troubles de la personnalité et d'hallucinations. Malgré l'horreur du crime, la procédure exige qu'un expert évalue l'état psychique du suspect. Mais le docteur Frank Clevenger, appelé en urgence, est-il en état d'intervenir ? Drogue, jeu, situation financière catastrophique, rapports professionnels exécrables, vie privée en déliquescence, l'existence de Frank part à vau-l'eau, et cette affaire pourrait bien être celle de trop. Quand on a perdu le contrôle, le moindre dérapage peut être fatal…

 

Richard Lortz : L’amour mort ou vif (Rivages/Noir)AMOUR 3

"Une maison aussi mystérieuse que monstrueusement composite, un mélange de styles Tudor et Colonial agrémenté de style "pièce montée victorienne". Une seule famille de quatre personnes pour en occuper les trente-deux pièces ! L'aile nord, battue par les vents et les tempêtes, est inhabitable, si bien qu'il ne reste qu'une dizaine de pièces salubres. Ajoutons encore les affaires personnelles de Christine : une machine à coudre dont elle ne sait pas se servir, un mannequin poussiéreux, une espèce de cadavre desséché, et surtout, une vieille malle de la dimension d'un cercueil qui ne la quitte jamais, et dont Michael s'interroge sur le contenu. Voilà qui est furieusement gothique ! Le sang ne tarde pas à couler quand, épouvantée par une nuée d'étourneaux, Christine tire sur les oiseaux avec un vieux fusil sorti de la mystérieuse malle. Bouillie sanglante : et l'on sent passer l'aile de la folie... Le ton est maintenant donné. Insidieusement, Richard Lortz nous entraîne dans la démence jusqu'à un point de non-retour. L'écriture baroque, qui ne manque pas de rappeler certains accents du grand Huysmans, AMOUR 4ne contribue pas peu au charme envoûtant et décadent de ce roman à mi-chemin entre polar et fantastique." (Jean-Pierre Deloux, Polar)

 

Alexandra Marinina : La mort et un peu d'amour (Points)

L’inspectrice Anastasia Kamenskaïa va se marier avec le très bon et très patient Liocha. C'est en pensant à cela qu'elle rentre chez elle et surprend la conversation de deux malfrats : l'alibi qui les a récemment tirés d'une sale affaire était bidon. Elle les avertit qu'elle va appeler le juge d'instruction pour faire rouvrir le dossier, et aussitôt les menaces fusent. Le lendemain, elle trouve un mot dans sa boîte : «Ne le fais pas, tu le regretteras.» Elle prévient le juge, se marie et, horreur, entend un hurlement dans le bureau de l'état civil : une jeune mariée vient de se faire tuer d'une balle en plein cœur. L'enquête commence et l'on apprend que des meurtres similaires se sont produits. Quel lien y a-t-il entre tous ces meurtres, c'est la question…

Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Boulevard du Polar
commenter cet article
4 février 2012 6 04 /02 /février /2012 06:34

 

FIVET-2012-10Luc Fivet a collaboré à l’écriture du roman Museum, avec Véronique Roy (Fayard, 2006). Puis il a publié deux romans chez le même éditeur : Total chaos (2007) et Requiem (2008 - réédité au Livre de Poche en 2010). Il crée aujourd’hui Les Volubiles, éditions de livres numériques, où il présente ses deux nouveaux romans.

 

"Repentirs"

Boston, 1990. Une toile unique de Vermeer de Delft, "Le Concert", est dérobée dans des conditions rocambolesques à l'Isabella Gardner Museum. Une récompense de cinq millions de dollars est promise à quiconque livrera une information aux enquêteurs. En vain… Paris, 2011. Des policiers spécialisés dans la traque d’œuvres volées retrouvent le célèbre tableau dans un box crasseux des Puces de Saint-Ouen. FIVET-2012-1La découverte provoque la stupeur dans le petit monde de l'art. Aussitôt, les appétits s'aiguisent : historiens, marchands de tableaux, commissaires-priseurs et intermédiaires plus ou moins louches se bousculent autour de la toile. Tous sont ensorcelés par le pouvoir magnétique du maître de Delft, le peintre le plus énigmatique de l'histoire. Et si "Le Concert", au-delà de son apparente douceur, n'était pas une simple œuvre d'art ? Eléonore Mercoeur, la jeune conservatrice française de l'Isabella Gardner, et le redoutable expert François Regard partent sur les traces du secret de Johannes Vermeer. Quel mystère se cache derrière ces personnages au visage impassible ? Les questions s'accumulent, les meurtres aussi...

 

"L’excès de bonheur nuit gravement à la santé"

Le capitaine Michel Ancône rumine son ennui dans la brigade des Stups d’un obscur commissariat de quartier. FIVET-2012-2C’est un excellent flic en dépit d’une incapacité congénitale à respecter la voie hiérarchique doublée d’une regrettable inclination pour les solutions expéditives. Il se soigne auprès d’un thérapeute versé dans les pratiques bouddhiques, mais les révélations védiques sont solubles dans la bouteille. Plus que jamais, son espoir de réintégrer la Brigade criminelle, dont il a été viré pour insubordination, relève de l’utopie. Si la belle vendeuse du magasin de meubles orientaux daignait au moins remarquer son existence. Hélas, elle reste désespérément insensible à son charme, quand elle ne l’humilie pas en public. Tout irait donc pour le pire si la jeune femme n’avait pas l’étrange idée de se faire égorger en pleine nuit sur son lieu de travail. Pour le capitaine Michel Ancône, la rédemption est proche. Mais le chemin de l’illumination est long, escarpé et semé de cadavres…

Le site des éditions numériques Les Volubiles.

Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Boulevard du Polar
commenter cet article
4 janvier 2012 3 04 /01 /janvier /2012 06:29

 

Les adeptes des liseuses et autres supports numériques pour les livres restent infiniment minoritaires sur le marché français. Même si l’on nous vante une bien relative explosion commerciale des tablettes, il n’est donc pas rétrograde de préférer encore et toujours le livre dans sa forme séculaire. KourilskyLe réalisme impose de rappeler que ce sont principalement des auteurs célèbres qui se vendent un peu sous ce format. Je ne suis pas favorable à ces initiatives qu’il faut bien qualifier d’invisibles, ce qui ne m’a pas empêché d’évoquer ici World Trade Cimeterre de Lakhdar Belaïd. Tout simplement parce qu’il s’agit d’une réédition qui ne sortira qu’en numérique.

De même, il m’arrive d’explorer les sites d'éditeurs vivant pour l’essentiel de commandes en ligne, qu’il s’agisse de livres papier ou numériques. Ainsi, sur le site des Éditions Glyphe, on peut se procurer les polars d’Olivier Kourilsky. Son nouveau titre Dernier homicide connu parait en ce mois de janvier.

 

Gaïa Village Publications est un éditeur (pas à compte d’auteurs, nous précise-t-on) ayant misé sur le tout-numérique depuis peu. L’initiative vise à proposer des livres moins chers que dans la forme habituelle, et une plus longue exploitation du catalogue. Parmi les auteurs, nous trouvons deux titres d’une romancière confirmée, Nicole Provence ( sa bibliographie ici ). Angkor, les génies décapités est un roman destiné à la jeunesse. Voici sa présentation : gaia village provence«Un bonze assassiné dans un des célèbres temples d’Angkor, juste au moment où Cléa la fouineuse passe ses vacances au Cambodge avec son gendarme de père. Belle occasion de se lancer dans des aventures palpitantes au milieu de la jungle ! Qui se cache derrière un fructueux trafic de statues antiques ?»

De Nicole Provence également, Les trois Madeleine (ou "Le ravin des anges") est un roman à suspense. Il est ainsi présenté : «Une nuit, réveillée par l’agitation de son chat, Madly le suit jusque dans la cave. L’accès de ce lieu lui a toujours été interdit par sa mère, et pour cause : sa grand-mère y est retenue prisonnière ! Tenaillée par la curiosité mais retenue par la crainte, Madly va mener l’enquête sur l’histoire de sa famille, la famille des «Trois Madeleine», gaia village dangaixdont le récit s’entrelace avec celui de la grande Histoire. Le roman surprenant d’une jeune fille ordinaire entraînée dans la démence de plusieurs générations.»

De Matthieu Dangais, Le requiem de l’horloge se définit comme un thriller à épisodes. Cette histoire devrait en compter six. Voici sa présentation : «Jusqu’où la téléréalité peut-elle aller pour gagner toujours plus d’audience ? Comment alimenter en chair fraîche, des spectateurs cruels et avides de sensations fortes à bon compte ? Dans un avenir pas si lointain, dans un pays peut-être plus proche qu’on ne l’imagine, ils sont sept à avoir accepté l’inacceptable…»

Le site de Gaïa Village Publications.

Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Boulevard du Polar
commenter cet article
30 novembre 2011 3 30 /11 /novembre /2011 06:33

 

Créé au Québec, Les Allusifs est un éditeur parfaitement diffusé en France. Environ 80 titres figurent au catalogue, choisis pour leur originalité littéraire. BURGESS-2011On peut recommander leur collection ¾ polar qui présente, en particulier, les romans de l’auteur américano-mexicain Gabriel Trujillo Munoz. On y trouve aussi cette année Stanley Péan*, Québécois d’origine haïtienne. Son roman Bizango figure parmi les plus singuliers de 2011.

Un nouveau titre vient enrichir en cette fin d’année la collection ¾ polar. Il est l’œuvre de Tony Burgess, auteur canadien né à Toronto, qui vit maintenant à Stayner (Ontario) avec sa femme et ses deux enfants. Il a débuté sa carrière d’écrivain en donnant des performances à partir des poèmes qu’il écrivait. Il a commencé à écrire des romans dans les années 1990. Son roman "Pontypool Changes Everything" a été adapté au cinéma.

Son roman Cashtown parait dans la collection¾ polar :

Pompiste dans un bled perdu, Bob Clark cède à l’improviste à ses pulsions meurtrières, tout en étant confronté à l’absurdité de ses actions. Il découvre que tuer peut être magique, une manière de se sentir tout-puissant. Bob est le seul résident de cet endroit, où il tient l’unique commerce. Il n’a jamais été à l’aise avec les autres. La narration à la première personne renforce l’effet d’incommunicabilité du héros prisonnier de lui-même, isolé dans sa folie. C’est riche, entrecoupé de réflexions, ponctué de métaphores souvent puissantes, et malgré ce foisonnement, le récit parvient à suivre une ligne narrative épurée. L’intrigue en effet est simple, bien construite. Elle avance tout le temps et nous fait pénétrer dans l’esprit malade de Bob Clark, suivant ainsi l’odyssée de ce détraqué. PLAQUE1Un personnage amoral, qui ne craint aucune sanction, ce qui n’est pas sans rappeler "Le démon dans ma peau" de Jim Thompson. Histoire violente qui utilise les codes de la Série B, autant que roman littéraire. Un auteur et une tonalité d'écriture à découvrir.

* Mes chroniques sur les romans de Stanley Péan : "Bizango" (2011), "Zombie blues" (1996), "Le tumulte de mon sang" (son premier roman).

Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Boulevard du Polar
commenter cet article
19 octobre 2011 3 19 /10 /octobre /2011 19:26

 

J’aime le livre, pas ces fichiers PDF appelés livres numériques. Hélas, certains ne sont réédités que dans cette version. C’est aujourd’hui le cas de "World Trade Cimeterre", troisième polar de Lakhdar Belaid, sorti en 2006, uniquement disponible désormais sous ce format aux éditions du Cherche-Midi. Un roman noir toujours d’actualité sur fond de fondamentalisme islamique et de préparation d'attentats en France. Un policier et un journaliste, tous deux d'origine maghrébine, mènent l'enquête dans le nord de la France. Un récit rythmé, sur le thème suivant : BELAIDDurant l'Occupation, la Mosquée de Paris a caché des résistants et des juifs. L'un d'eux, 60 ans plus tard, mène l'enquête dans une série d'attentats secouant la métropole lilloise et la Belgique. Tout en traquant la Batwoman, une mystérieuse tueuse en voile intégrale assassinant à la batte de base-ball.

Extrait de la préface, par Didier Daeninckx : "On connaît le Marseille mortellement chaleureux de Jean-Claude Izzo, le Lyon tortueux de René Beletto, le Paris chamarré de Daniel Pennac, et après ceux de Michel Quint ou de Noël Simsolo, il faudra compter avec le Lille revu et corrigé par Lakhdar Belaïd. Autant prévenir les amateurs de certitudes, ce n'est pas celui des cartes postales. On y parle davantage d'effroi que de beffroi. Finis les corons, abattus les chevalements, rabotés les terrils, éteinte la lumière vacillante juchée sur le casque du galibot. Plus besoin de descendre dans les entrailles de la terre pour atteindre l'enfer. Et si le Nord reste un terrain miné, c'est que le TNT, le Semtex, la pentrite, la dynamite, ont remplacé le grisou. On ne se tue plus au travail, mais au chômage, et les explosions se font en surface."

Du même auteur : "Les fantômes de Roubaix" (Polars en Nord)

Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Boulevard du Polar
commenter cet article
14 mars 2011 1 14 /03 /mars /2011 07:18

 

La série "Les Mange-Rêve" est publiée aux Éditions du Palémon. Ces romans de Jean-Luc Le Pogam s’adressent à un public d’ados. Le premier cycle de quatre aventures commençait par Le grand dérèglement, ainsi présenté : En 2024 - Iwan et Thibault se rendent régulièrement chez Ian, un vieil anglais, ancien musicien rock de renommée internationale installé dans son moulin où il coule des jours tranquilles et dispense des cours de guitare aux deux jeunes qu’il aime bien. Un mercredi du début de l’hiver, des miliciens font irruption dans la bâtisse et mettent fin à la leçon. Les enfants échappent aux hommes qui brûlent le moulin et s’emparent du musicien. Mais ni Iwan, ni Thibault ne trouveront leurs parents respectifs à la maison ce soir là… Photographes et libraires, ils étaient quelque part des «bâtisseurs de rêves»…

 Les trois jeunes parviendront cependant à découvrir où les trains entraînent leurs prisonniers. C’est avec Yvon et Jack, deux grands pères qui ont oublié de vieillir, qu’ils prépareront leur mission, enfermés dans le bunker dont l’accès leur avait jusque-là toujours été strictement interdit. Deux jours avant la grande aventure, répartis en deux équipages qui tailleront la route du nord vers Tombmor sur deux cataskis géants : le Seagull et le Bugale ar Mor…

(On peut lire ma chronique détaillée en cliquant ici

LE POGAM-tome5Après Le route du nord et les deux épisodes (tomes 1 et 2) de Tombmor, voici aujourd’hui Le miroir du rat cinquième volume de la saga des "Mange-Rêve". Taÿfa aura sans aucun doute été la rencontre qui a tout fait basculer pour Iwan, Thibault et Mélanie. Taÿfa, citadelle aux mille couleurs de peau, aux accents sans frontières. Taÿfa, l’adolescente, dernier bastion de cette liberté à sauvegarder à tout prix. Taÿfa la rebelle qui détient et dévoile les vérités cachées, fédère la jeunesse, crée ses propres systèmes de communication pour échapper à la censure.

Mais Taÿfa sous haute surveillance et objet de toutes les convoitises car elle a fait chanceler le pouvoir du tyrannique Président Bogdich en s’attaquant à Tombmor, l’une des places fortes de son régime. C’est donc entre ses murs que garçons et filles de tous horizons se retrouvent pour organiser la Résistance. Mais c’est aussi entre ses murs que la rouille ronge doucement les mémoires endolories.

Et puis il y a ces taupes, infiltrées dans la population par le pouvoir qui souhaite pourrir le fruit de l’intérieur. Ces gens qui répandent des rumeurs, provoquent des accidents, des attentats. Ces "espions malgré eux" qui kidnappent les plus jeunes pour les vendre aux Brigades. Les lavages de cerveau les transformeront ensuite en combattants exceptionnels des escadrons d’élites dits "antiterroristes". Jamais les trois héros, dont on a perdu l’âge, ne laisseront cependant s’éteindre la flamme de l’espoir...

Toutes les infos sur cette saga :

http://jeanluclepogam.fr/index.php?focus=miroir/miroir.html  

 

Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Boulevard du Polar
commenter cet article
11 décembre 2010 6 11 /12 /décembre /2010 07:55

 

Pour commencer à évoquer quelques titres 2011, pourquoi ne pas annoncer la prochaine parution d’une BD ? BD-Janvier2011Le tome 1 de la série Les enquêtes du commissaire Raffini (Desinge-Hugo&Cie) s’intitule Si tu vas à Rio. Textes de Rodolphe - Dessins de Christian Maucler. Rodolphe est scénariste de bandes dessinées depuis 1980. Il a plus de 150 albums à son actif. On lui doit notamment les séries Trent et Kenya, réalisées conjointement avec Léo. Christian Maucler, parallèlement à la bande dessinée, est illustrateur pour l’édition jeunesse où il a réalisé une centaine d’albums…

Le scénario de Si tu vas à Rio :

Juin 1957. Raffini est invité à Cogounan, près de Cassis, au mariage d’un ancien collègue, lui aussi commissaire. Il fait beau et chaud. Raffini en profite pour passer quelques jours de vacances à l’Hôtel Le Provençal. Ambiance résolument sudiste (pêche dans les calanques, pastis en terrasse, parties de boules sous les tilleuls de la place). Mariage façon grande fête. On boit beaucoup, on danse, on s’amuse.

Raffini fait la connaissance de Mireille, un joli brin de fille de 25 ans qui n’est pas pour lui déplaire... Malheureusement, il a deux fois son âge et surtout elle est fiancée à un certain Dario, un sosie du chanteur à succès Dario Moreno et qui, comme ce dernier, pousse aussi la chansonnette, dont le tube du moment "Si tu vas à Rio..."

Quelques jours plus tard, le Dario en question disparaît dans des conditions étranges. Que peut faire Raffini lorsque Mireille éplorée vient solliciter son aide pour le retrouver ? Oubliant qu’il est vacances, notre commissaire se met sur la piste du fuyard, PLAQUE1une piste loin d’être ausi simple qu’il imaginait et qui passe par les gangs marseillais et le trafic de drogue. Bientôt les balles vont siffler autour de l’accorte Mireille et du commissaire. Mais celui-ci n’est pas genre à se laisser intimider. Pour le triomphe de la loi - et pour les beaux yeux de la petite - Raffini attaque...

Cet album BD sera disponible dès le 13 janvier 2011.

Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Boulevard du Polar
commenter cet article

Action-Suspense Contact

  • : Le blog de Claude LE NOCHER
  • Le blog de Claude LE NOCHER
  • : Chaque jour des infos sur la Littérature Policière dans toute sa diversité : polar, suspense, thriller, romans noirs et d'enquête, auteurs français et étrangers. Abonnez-vous, c'est gratuit !
  • Contact

Toutes mes chroniques

Plusieurs centaines de mes chroniques sur le polar sont chez ABC Polar (mon blog annexe) http://abcpolar.over-blog.com/

Mes chroniques polars sont toujours chez Rayon Polar http://www.rayonpolar.com/

Recherchez D'autres Infos Ici

Action-Suspense via Twitter

Pour suivre l'actualité d'Action-Suspense via Twitter. Il suffit de s'abonner ici

http://twitter.com/ClaudeLeNocher  Twitter-Logo 

Libres lectures

Petit rappel : Toutes mes chroniques, résumés et commentaires, sont des créations issues de lectures intégrales des romans analysés ici, choisis librement, sans influence des éditeurs. Le seul but est de partager nos plaisirs entre lecteurs.

Abonnez-vous à Action-Suspense, pour recevoir chaque jour mes chroniques et mes infos sur l'univers du polar. Facile et gratuit !

Spécial Roland Sadaune

Roland Sadaune est romancier, peintre de talent, et un ami fidèle.

http://www.polaroland-sadaune.com/

ClaudeBySadauneClaude Le Nocher, by R.Sadaune

 http://www.polaroland-sadaune.com/