Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 juin 2009 2 23 /06 /juin /2009 06:58
 






Parmi les nouveautés actuellement proposées chez Pocket, voici une sélection de trois titres aux intrigues vraiment alléchantes. Des Etats-Unis à la Suède, planent des mystères parfois bien noirs.


Avec une dizaine de suspenses à son actif, Carol O’Connell est une romancière confirmée. Comme le confirme le scénario de "Retrouve-moi". La fameuse Route 66 est assurément la plus célèbre du monde, mais il n‘en reste plus grand chose. Abîmée par le temps faute d‘entretien, la Route 66 ne déploie plus sur le continent américain qu’une très irrégulière bande bitumeuse. Toutefois, le mythe est vivace. Si il est romanesque, ce grand axe a aussi connu sa part d’horreur. Voici quelques années, un serial killer y a semé les cadavres d’innocentes fillettes. Un sanguinaire jeu de pistes que suivent aujourd’hui leurs parents éplorés, ainsi que l’inspecteur Kathy Mallory. Du moins c’est ce que supposent ses équipiers new-yorkais, car elle n’a pas laissé d’explication à sa course folle. Excepté, peut-être, le corps sans vie d’une inconnue dans son appartement. Ce qui n’explique rien. Un mystère que Mallory partage avec cette route mythique, un mystère qui a tout d’un passé commun…

Dirigeons-nous maintenant vers la Scandinavie, et plus précisément la Suède, pour les deux polars suivants. Avec, d’abord, le roman de Jens Lapidus "Stockholm noir - L’argent facile". Ville touristique incarnant le rêve nordique, Stockholm possède de plus sombres facettes. Prostitution, narcotrafic, crime organisé : sous les eaux calmes de la capitale suédoise, les gros poissons mangent les petits, prêts à tout pour s’imposer. Le nerf de la guerre ? La cocaïne. À Stockholm la noire, la Blanche règne en maître. Dans la faune cosmopolite qui peuple ces bas-fonds, Jorge, dealer en cavale, fait figure de fretin. Et sa spectaculaire évasion est loin de le mettre à l’abri. Il en sait trop, la pègre veut sa peau. JW, jeune étudiant ambitieux et sans scrupule, ne va plus faire le taxi pendant très longtemps. À l’autre bout de la ville, un membre du cartel yougoslave, Mrado, tente de gagner la garde de sa fille – et son passif d’ogre sociopathe ne joue guère en sa faveur. La rencontre de ces trois-là risque d’entraîner des situations explosives.

Restons dans ce pays avec le roman d’Aino Trosell, "Si le cœur bat encore", qui a reçu le prix du meilleur roman policier suédois. Au moment où une vague d’attentats néonazis secoue la Suède, l’aide-soignante Siv Dahlin trouve refuge dans la maison de sa tante, récemment disparue. Isolée dans ce village de campagne, elle peut ainsi oublier ni ce décès brutal, ni la trahison de son mari dont elle vient de découvrir l’infidélité. En quête de sérénité, la jeune femme va être rapidement déstabilisée. Très vite, ses voisins révèlent les dessous inquiétants de leur personnalité. Ces gens semblent tous traîner un passé trouble, sur fond d’obscurs souvenirs de guerre. Un bal des masques à laquelle sa propre tante n’était peut-être pas étrangère.

Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Boulevard du Polar
commenter cet article
17 juin 2009 3 17 /06 /juin /2009 07:53
 

Créatrice des personnages de Maura Isles et Jane Rizzoli, Tess Gerritsen s’est vite imposée comme une des valeurs sûres du thriller. Grâce à des ambiances au suspense aussi intense que mystérieux, conjuguées à une belle fluidité narrative, les lecteurs sont vite entraînés dans ces palpitantes intrigues. Deux titres sortant actuellement le démontrent parfaitement.
Chez Pocket, on peut lire la réédition de "
La reine des morts". Surnommée la Reine des Morts par ses collègues, Maura Isles est le médecin légiste le plus respecté de Boston, celle qui mieux que personne sait faire parler les corps. Dans une froide chapelle désaffectée de l'abbaye de Graystones, on retrouve le cadavre d'une jeune novice, sœur Camille. Près d’elle, gît une autre nonne à l’agonie. Chargée de cette tragique affaire, l'inspecteur Jane Rizzoli fait appel à Maura Isles pour l’aider à résoudre ce crime si particulier, aux allures de carnage diabolique. L'autopsie révèle un lourd secret qui jette le trouble dans la petite communauté des religieuses. Ce qui rend l'enquête délicate et complexe. Jane Rizzoli et Maura Isles conjuguent leurs forces pour percer les mystères de Graystones. Sans occulter leur quotidien privé, car chacune est à un tournant de sa vie sentimentale. Jane est enceinte, et Maura confrontée au retour de son ex-mari. Les deux femmes sont confrontées à de dangereuses surprises.

On retrouve aujourd’hui les mêmes héroïnes dans "Au bout de la nuit" (Presses de la Cité, Sang d’Encre 2009). Alors que la légiste Maura Isles termine sa journée de travail à la morgue, le cadavre d'une noyée ouvre les yeux. Transférée d'urgence à l'hôpital, la ressuscitée n'a pas fini de faire parler d'elle : à peine sortie du coma, elle prend en otages plusieurs personnes présentes sur les lieux, dont l'inspecteur Jane Rizzoli sur le point d'accoucher. La forcenée prétend vouloir révéler un scandale impliquant certains des membres les plus éminents du gouvernement. On ne sait rien de cette mystérieuse jeune femme à l'accent slave. Il est fort surprenant que le ministère de la Défense soit décidé à donner l'assaut, au mépris total de la survie des otages. Maura et Gabriel, le mari de Jane, doivent analyser la situation et répondre à de nombreuses interrogations, afin d'éviter le pire. Encore un suspense sous haute tension !

Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Boulevard du Polar
commenter cet article
13 juin 2009 6 13 /06 /juin /2009 07:55
 

Curieux de la vie et de son temps, Roger Chapman ne pouvait s’adapter à la discipline monastique. Il a choisi de se faire marchand ambulant. Ainsi a-t-il pu arpenter à sa guise les chemins du monde. Encore jeune quand nous découvrons ce héros dans "Le colporteur et la mort" (Éd.10-18, Grands Détectives), Roger a plus d'un tour dans sa besace. Il possède un profond sens de l'observation et de l'analyse, qu'il met au service de ses contemporains, dans cette Angleterre tourmentée de la fin du 15e siècle. Plus tard, Maître Chapmandevient le narrateur des aventures mouvementées auxquelles il a été mêlé ; au fil de sa route, il fut souvent confronté à des affaires d’assassinats et aida à dénouer bien des intrigues. Les pérégrinations de ce personnage, libre et malin, sont aussi l’occasion de faire découvrir au lecteur une Angleterre rurale décrite dans ses moindres détailsnous expliquent Michèle Witta et Claude Mesplède dans le Dictionnaire des Littératures Policières.

Toujours dans la collection Grands détectives, chez 10-18, voici la seizième aventure du héros créé par Kate Sedley : "Les trois rois de Cologne". Au printemps 1481, des ouvriers découvrent un corps enterré dans un terrain appartenant au futur maire de Bristol, l’échevin Foster. On identifie bientôt les restes d’Isabella Linkinhorne, portée disparue depuis plus de vingt ans. À l’époque, on supposa que la jeune femme (dotée d’un caractère impétueux et d’une incroyable beauté) s’était enfuie avec l’un de ses soupirants. Bien décidé à ne pas laisser ce crime impuni, Foster engage Roger Chapman. Celui-ci quitte l'habit de colporteur pour se consacrer tout entier à une enquête qui s’annonce complexe. Il va se heurter aux secrets de famille et à l’usure du temps. Roger n’a d’autre piste que les initiales des trois anciens prétendants d’Isabella. Pour retrouver leurs traces, le voilà lancé dans un périple dangereux entre Bath, Gloucester et Bristol.

C’est un univers à l’autre bout du monde que nous présente I.J.Parker. En effet, les aventures de son héros Sugawara Akitada ont pour décor le Japon féodal, autour de l’an 1000. Après "L’énigme du Dragon Tempête" et "L’énigme de la Porte Rashomon", voici le troisième volet de ses enquêtes. Dans "L’énigme de la flèche noire", Akitada est nommé à un poste de gouverneur dans la lointaine province enneigée d’Echigo, supposé havre de paix. Il va s’y installer avec son épouse Tamako, et ses amis Seimei et Tora. En réalité, la région est très agitée, à cause de la situation économique (les greniers à grains sont vides) et politique (un seigneur de guerre domine le secteur). Face à une population hostile, Akitada doit faire régner l’ordre. Les choses se compliquent pour lui lorsque deux meurtres consécutifs sont commis. L’aide d’un jeune archer aïnu, issu d’une ethnie méconnue et isolée, ne lui sera pas inutile.

Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Boulevard du Polar
commenter cet article
10 juin 2009 3 10 /06 /juin /2009 06:37
 

Tensions et manipulations sont au cœur des percutants romans d’action de Josef Ladik. Il semble que ce nom soit le pseudonyme d’un magistrat français, expert en cybercriminalité. Avec ses deux premiers titres, il signe des thrillers solides, aux ambiances inquiétantes et au rythme vif. 

"Le maître des noms" (First Thrillers, 2008). Anne Ripley est mère de famille. Dans la rame du métro qui la ramène du travail, elle trouve un carnet manuscrit. Il s’agit d’une étrange confession. Une femme y explique comment elle a été forcée à séduire, puis à tuer un homme choisi au hasard. La vie d'Anne bascule alors dans un jeu machiavélique. Elle comprend vite qu'elle n’en sortira pas indemne. Elle n'en connaît ni les règles, ni les instigateurs. Tout ce qu'elle sait, c'est qu’elle est obligée de suivre leurs indications à la lettre. Sinon, elle se verra infliger la pire des souffrances : la perte de son enfant. Dans cette terrible course contre la montre, Anne va devoir percer l'un des secrets les mieux gardés de la Compagnie. Cette société fournit au gouvernement les machines à voter et les technologies de lutte contre le terrorisme. Les traqueurs, des agents spéciaux du gouvernement, sont chargés d'enquêter sur elle. Anne et ces traqueurs vont se croiser autour d'une mort mystérieuse. Et découvrir que leurs destins sont liés. Car le jeu a été mis en place il y a fort longtemps.

"Les engagés" (First Thrillers, 2009). Les faits se passent à Paris, dans un proche avenir. La bombe à impulsions électromagnétiques, qui a explosé au coeur de la capitale, provoque une panne générale. Plus aucun système électronique ne fonctionne. Entre confusion et pillages, l’état d'urgence est proclamé. Une femme est retrouvée au point zéro de l'explosion. Elle est amnésique. Pour lui faire retrouver la mémoire, les autorités décident de l'enfermer dans un centre de haute sécurité. Elle seule connaît le nom de ses complices et la raison de cet attentat. Le gouvernement ne veut pas laisser la contagion s'installer, ni courir le risque qu'une vérité embarrassante soit révélée. Car depuis quelques semaines, les disparitions accidentelles d'opposants ou de curieux se sont multipliées. Des ex-agents spéciaux se chargent de faire s'évader l’amnésique. Ensemble, ils vont s'engager pour que la vérité éclate. Au-delà de leurs attachements, de leurs convictions, de ce qu'ils pouvaient imaginer, ils n’ont d’autre choix que d’aller jusqu’au bout de la mission qu’ils se sont fixée.

Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Boulevard du Polar
commenter cet article
6 juin 2009 6 06 /06 /juin /2009 06:14
 

La collection Seuil Policiers nous propose deux belles nouveautés. Il s’agit de romans d’enquête, particulièrement mouvementés.

Né en 1937 à Istanbul, Petros Markaris vit à Athènes. Il est auteur dramatique, scénariste pour le réalisateur de cinéma Theo Angelopoulos, traducteur, notamment de Brecht et de Goethe. Ses enquêtes du commissaire Charitos connaissent déjà un grand succès en Grèce et en Allemagne. Dans "Actionnaire principal", Charitos fait le grand écart entre la Crète où un navire avec 300 passagers est pris en otage, et Athènes, où des célébrités des médias sont assassinées. À peine le commissaire Charitos a-t-il le temps de fêter le doctorat en droit de Katerina, sa fille chérie, qu’elle part en Crète avec son petit ami Phanis. Leur bateau est bientôt pris en otage par des inconnus. L’opération de sauvetage s’avère délicate : Katerina est retenue pour faire pression sur les autorités. Difficile d’intervenir dans ces conditions. Pendant ce temps, à Athènes, une autre affaire n’est guère plus facile à régler. Un fou furieux exécute une à une des célébrités des médias, connues pour leurs publicités à la télévision ou à la radio. Charitos traque ce singulier assassin, qui exige la suppression de la publicité. Si le coupable n’est pas identifié, journaux, radios, chaînes de TV sont voués à la faillite. Grâce à une intervention des forces spéciales, libérant Katerina, les terroristes sont arrêtés. Katerina reste choquée par sa première confrontation à la violence. Le commissaire peut se concentrer sur l’affaire du tueur de célébrités. Un lien entre les deux événements n’est pas exclu…

L’auteur allemand Veit Heinichen est né en 1957. Amoureux de la ville de Trieste depuis sa première visite en 1980, il y vit désormais comme journaliste et écrivain. Avec ses trafics, ses réseaux mafieux et ses manipulation en tous genres, cette ville est au cœur de son roman "À l’ombre de la mort". C’est la quatrième enquête du commissaire Laurenti. À l’origine de cette affaire, on trouve un certain nombre d’actions et de protagonistes sans liens apparents : un cadavre nu sur le Karst, étouffé par une boucle d’oreille ; une sourde muette russe, Irina, qui fait la tournée des bistrots pour vendre des porte-clés ; ladite Irina est terrorisée par son boss – Viktor Drakic – le mafieux hyperactif qui s’est refait une santé et un nouveau visage ; une jeune porte-flingue, Branka, à la solde de Drakic et prête à tout, violences comprises. Sans le vouloir vraiment, deux autres personnages joue un rôle déterminant : Mia, jeune Australienne d’origine triestine, qui hérite de sa tante un entrepôt contenant un stock d’armement datant de la Seconde Guerre mondiale ; et Galvano, médecin légiste retraité qui écrit ses mémoires et rappelle que de 1947 à 1954, Trieste a hébergé un nid d’espions. Les évènements s’enchaînent à bon rythme : au cours d’une fusillade, des documents et une clé de consigne tombent des mains de Branka. Irina les ramasse. Menacée, elle remet l’ensemble à Galvano. Branka remonte la filière, prête à tuer. Le policier Laurenti surveille les va-et-vient peu discrets de Galvano. Même s’il intervient à temps, les plus dangereux personnages de l’affaire risquent bien de s’enfuir.

Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Boulevard du Polar
commenter cet article
29 mai 2009 5 29 /05 /mai /2009 07:38
 

Si le journaliste Louis Denfert nous a rapidement séduit, c’est qu’il apparaît comme un digne héritier de Rouletabille, le héros de Gaston Leroux (Le mystère de la chambre jaune). Ce héros intrépide a été créé par Brigitte Aubert, romancière confirmée (La mort des bois, Grand prix de Littérature policière), pour une série de romans inédits publiés chez 10-18.

La première aventure de Louis Denfert avait pour titre “Le miroir des ombres”, dont on peu rappeler l’intrigue : Novembre 1891. Reporter au Petit Éclaireur, Louis Denfert se voit enfin attribuer une enquête intéressante. Mathilda Courray, une gouvernante anglaise, a été sauvagement assassinée dans le train Paris-Marseille. Elle a été égorgée, démembrée ; on lui a crevé les yeux avec un stylo. Louis se rend en gare de Dijon, où il interroge les témoins ayant trouvé le cadavre. Cette affaire rappelle au policier Lochais la disparition, un an plus tôt, de M.Leprince, inventeur dappareils de projection dimages animées. Peu après, Louis est victime dune agression. Émile, un ancien militaire, intervient pour laider. Ils vont rester amis. Louis rencontre le Professeur Lacassagne, expert criminologue, et son assistant Féclas. Un curieux tatouage en forme de triskell est dessiné près du pubis de Miss Courray. On pourrait imaginer un symbole franc-maçon. Avec laccord du patron de son journal, Louis est missionné par Lacassagne pour enquêter à Leeds, doù était originaire la jeune femme. Émile laccompagne volontiers. À lauberge où ils sinstallent, le jeune Robinson leur servira dinterprète durant leur séjour. Lambitieuse Mathilda Courray navait pas trop bonne réputation à Leeds. Elle servit dans des familles anglaises vivant à Dieppe, et posa pour des peintres à Londres. M.Leprince, linventeur ayant déposé de nombreux brevets, était aussi connu ici. Nul ne comprend sa disparition, lannée passée. Louis, Émile et leur interprète poursuivent lenquête à Londres. Le peintre Rickets est introuvable à ladresse indiquée. Ex-prostituée, son employée Mary nest guère coopérative, mais Émile sait faire parler les plus réticents. Féclas, lassistant du Professeur Lacassagne, arrive dans la capitale anglaise. Sous un pseudo, il y donne un spectacle de magie. Un renfort bien utile, car Féclas connaît du monde dans la bonne société où il est invité avec ses amis. Lady Fisher-Brown a plutôt lair dune aventurière que dune digne aristocrate. Par contre, la jeune Millie (fort douée pour la caricature) savère une alliée pour les enquêteurs. Lombre dun fantomatique Nark, ou Hyde, plane autour deux. Louis est rejoint par sa petite amie comédienne, Camille. Grâce à Féclas, le petit groupe passe une soirée avec le Prince de Galles. Comme par défi, Hyde rôde dans leur entourage…

Après le deuxième épisode, “La danse des illusions”, voici la troisième aventure (toujours aussi mouvementée) de notre ami Louis Denfert, “Projections macabres”. En mai 1897, un dramatique incendie ravage le hangar du Bazar de la Charité, qui réunissait pour une vente caritative la fine fleur de la bonne société parisienne. Parmi les invités se trouve Louis Denfert. Lorsqu’il découvre dans les décombres fumants le corps brûlé d’une jeune femme assassinée, son sang ne fait qu’un tour. Il ne tarde pas à faire le lien avec une autre affaire sur laquelle il enquête au même moment. De Paris à Aix-les-Bains, dans le luxueux tourbillon cosmopolite de la station thermale la plus en vogue d’Europe, Louis traque le tueur qui poursuit son œuvre sinistre. L’aide de ses amis Émile le boxeur, Albert le médecin légiste et a belle Camille, n’est pas inutile pour Louis…

Les éditions 10-18 lancent une nouvelle collection, consacrée au Domaine Policier. Cette fois, il ne s’agit plus de polars historiques, mais plutôt d’une exploration géographique de la littérature policière actuelle. En effet, les premiers titres nous entraîneront en Inde, en Chine, en Thaïlande, au Tibet, en Italie, puis en Australie, en Suède et dans divers autres pays. C’est par l’Inde qu'on inaugure ce voyage, avec un suspense de Tarquin Hall, “L’homme qui exauce les vœux”. Le business et la corruption règnent en maîtres à Delhi, centre nerveux de l’Inde moderne et mégapole survoltée, où prolifère le crime. Vish Puri, 51 ans, est l’imposant patron de l’agence Détectives très privés. Une trentaine de kilos en trop, une moustache spectaculaire, un goût prononcé pour le piment et les vêtements anglais sur mesure, tel est le portrait de Vish Puri, qui se proclame le meilleur privé du pays. Dans cette ville étouffante où luxe tapageur et pauvreté extrême se côtoient partout, Vish Puri pourchasse escrocs et criminels de tous poils avec des techniques très personnelles. Aussi relève-t-il le défi quand avocat anti-corruption victime d’une cabale lui demande son aide. On cherche à compromettre ce célèbre défenseur des causes perdues en l’accusant du meurtre d’une jeune domestique. Dans cette Inde qui s’urbanise rapidement et oublie trop ses valeurs familiales pour l’individualisme et le profit, Vish Puri mène l’enquête. Il compte sur son instinct, autant que sur les préceptes de son mentor Chanakya… Vivant entre Londres et Delhi, longtemps reporter en Inde, marié à une journaliste Indienne, l’auteur connaît parfaitement le monde qu’il décrit dans son premier roman.

Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Boulevard du Polar
commenter cet article
25 mai 2009 1 25 /05 /mai /2009 06:26
 

Dans Le Magazine Littéraire, l’excellent critique Alexandre Lous a écrit à propos d’Ann Cleeves : “La révélation d’une romancière qui, entre Patricia Highsmith et Elizabeth George, sonde fort bien, et le plus souvent à demi-mot, les méandres de l’âme.” On ne saurait mieux dire, être plus clairvoyant que cet expert.
Voici donc quelques mots sur “Des vérités cachées” d’Ann Cleeves, disponible chez Pocket. Célibataire, grande gueule, plus portée sur la Guinness et le single malt que sur le Earl Grey, l’inspectrice Vera Stanhope veille à la tranquillité de sa petite ville sans histoire du Northumberland. Jusqu’à cette nuit où, après une soirée arrosée, Julie Armstrong découvre son fils, Luke, mort dans la baignoire, le corps recouvert de pétales. Lorsqu’un deuxième cadavre, celui de l’institutrice Lily Marsh, est retrouvé au pied de la falaise, également en présence de fleurs sauvages, l’affaire se corse. Pour Vera, il s’agit désormais de trouver un lien entre les deux victimes et de faire parler des familles qui semblent dissimuler bien des secrets. Un entourage de plus en plus impénétrable au fur et à mesure que la liste des suspects s’allonge…

Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Boulevard du Polar
commenter cet article
20 mai 2009 3 20 /05 /mai /2009 06:25
 

Les passionnés du jeu d'échecs connaissent déjà bien les suspenses de Katherine Neville, où l'Histoire se mêle aux compétions d'échecs, avec leur psychologie. C'est dans cette lignée que s'inscrit Ronan Bennett avec son roman "Mat". Docteur en histoire, romancier et scénariste, il est né en 1956 en Irlande du Nord. Victime d’une erreur judiciaire, il a passé de nombreux mois dans les prisons irlandaises et anglaises avant d’être acquitté. "Mat", jeu d’esprit autant que thriller historique, est son premier roman publié en France (Sonatine Éditions).
Saint-Pétersbourg, 1914. Alors que va s’ouvrir le grand tournoi d’échecs international dont toute la ville parle, la révolution couve dans les rues. Dans ce climat troublé ou fleurissent les haines et les secrets, Le docteur Otto Spethmann, brillant psychanalyste, essaie de se tenir éloigné de l’agitation politique pour se consacrer à sa fille, qu’il élève seul depuis la mort de sa femme, et à ses patients. Parmi eux, Rozental, grand maître d’échecs et génie à l’esprit perturbé, au bord de la dépression nerveuse. L’existence du Dr Spethmann bascule le jour où un membre de la police secrète fait irruption dans son cabinet pour l’interroger sur le meurtre d’un jeune poète. Alors que les cadavres s’accumulent autour de lui, Spethmann ne tarde pas à se rendre compte que les apparences sont trompeuses et que tout le monde a quelque chose à cacher dans cette ville au bord de la folie. Débute alors une véritable partie d’échecs aux multiples rebondissements et à l’issue incertaine. Pièce d’un jeu dont il ignore tout, Spethmann va devoir utiliser tous ses talents d’analyse pour identifier les autres joueurs et leur stratégie, afin de remporter la victoire sur cet échiquier à la fois amoureux, politique, meurtrier et psychanalytique.

Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Boulevard du Polar
commenter cet article

Action-Suspense Contact

  • : Le blog de Claude LE NOCHER
  • Le blog de Claude LE NOCHER
  • : Chaque jour des infos sur la Littérature Policière dans toute sa diversité : polar, suspense, thriller, romans noirs et d'enquête, auteurs français et étrangers. Abonnez-vous, c'est gratuit !
  • Contact

Toutes mes chroniques

Plusieurs centaines de mes chroniques sur le polar sont chez ABC Polar (mon blog annexe) http://abcpolar.over-blog.com/

Mes chroniques polars sont toujours chez Rayon Polar http://www.rayonpolar.com/

Recherchez D'autres Infos Ici

Action-Suspense via Twitter

Pour suivre l'actualité d'Action-Suspense via Twitter. Il suffit de s'abonner ici

http://twitter.com/ClaudeLeNocher  Twitter-Logo 

Libres lectures

Petit rappel : Toutes mes chroniques, résumés et commentaires, sont des créations issues de lectures intégrales des romans analysés ici, choisis librement, sans influence des éditeurs. Le seul but est de partager nos plaisirs entre lecteurs.

Abonnez-vous à Action-Suspense, pour recevoir chaque jour mes chroniques et mes infos sur l'univers du polar. Facile et gratuit !

Spécial Roland Sadaune

Roland Sadaune est romancier, peintre de talent, et un ami fidèle.

http://www.polaroland-sadaune.com/

ClaudeBySadauneClaude Le Nocher, by R.Sadaune

 http://www.polaroland-sadaune.com/