Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 mai 2009 5 15 /05 /mai /2009 07:14
 

10-18 nous proposera prochainement le troisième épisode des aventures du journaliste Louis Denfert, le détective du cinématographe. Ce nouvel inédit de Brigitte Aubert aura pour titre "Projections macabres". L’affaire prendra son origine dans le dramatique incendie qui ravagea le Bazar de la Charité en 1897. Mais, avant ce livre dont on reparlera, voici deux suspenses historiques ayant pour décor des époques forts différentes.

Laetitia Bourgeois : "Les deniers du Gévaudan". Octobre 1363, dans le village cévenol de Marcouls-en-Margeride, noyé de brouillard et de givre. Ici, les paysans luttent quotidiennement pour leur survie. Ils subissent les épidémies de peste, la guerre, les pillages, et les rigueurs de l’hiver. Surtout, ils sont soumis à de lourds tributs seigneuriaux. Lorsque le collecteur d’impôts Guy d’Aspremont est porté disparu, toute le village est immédiatement soupçonné. À commencer par le leveur de taille, Jehan Abauzit, qui était chargé de remettre le produit de la collecte à cet homme qu’il ne connaissait pas encore. Guy d’Aspremont se serait présenté à la tombée de la nuit, ne pénétrant guère dans Marcouls. Les gens d’armes du seigneur doutent du témoignage de Jehan. Mais intervient un jeune habitant du village, Barthélemy, sergent de justice. Après tout, hors du village, rôdent brigands et malandrins, bien mieux armés que des paysans pour agresser un chevalier. Disposant d’une semaine de délai, l’obstiné Barthélemy prend l’affaire en main. Il aura besoin de l’aide de son amie, une guérisseuse aussi rebelle que talentueuse, la belle Ysabellis. Celle-ci est d’abord sceptique sur leurs chances de découvrir la vérité. Barthélemy se veut convaincant : “Je peux quand même essayer. Et puis, tu ne vais quand même pas me dire toi aussi que c’est la fatalité et qu’on n’y peut rien. Ce n’est pas la peste cette fois, Ysabellis, c’est une affaire humaine.” Le couple se doit d’agir au plus vite, sinon les habitants de la vallée seront passés à la terrible question, dans les geôles du château seigneurial. C’est une aventure extrêmement mouvementée qui attend Barthélemy et ses amis…

La série d’Anne Perry ayant pour héros William Monk en est aujourd’hui à son seizième titre (inédit), "Mémoire Coupable". Bien que ses enquêtes se déroulent aussi au 19e siècle à Londres, les aventures du vaniteux William Monk sont d’un esprit assez différent de celles des célèbres Charlotte et Thomas Pitt, du même auteur. Ce portrait établi par Sylvie Kha (de la BiLiPo) nous éclaire sur le personnage : “Toutefois, il est d’une grande originalité. Souffrant d’amnésie, à la suite d’un grave accident, il se rend coupable d’actions dont il ne se souvient pas; c’est le ressort principal des romans où il apparaît. L’ironie et la profonde conscience de l’injustice sociale sont ses qualités majeures.” (Dictionnaire des Littératures Policières). Le voici donc de retour dans "Mémoire coupable". Après une course-poursuite, William Monk, inspecteur de la police fluviale londonienne, réussit enfin à mettre la main sur Jericho Phillips. Accusé du meurtre d’un garçon de treize ans et soupçonné de prostituer de jeunes mineurs sur son bateau, Phillips ressort pourtant libre du tribunal. Il le doit à la stratégie de défense employée par le célèbre avocat Sir Oliver Rathborne, ami de William Monk. L’affaire jette le discrédit sur les forces de police, mais Monk persévère dans son enquête, aidé par sa femme Hester. Il pousse ses investigations dans les plus glauques bas-fonds de Londres. Bientôt, Monk découvre que certains gentlemen de la bonne société londonienne n’étaient pas si étrangers à l’odieux commerce de Phillips.

Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Boulevard du Polar
commenter cet article
14 mai 2009 4 14 /05 /mai /2009 06:12
 

Le suspense de Sophie Loubière est totalement actuel. À l’opposé, celui de William Dietrich explore l’Histoire. Ces deux romans aux univers très différents nous sont aujourd’hui proposés par les éditions Le Cherche Midi.

Sophie Loubière nous présente donc un roman ancré dans notre époque immédiate. En effet, l'action se situe essentiellement aux États-Unis en décembre 2008, en pleine récession mondiale, un mois après l'élection de Barack Obama. C’est un roman policier psychologique (où l’on notera les savoureux hommages à Alfred Hitchcock) où les secrets intimes enfouis dans le passé se mêlent aux appétits les plus crus. Quelques mots sur "Dans l’œil noir du corbeau". L’histoire débute à Paris. Pour fêter ses 40 ans, Anne Darney s'apprête à prendre l'avion à la recherche de son amour de jeunesse, Daniel Harlig. Elle souhaite s'affranchir d'un souvenir qui l'obsède et aura contribué à l'échec de toutes ses relations amoureuses. Plus de vingt ans après, elle va essayer de retrouver ce garçon américain qui lui avait fait la promesse, un jour, de venir la chercher. Mais ce que Anne trouve à San Francisco ne ressemble en rien à une bluette. Pour connaître toute la vérité sur ce qui lui apparaît vite comme “l'affaire Daniel Harlig””, elle contacte un inspecteur de police fraîchement retraité, Bill Rainbow. Grand amateur de gastronomie, sa corpulence n'est pas sans évoquer celle d'Orson Welles. Elle doit le convaincre de reprendre du service. En échange de la confection par Anne, cuisinière émérite, d'un repas de Noël digne du Festin de Babette, Bill accepte de revisiter cette enquête. (Soulignons les fiches cuisine à la fin du roman, reprenant les plats qui composent le festin élaboré par les deux protagonistes du livre )

Prix Pulitzer, William Dietrich nous invite à résoudre un puzzle historique dans "Les pyramides de Napoléon". 1798, Paris. Ancien assistant de Benjamin Franklin, Ethan Gadge gagne au jeu un mystérieux talisman, couvert de symboles obscurs. Il réalise rapidement que celui-ci, lié à un secret maçonnique bien gardé, est en rapport avec les pyramides égyptiennes. Ethan Gadge est engagé dans l'expédition napoléonienne en Égypte, auprès des 167 hommes de science. Réunis pour ce projet, archéologues, ingénieurs et artistes sont chargés d'étudier la civilisation et les vestiges du pays. Ethan va devoir résoudre bon nombre d'énigmes historiques, ésotériques et scientifiques afin d'élucider les mystères qui entourent les pyramides de Gizeh. Sutout, il sera confronté à de redoutables dangers… De la naissance de l'égyptologie aux secrets des pharaons, en passant par les campagnes militaires de Napoléon, William Dietrich nous offre un thriller palpitant, d'une belle précision historique. Bonaparte n’est pas le seul personnage historique de premier plan que l’on croise dans cette aventure. Figurent aussi au générique Dumas père, Monge, Berthollet ou encore l'amiral Nelson, lors de la légendaire bataille du Nil.

Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Boulevard du Polar
commenter cet article
12 mai 2009 2 12 /05 /mai /2009 08:59

Deux romancières récompensées par le Prix SNCF du polar sont actuellement à l’affiche chez Pocket. Des enquêtes palpitantes d’une belle noirceur.
Après "
La colère des enfants déchus", couronné par le Grand prix de littérature policière et le prix Sang d'Encre 2006, Catherine Fradier a obtenu le prix SNCF du polar français pour "Camino 999". Carla Montalban, chef de groupe de la Brigade criminelle de Lyon, enquête sur des meurtres qui semblent impliquer sa famille, liée à l'Opus Dei. En choisissant d’entrer dans la police, d’être confrontée aux réalités de terrain, elle tournait pourtant le dos aux siens, et à leurs amis affairistes. Ses investigations vont la conduire au coeur de l'affaire Matesa, le scandale politico-financier espagnol qui éclaboussa les Giscard d'Estaing dans les années 70, au temps des Républicains Indépendants et de l'assassinat du député Jean de Broglie. En effet, deux meurtres vient troubler la quiétude de la bonne société lyonnaise. Espionnage industriel, détournements de fonds, plusieurs pistes sont plausibles. Mais l’enquête de Carla cerne bientôt sa propre famille. Il ne fait bientôt plus aucun doute que la véritable identité de sa mère disparue et le secret de la fortune des Montalban sont au cœur de ce dossier. De Lyon à l'Irlande en passant par l'Argentine, "Camino 999" décrypte les relations troubles entre le pouvoir et l'argent au sein de la Santa Mafia, bras armé du Vatican… Il faut rappeler que ce roman fut l’objet d’un procès entre l’Opus Dei et l’éditeur de Catherine Fradier, le tenace Jean-Jacques Reboux. La longue procédure donnait raison à celui-ci et à l’auteur, contre l’Opus Dei. Cette organisation a, néanmoins, exigé qu’un avertissement aux lecteurs figure dans cette édition.

L’Italienne Gilda Piersanti (qui vit à Paris depuis longtemps) a cumulé le Prix SNCF du polar européen et le prix du Polar méditerranéen pour son roman "Bleu Catacombes". Il s’agit d’une nouvelle enquête de sa tétralogie ayant pour héroïne la policière Mariella de Luca. Août 2003. En pleine canicule, les Romains se pressent dans les catacombes de la Ville éternelle, en quête d’un peu de fraîcheur. Et leur découverte a en effet de quoi glacer les sangs : plusieurs têtes coupées, notamment celle d’un cinéaste de renom. Alors que les décapitations se succèdent et que son idylle avec Paolo, jeune archéologue, s’épanouit, l’inspecteur principal Mariella De Luca essaie de garder la tête froide. L’affaire prenant, de jour en jour, les allures d’une gigantesque tragédie antique, elle va tenter de trouver le lien entre les victimes et le célèbre mythe de Judith, héroïne de la Bible qui a décapité son ennemi… Soulignons aussi la sortie, aux éditions Le Passage, du nouveau roman de Gilda Piersanti : "Vengeances romaines".

Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Boulevard du Polar
commenter cet article
5 mai 2009 2 05 /05 /mai /2009 06:14
 

Journaliste anglais d’investigation et auteur de documentaires, Michael Morley présente son premier roman : "Spider". Jack King vit aujourd’hui en Toscane (Italie) avec son épouse Nancy, où ils dirigent un petit hôtel. Ancien profileur pour le FBI, Jack a craqué trois ans plus tôt. Voilà vingt ans qu’il essayait de mettre la main sur un serial killer, le "Black River Killer". Celui-ci signait ses forfaits en emportant comme trophée l'un des membres de ses victimes. Les cauchemars de Jack commencent à s’atténuer, mais il n’a jamais pu oublier la première victime de l’assassin, Sarah. Étaler ses états d’âmes devant une psy de Florence ne fait que raviver ses douloureux souvenirs. Jack est contacté par la policière Orsetta Portinari, déléguée par son collègue et ami italien Massimo Albonetti. Il vient de se produire une affaire similaire à celle du "Black River Killer", même si rien n’indique qu’il s’agisse du même assassin. Dans le même temps, à New York, la prostituée Ludmilla est piégée puis atrocement torturée par un criminel parfaitement organisé. Sans doute cet homme qui ne laisse aucune trace est-il l’expéditeur anonyme d’un colis destiné au FBI. Le paquet est reçu par Howie Baumgard, l’ancien partenaire de Jack dans ce service de police. Or, le colis contient le crâne de la jeune Sarah, extrait de sa tombe profanée. En Italie, Jack a accepté d’étudier le dossier traité par Orsetta Portinari, quand il apprend que le paquet envoyé au FBI lui est destiné. Il comprend bientôt que le jeu morbide entre le "Black River Killer" et lui vient de recommencer. Le parcours sera aussi dangereux que complexe, mais il doit le mettre hors d’état de nuire…

Né en 1977, Kenan Gorgun est scénariste de cinéma et auteur de quatre romans, dont "Fosse commune" aux Editions Fayard. Dans "Patriot Act", son nouveau roman, apparaît le policier Elvis Casanova, plongé au cœur d’un suspense mouvementé… À l’origine, le professeur John Victor Saturne effectuait des recherches sur les profondeurs inconnues de la mémoire des cellules cérébrales. Il y a consacré sa vie. Trente ans plus tard, il est sur le point de mettre en place un système révolutionnaire de surveillance des individus pour le compte du Pentagone. Grâce à cette découverte (que l’on nommera le Protocole Saturne) pour l'instant top secrète, le Ministère de la guerre américain pourrait s'immiscer dans les pensées de chaque citoyen, et contrôler les masses. Conscient du drame liberticide dont il serait responsable, le professeur Saturne crypte les fichiers informatiques de ses travaux. Cette même nuit du Memorial Day, il est victime de deux tueurs à gages. Flic charismatique de la Criminelle de Baltimore et star des médias, Elvis Casanova se retrouve alors, sans raison apparente, l'héritier du défunt professeur. Derrière des toiles de Pollock, il découvre rapidement que se cachent les équations manquantes. Mais il est bientôt pourchassé sur ordre du Pentagone, se retrouvant seul dans l’adversité…

La collection First Thrillers nous propose des suspenses d’une belle intensité, comme en témoignent ces deux nouveautés.

Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Boulevard du Polar
commenter cet article
2 mai 2009 6 02 /05 /mai /2009 06:41
 

Native de Chicago, le Dr. Kathy Reichs est anthropologue. Elle a été vice-présidente de l'American Academy of Forensic Sciences, et est actuellement membre du Conseil consultatif sur les services de police au Canada. Elle est professeur au département d'anthropologie à l'Université de North Carolina-Charlotte. Elle partage son temps entre cette ville et Montréal, au Québec. Depuis "Déjà dead", son premier best-seller, elle a publié près de dix thrillers ayant pour héroïne son alter-ego, Temperance Brennan. Vient de paraître chez Pocket "Meurtres au scalpel" : Un drogué enterré, une clocharde noyée, un ancien flic pendu : il fallait bien tout le talent de Temperance Brennan pour distinguer, derrière la diversité des modes opératoires, la main d’un même homme. À défaut d’un statut social, d’un profil physique ou d’une scène de crime comparables, tous ont un point commun: ils ne manqueront à personne. Et tous portent, sur une vertèbre bien précise, la signature insolite de leur assassin… Sous le soleil de Charleston, fleuron de la vieille Caroline du Sud, les vacances de Temperance tournent vite au délire. Quand l’anthropologue judiciaire n’est pas mandatée d’urgence auprès d’un squelette, elle doit jouer les négociatrices entre Peter, son ex-mari, et Ryan, son nouvel amant. Les caprices du cœur, pourtant, ne sont rien: dans cette affaire, ce sont bien d’autres organes qui entrent en jeu…

La romancière anglaise Minette Walters s’est imposée, elle aussi, dès son premier titre, "Chambre froide" (1993), devenant une des reines du suspense psychologique. Avec Minette Walters, ses personnages complexes ou ambigus, et ses ambiances très noires, on est à l’opposé du traditionnel roman britannique d’énigme. Pour Claude Mesplède, « Elle est une des plus grandes révélations des années 90 » (Dictionnaire des Littératures Policières, Éd. Joseph K.) Après une douzaine de titres, voici son nouveau roman chez Pocket : "L’ombre du caméléon". On ne revient jamais sain et sauf de l’enfer. De retour d’Irak, où son tombés ses hommes, le lieutenant Charles Aucland ne voit plus la vie du même œil. À moitié amnésique, le visage barré d’un éclat d’obus, l’homme doux que ses amis connaissaient n’est plus qu’une plaie ouverte, violente. Des haines coupables, des phobies nouvelles ternissent l’uniforme héroïque de miraculé qu’on voudrait lui passer. Aussi la police londonienne, complètement dépassée par une vague de meurtres homophobes, voit-elle en cet être marginalisé, un tueur idéal. Toutes les victimes ne sont-elles pas d’anciens soldats gays, violés puis battus à mort ? Le profil colle à la perfection : humeur changeante, terreur vis-à-vis de la sexualité, personnalité multiple… Le caméléon pourrait bien avoir pris, là-bas en Irak, la couleur du sang.

Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Boulevard du Polar
commenter cet article
30 avril 2009 4 30 /04 /avril /2009 06:17
 

Romancier anglais, Frank Tallis est avant tout docteur en psychologie, spécialiste réputé des troubles obsessionnels. Il est l’auteur d’une série,Les carnets de Max Liebermann, dont l’action se passe à Vienne au début du 20e siècle (publiée chez 10-18). On ne s’étonnera donc pas que son héros soit une jeune psychiatre, disciple de Freud. Pianiste à ses heures, Max Liebermann enquête avec son ami Oskar Rheinhardt, inspecteur de police (et chanteur lyrique amateur). Ses connaissances sur l’inconscient et son sens de la déduction permettent à Max Liebermann de résoudre d’étranges énigmes. Qu’ils traquent un tueur en série ou le meurtrier d’un médium, Max et Oskar ne manquent ni de ténacité, ni de psychologie. Quand on sait que la capitale de l’empire Austro-hongrois était une ville très animée et culturellement riche, le contexte viennois prend toute son importance. Cette série, qui débuta avec “La Justice de l’inconscient”, en est aujourd’hui à son quatrième épisode (inédit) : “Les pièges du crépuscule”. Le corps d’un moine est découvert devant une des églises de Vienne. Max Liebermann est appelé sur les lieux par le policier Rheinhardt. Il apparaît que la victime, considérée par beaucoup comme un saint homme, était plutôt un farouche militant antisémite. Si rapidement les soupçons se portent sur la communauté hassidique, Liebermann cherche une autre vérité à cette pénible affaire. Pour tous les Juifs de la capitale autrichienne, l’atmosphère se fait de plus en plus lourde, attisée par le maire en personne. Tandis que la haine grandit, une ombre inquiétante l’accompagne, celle d’une créature de glaise, magique et vengeresse, le Golem.

On connaît bien la série des romans de Patricia Wentworth (1878-1961) mettant en scène la perspicace Miss Maud Silver, archétype de la vieille fille fouineuse très british. Sans oublier la trilogie ayant pour enquêteur l’inspecteur Lamb. Mais c’est un inédit, indépendant de ces séries, de Patricia Wentworth que nous présente aujourd’hui la collection Grands Détectives chez 10-18 : “Mort ou vif”. Lorsque la police annonce à Meg O’Hara la mort de son mari, celle-ci ne peut s’empêcher de ressentir un immense soulagement. Tyrannique et manipulateur, Robin O’Hara aurait été assassiné alors qu’il enquêtait sur la bande du Vautour pour le compte des services secrets anglais. Libre mais dans une situation financière précaire, Meg se fait à sa nouvelle vie. Lorsqu'elle reçoit des lettres signées par le mort, elle est bientôt envahie par la peur. Ami de longue date secrètement amoureux d’elle, Bill Coverdale est le seul à la croire quand elle affirme que son mari est encore en vie. L’apparition d’une sulfureuse actrice et d’un mystérieux paquet pousse le couple à enquêter sur une affaire pleine de faux-semblants.

Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Boulevard du Polar
commenter cet article
22 avril 2009 3 22 /04 /avril /2009 06:17
 

Publié chez Fayard Noir, "Mémoires sous médocs" est un roman noir réjouissant. Distingué en 2003 par le New York Times comme un écrivain majeur, Tom Grimes, auteur de "La Cité de Dieu" (Gallimard, 1999) nous offre le portrait tendre et délirant d’un jeune homme dans notre époque, aussi désabusé que déterminé à réaliser ses espoirs et ses rêves. Pourquoi choisir une tonalité comique ? L’auteur répond : « Parce que la satyre est souvent plus facile, en tout cas passe souvent mieux, quand elle est traitée sur un mode comique. "Mémoires sous médocs" est tout de même un roman critique à l’égard de notre société d’hyper consommation. Parler des difficultés à entrer en relation les uns les autres, à trouver sa place sur un mode triste, sous prétexte de sérieux, ne me tentait pas du tout. Je préfère les chemins non conventionnels. L’idée même de parler du réel de façon délirante m’amusait et me semblait, sur le clavier de Will, particulièrement pertinente. »
Petite présentation de cette histoire : 

A quoi rime un monde de consommation saturé de burgers ultra-lights, de profs prétentieux et de filles prêtes à tout ? se demande, en boucle et en ligne, le jeune Will, un étudiant trop lucide shooté aux anti-déprime. Le bonheur sur ordonnance, dans tout ça, est-ce vraiment sérieux ? Assisté de Spunky, son fidèle ordinateur portable, il se lance, mi-amer, mi-hilare, dans une quête de sens un peu parano à travers les méandres de la pharmacologie et de sa petite société : sa famille éclatée (son père est en taule), la fac (le Dr Bones veut sa peau), sa copine (une starlette de papier glacé), son job d’étudiant (où il n’a même plus le temps de pisser).

Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Boulevard du Polar
commenter cet article
21 avril 2009 2 21 /04 /avril /2009 12:20
 

Laurent Scalese s’est fait connaître avec "Le Samouraï qui pleure", "L'Ombre de Janus", "Des pas sous la cendre" chez Pygmalion. Il rencontre un franc succès avec "Le Baiser de Jason"(prix Sang d'encre des lycéens 2005) puis "Le Sang de la mariée" (2006), deux romans publiés chez Belfond. Laurent Scalese est aussi scénariste pour le cinéma et la télévision.

Il nous présente aujourd’hui "La cicatrice du diable", un suspense où se croisent trois personnes qui ne se connaissent pas. Pourtant, leur destin est lié à une femme portant un lourd secret, prête à tout pour parvenir à ses fins.
L’histoire se passe à notre époque, à Paris. Suite à la défenestration d’un scénariste du bureau de Cécilia Rhodes, célèbre productrice, le commissaire Artus Milot est chargé de l'enquête. Il est peu convaincu par la thèse du suicide. Il établit un parallèle avec la mort de Lucie Drax, une jeune scénariste qui travaillait pour Cécilia trente ans plus tôt. Une affaire qui semble liée à l'histoire personnelle de Milot. Dévorée d’ambition, Cécilia Rhodes est mariée à un riche homme d’affaires qui l’a sauvée de la faillite. Elle exploite le talent de Charlie Kessel, un obscur romancier, dont elle signe les scénarios à sa place. Elle manipule cyniquement Kino Watanabe, son assistant qui est amoureux d’elle. Ces pantins ne tarderont sans doute pas à vouloir jouer leur propre rôle. Découvrant une femme impitoyable, le policier n'hésite pas à faire saigner une ancienne et effroyable blessure : la cicatrice du diable. Probablement existe-t-il autant de zones d’ombres dans le passé du commissaire Milot que dans celui de Cécilia.

Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Boulevard du Polar
commenter cet article

Action-Suspense Contact

  • : Le blog de Claude LE NOCHER
  • Le blog de Claude LE NOCHER
  • : Chaque jour des infos sur la Littérature Policière dans toute sa diversité : polar, suspense, thriller, romans noirs et d'enquête, auteurs français et étrangers. Abonnez-vous, c'est gratuit !
  • Contact

Toutes mes chroniques

Plusieurs centaines de mes chroniques sur le polar sont chez ABC Polar (mon blog annexe) http://abcpolar.over-blog.com/

Mes chroniques polars sont toujours chez Rayon Polar http://www.rayonpolar.com/

Recherchez D'autres Infos Ici

Action-Suspense via Twitter

Pour suivre l'actualité d'Action-Suspense via Twitter. Il suffit de s'abonner ici

http://twitter.com/ClaudeLeNocher  Twitter-Logo 

Libres lectures

Petit rappel : Toutes mes chroniques, résumés et commentaires, sont des créations issues de lectures intégrales des romans analysés ici, choisis librement, sans influence des éditeurs. Le seul but est de partager nos plaisirs entre lecteurs.

Abonnez-vous à Action-Suspense, pour recevoir chaque jour mes chroniques et mes infos sur l'univers du polar. Facile et gratuit !

Spécial Roland Sadaune

Roland Sadaune est romancier, peintre de talent, et un ami fidèle.

http://www.polaroland-sadaune.com/

ClaudeBySadauneClaude Le Nocher, by R.Sadaune

 http://www.polaroland-sadaune.com/