Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 juin 2015 5 12 /06 /juin /2015 04:55
L'homme noir, personnage mystérieux à plus d'un titre

Quand on parle polar ou SF, "l'homme noir" ne va pas désigner le mâle africain, mais plus sûrement la noirceur de l'âme, des actes ou des tenues, du personnage-titre. En 1939, un certain André Sans publia aux Éditions de la Librairie de L'Arc (Brive La Gaillarde) un roman de 126 pages (en tirage limité et numéroté, illustré de 36 gravures sur bois de Jean Margerit) intitulé "L'homme noir". On peut supposer qu'il s'agit d'un conte à suspense car Edgar Allan Poe est cité en exergue, via un extrait de Le puits et la pendule, "Oh ! Une voix… une voix pour crier !"

G.J.Arnaud utilisa le même titre pour un roman publié dans la collection Spécial-Police du Fleuve Noir en 1975. L'histoire se passe à Lyon, dans le quartier de la Croix-Rousse. C'est là que Roger Courson, qui vit aujourd'hui à Nice, passa son enfance. Dans certains couloirs de cet immeuble désormais lézardé, les mômes d'autrefois avaient peur du légendaire "homme noir" hantant les lieux. “Lorsqu'il n'était qu'un enfant, il ne s'y hasardait qu'en compagnie des autres, un bout de bougie à la main. Outre les chausse-trappes, il y avait l'Homme Noir. Tous les enfants l'avaient vu. Lui aussi. Une ombre en grande cape et chapeau pointu qui se glissait d'étage en étage, silencieux et sinistre… On disait qu'un trésor y avait été caché par un riche soyeux au moment de la révolte des Canuts en 1831 et que l'Homme Noir n'était autre que le fantôme du soyeux recherchant son bien.” S'il est de retour chez ses parents, c'est que Roger vient d'assassiner sa compagne Gisèle. Voilà le seul endroit qu'il ait trouvé pour se cacher. Auprès de ses parents, qui sont décédés de mort naturelle, dont les corps sont toujours dans l'appartement. Un refuge pas si sûr, car des attentats visent ce pâté de maison habité surtout par des familles arabes venues d'Algérie. C'est l'œuvre d'un comité dirigé par l'étudiant Pascal Lacaze et son amie Hélène Ferni, afin d'obtenir le relogement de ceux qui vivent dans ce trou-à-rats. Ce qui risque de trop attirer l'attention des autorités sur cet immeuble, augmentant l'angoisse de Roger.

"L'homme noir" fut réédité en 1995 chez le même éditeur, dans un recueil de quatre titres. Les autres sont trois succès de cet auteur : "Enfantasmes" (Prix Mystère de la Critique 1977), "L'enfer du décor", "Les jeudis de Julie". En début d'année 2015, les éditions Rivages/Noir ont aussi publié un roman de Luca Poldelmengo intitulé "L'homme noir".

L'homme noir, personnage mystérieux à plus d'un titre

En science-fiction, on trouve également ce titre. "L'homme noir" est un recueil de huit nouvelles signées Robert E.Howard, qui fut successivement publié par Le Masque fantastique en 1976, chez NéO en 1982, au Fleuve Noir en 1991. Il existe encore un roman de fantasy de Robin Hobb publié par Pygmalion en 2005, sous ce titre.

Légères variantes dans les romans destinés à la jeunesse. Avec le livre d'Alix Clémence "Ninon et l'homme en noir" publié par Syros, dans la collection Souris Noire, en 1999. Chez PKJ (Pocket Jeunesse), "L'homme en noir" de Catherine MacPhail est le tome 3 de sa série Némésis, publié en 2010.

Côté bédé, on peut citer des titres très approchants. Tel "Mandy Riley – L'homme en noir" (tome 1) de Ray Collins et Ernesto Garcia Seijas, aux Éd. du Lombard, 1988. Plus ancien, une bédé sans doute parue dans le Journal de Tintin, puis en album : "L'homme noir de Ripaton" de Mitteï (série L'indésirable Désiré, Dargaud 1970).

L'homme noir, personnage mystérieux à plus d'un titre
Repost 0
2 février 2014 7 02 /02 /février /2014 05:55

Il y a quarante ans, les éditions Eurédif publiaient une mémorable série d'aventures dans leur collection Diane, des romans signés Ugo Solenza. De 1974 à 1976, paraissent quinze épisodes de la vie mouvementée de Marion, une jeune Irlandaise du 18e siècle. Il s'agit d'intrigues riches en péripéties, à la fois historiques et érotiques. Le contexte conflictuel entre la Grande-Bretagne et l'Irlande sert de toile de fond à ces récits, avec la violence qui régnait en ces temps-là. Rebelles irlandais et aristocrates anglais s'opposent autant par des faits guerriers qu'en se tendant divers pièges sournois. Les révoltés sont souvent mis en prison, risquant l'exécution. Séduisante jeune femme, Marion est une bisexuelle avérée. Les scènes sexuelles sont évocatrices, comme celles où elle est maltraitée, celles-ci étant récurrentes. Romans d'action, avec leur part d'érotisme, ces livres constituent finalement une épopée entraînante, agitée à souhaits, très agréable à lire.

En réalité, nous savons qu'Ugo Solenza fut un des pseudonymes du grand romancier populaire Georges-Jean Arnaud. Des histoires plus solides qu'on pourrait l'imaginer. Pour le vérifier, survolons les quinze épisodes de cette série...

Ugo Solenza : les 15 aventures de Marion l'Irlandaise (G.J.Arnaud)

Née en 1740 dans une Irlande ravagée par la famine, Marion Galavay fut tôt orpheline. Elle a été recueillie par un jeune garçon, Stephen O'Coney. Il fut son compagnon durant de longues années, jusqu'à ce que la vie les sépare suite à un drame. Marion ayant été violée par un fils de lord, Stephen châtia ce dernier. Devenue la compagne forcée d'un bohémien nommé Murphy, Marion connaît la misère, la faim, le danger. Elle s'habite en garçon pour être moins en péril. Jusqu'au jour où, à Dublin, Murphy la vend à des lords débauchés qui la prennent pour un adolescent. Trompés par l'aspect de Marion, le trio de jeunes lords lui font subir d'odieux sévices. Elle s'échappe, non sans avoir défiguré lord Killin. Celui-ci va la poursuivre de sa vengeance avec une terrible obstination. (“Marion”).

Seule dans Dublin, elle va croiser Stephen, qui reste dans une certaine clandestinité, car il est devenu un chef rebelle catholique. Malgré ses précautions, il risque d'être démasqué, et condamné à mort. Marion n'a eu d'autre choix que le rôle de fille galante, entretenue par un bourgeois de la ville. Lord Killin et son intendant, Flamy, utilisent une servante d'auberge, June, pour tendre un piège à Marion. Les deux jeunes femmes sont obligées de participer à une orgie bestiale. Elle réussissent néanmoins à s'enfuir. Grâce au au cocher Primross, s'avérant un père de substitution pour Marion, elles peuvent se cacher. Marion se fait aider par Gussie, chef d'une bande d'adolescents miséreux, afin de faire évader Stephen. Mais rien ne va fonctionner comme prévu, Marion et Primross étant les seuls à s'en sortir par miracle. (“Marion de Dublin”).

Marion retrouve un des trois lords l'ayant si cruellement maltraitée naguère. Lord Sidmoun n'a rien d'un monstre. Il éprouve de tels remords qu'il accueille Marion son son toit, supporte ses caprices et ses frasques, toutes ces avanies car il est tombé amoureux d'elle. Lord Killin soudoie l'entourage de Marion, afin de l'attirer dans un nouveau piège vengeur. Lord Sidmoun et le cocher Primross la tirent des griffes de son tourmenteur, blessant lord Killin afin qu'il ne puisse plus tenir une épée (“Marion la proscrite”).

Marion accepte d'épouser lord Daniel Sidmoun, à condition que le mariage ne soit pas consommé. Entre-temps, Stephen O'Coney a été officiellement exécuté. En réalité, Flamy est intervenu, pour que le condamné entre au service de lord Killin. Pensant son ami mort, Marion finit par vivre une vie de couple normale avec son mari, même si elle n'est guère appréciée de la gentry irlandaise. Stephen ne tardera pas à reprendre sa vie de révolté. (“Lady Marion”).

Maintenant qu'elle est comtesse de Harrigan, lord Killin doit se montrer plus rusé encore pour atteindre Marion. Il utilise la servante June et le bohémien Murphy pour organiser un guet-apens. Des bandits s'emparent de Marion et de sa jeune chambrière Mary. Ils vont réclamer une rançon de cent mille livres. La fortune du mari n'y suffirait pas, et lord Simoun ne peut pas compter sur l'aide de son oncle. En effet, lord Justice déteste la jeune femme, et a toujours désapprouvé cette mésalliance. Lord Killin l'influence, faisant croire à un plan de Marion et Stephen pour ruiner leur famille. À la tête de sa troupe de rebelle, c'est Stephen O'Coney qui parvient à sauver son amie (“Une rançon pour Marion”).

Le jeune femme est maintenant prête à partager la vie aventureuse de Stephen. Celui-ci a accumulé un petit trésor, afin de mener de futures actions contre les occupants anglais. En attendant, le coupe s'installe dans une fermette au bord du Shannon. Une vie effacée et terne pour l'intrépide Marion. Le cocher Primross retrouvera la jeune femme, après de longues recherches. Elle ne tient pas à revenir auprès de son mari (“Marion l'infidèle”).

Stephen a décidé de s'emparer du trésor de guerre, un million de livres, que transporte l'Imperious, navire ancré devant le port de Limerick. Il charge Marion de séduire Cornélius Ripley, le capitaine du bateau. Bien qu'étant connu pour sa dureté, Ripley est séduit par la belle Marion. Il l'invite à son bord dans le plus grand secret. Les rebelles en ont profité pour s'introduire sur le navire, afin de s'en emparer. Marion et ses amis ignoraient que lord Sidmoun était troisième lieutenant sur ce bateau. La situation évoluera de façon plus compliquée que prévu (“Marion galante”).

Ugo Solenza : les 15 aventures de Marion l'Irlandaise (G.J.Arnaud)

Le mari de Marion est accusé d'avoir déserté, en quittant l'Imperious où il était officier. Sa femme s'acharne à le défendre, à lui éviter la potence. Devenue une personnalité de la haute société londonienne, elle obtient la protection du vieux duc d'Armagh. Manœuvrant avec audace et courage, Marion oblige le principal accusateur à se rétracter. Lord Sidmoun est heureusement disculpé. Mais déjà Marion souhaite retourner en Irlande, afin de retrouver la trace de son cher Stephen (“Marion des brumes”).

Sur le bateau vers l'Irlande, Marion fait la connaissance d'un Français, Lionel Degreves. Cet homme la suit depuis Londres. Il lui révèle qu'il est chargé d'une mission auprès de Stephen O'Coney, le Rebelle, par le roi de France. Marion et son nouvel amant Degreves recherchent leur ami. À la suite d'une défaite, Stephen s'est réfugié dans un village de naufrageurs, dont il partage les activités coupables. Plein d'amertume, il ne paraît plus croire aux espoirs du peuple irlandais. Il est accompagné de Cathy, ex-religieuse que des Protestants ont martyrisée. Stephen se laisse convaincre de reprendre la lutte, avec le soutien de prêtres clandestins et de volontaires. Il ne veut pas quitter son île afin d'aller plaider sa cause devant le roi de France. Par contre, Marion accepte d'être l'ambassadrice de cette cause (“Marion d'Irlande”).

Marion espère convaincre Louis XV d'intervenir militairement en Irlande, afin d'en chasser les Anglais. Le bohémien Murphy est désormais employé comme agent par l'Amirauté anglaise. Il est chargé de discréditer Marion, la faisant d'abord placer dans un lazaret sous prétexte de contamination. Comme elle déjoue tous ses pièges, Murphy finit par l'enlever avec la complicité d'un gitan, Zephaïre. Ayant enduré d'odieux sévices, Mario s'évade et trouve refuge auprès de son amie intime, la comtesse Mélanie de Serres. Ses exploits font grand bruit à Versailles (“Perverse Marion”).

Marion n'a pas tardé à séduire le roi de France. Qu'elle devienne la maîtresse de Louis XV ne peut que fortement déplaire à la Pompadour. Dom Rabast, un Jésuite équivoque et intriguant envoyé par Rome, se propose d'intervenir dans cette situation. Malgré tout, Marion est bientôt contrainte de fuir la France pour échapper aux manigances de Mme de Pompadour. Accompagnée de Degreves et de Dom Rabast, Marion est de retour en Irlande à une époque critique. Bon nombre de rebelles, dont Stephen, ont été emprisonnés ou tués. Profitant de la confusion, des bandes organisées de brigands (les Rapparees) ont mis le sud de l'Irlande à feu et à sang. Le domaine appartenant à Marion et à son mari a été attaqué, laissant lord Sidmoun mortellement blessé. Marion s'aperçoit qu'elle aurait dû davantage se méfier de Dom Rabast (“Complot pour Marion” et “Un roi pour Marion”).

Avec ses complices Mary et Cathy, Marion s'est réfugiée dans le village de Galgo. Ici vivent d'anciens lépreux, des estropiés, des monstres. Lord Justice, le détestable oncle du mari de Marion, est retenu prisonnier à Galgo. Espérant le retrouver, lord Killin kidnappe et torture le cocher Primross, ami de Marion. Au village, les vieux décident qu'il faut se mettre sous la protection d'un trio de sorcières. Ce qui promet à Marion des aventures amoureuses particulières. De retour à la civilisation, Marion est encore la proie de lord Killin, mais le vieux duc d'Armagh intervient en sa faveur. De son côté, Stephen a obtenu de l'aide d'un certain Heran de Depardieu pour s'évader, et quitter l'Irlande. Le couple se retrouve, mais l'avenir s'annonce sombre pour eux (“Les démons de Marion”).

Stephen et Marion se sont installés dans une petite maison du port de Killorgin. Assisté par le mousse Olier, Stephen y mène une vie de pêcheur. Marion s'interroge sur ce que sont devenus les biens de son défunt mari : “Tout ce qu'elle savait, c'est que son beau domaine de Harrigan, confisqué par la justice, avait été vendu mais elle ignorait à qui. En retrouvant Stephen O'Coney, elle avait désormais tout perdu.” Pourtant, de nouvelles aventures périlleuses attendent encore le couple, toujours traqués par leurs ennemis. Cet épisode, “Marion des mers”, et le suivant, “La gloire de Marion”, concluent cette saga.

Ce survol est basé sur les résumés, ici revus et corrigés, figurant en préambule de chaque roman de la série Marion.

Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Suspense Story G.J.Arnaud
commenter cet article
20 janvier 2014 1 20 /01 /janvier /2014 08:22

Né le 3 juillet 1928, Georges-Jean Arnaud figure parmi les grands auteurs de la littérature populaire du 20e siècle. Écrivain depuis 1952, il fut récompensé cette année-là par le Prix du Quai des Orfèvres (Ne tirez pas sur l'inspecteur). Il se vit aussi attribuer la Palme d'Or du roman d'Espionnage en 1966 (Les égarés), le Prix Mystère de la critique en 1977 (Enfantasme), un Grand prix spécial de la Science-fiction française en 1982 et le Prix Apollo en 1988 (La Compagnie des Glaces), et autres prix littéraires divers. Publiée sous son nom ou sous pseudos, l'œuvre de G.J.Arnaud avoisine les 400 titres.

Georges-Jean Arnaud : un site pour une bibliographie complète

Excellente initiative de Didier Barel, qui vient de dédier un site à toutes les couvertures des romans de Georges-Jean Arnaud. C'est certainement la première fois qu'est organisé un référencement aussi complet. On y trouve ses premiers titres, sous le pseudonyme de Saint-Gilles, chez Hachette mais surtout à L'Arabesque. Chez cet éditeur, il y eut aussi les livres signés Georges Ramos, Gino Arnoldi, Frédéric Mado. Des romans aux allures sexy, avec de fort bonnes intrigues. Sont montrés les titres de la série Luc Ferran, signés Gil Darcy. Rappelons qu'il s'agissait d'un pseudo collectif pour un personnage-maison, dont G.J.Arnaud ne fut pas l'auteur exclusif. Chez l'éditeur Ferenczi, c'est sous le nom de Georges Murey que sont publiés ses livres, en particulier dans la collection Feux Rouges.

Puis il entre aux éditions Fleuve Noir, avec plusieurs Grands Romans, avant d'écrire pour la Spécial-Police, et les autres collections de cet éditeur. Signalons un titre de la coll.Baroud, signé David Kyne, quelques romans d'Angoisse et d'Anticipation, mais surtout beaucoup d'Espionnage. En parallèle, ses érotiques signés Ugo Solenza et autres pseudos fleurissent chez divers éditeurs ou labels. Une bonne partie des romans de Georges-Jean Arnaud seront réédités, dont on retrouve la trace sur ce site. Existent y compris des versions BD de ses livres. Avec La Compagnie des Glaces, il va devenir l'idole des lecteurs de Science-Fiction. On lui doit ensuite des romans plus classiques publiés chez plusieurs éditeurs, des suspenses plus ou moins courts dans quelques collections éparses, et une série de polars historiques chez L'Atalante.

Georges-Jean Arnaud : un site pour une bibliographie complète

642 couvertures ont été recensées sur ce site, de 1952 à 2010. On peut les retrouver toutes, ou trier : par nom d'auteur utilisé, par genre littéraire, par éditeur, par année, par édition ou réédition, par collection ou par cycle. Bel hommage, mérité, à ce grand écrivain populaire qu'est Georges-Jean Arnaud. Une visite s'impose sur ce site ! (Cliquez sur le lien ci-dessous)

Repost 0
8 décembre 2013 7 08 /12 /décembre /2013 05:55

En guise d'hommage à Nelson Mandela, au long combat qui fut le sien, à la capacité qu'il eut de fonder une nouvelle nation, retour sur un roman plutôt marquant de Georges-Jean Arnaud. En 1977, Mandela est approximativement au milieu de sa peine de prison. Il ne figure pas dans cette histoire. Le régime d'apartheid va durer. Ce dont ne doutent pas ses partisans : “Depuis trois siècles qu'ils sont dans ce pays, ils en ont vu d'autres, et ils sont toujours là. Leur foi en eux-mêmes, c'est du béton armé. Ils se feraient plutôt hacher sur place que de céder un pouce de leurs prérogatives et, d'ailleurs, ils ont assez de réalisme pour consolider leur position. Faites-leur confiance : dans dix ans, ils seront encore les maîtres.” Ce n'est qu'en 1991 que sera aboli l'apartheid, quatorze ans après.

Masquée par la formule “développement séparé”, la ségrégation raciale s'exerce depuis l'époque des Boers, des premiers Afrikaners radicaux, mais deviendra institutionnelle dès 1948. Les lois interdisent à peu près tout aux “coloured people”. Dans ce roman, on voit que les bus réservés aux Noirs ne sont pas si nombreux, que les taxis pour Blancs leurs sont interdits, que seuls les restaurants d'hôtels internationaux tolèrent des clients Noirs, qu'il leur est compliqué d'obtenir des documents administratifs. Quant aux relations intimes entres races, c'est strictement sanctionné. Un des personnages en a fait l'amère expérience. À la moindre entorse aux lois, on exile les Noirs dans ces bantoustans hostiles et ils perdent illico la nationalité sud-africaine. Au mieux, on les laisse végéter dans des townships insalubres : “─ L'eau commence à manquer, et nous n'avons pas assez de camions-citernes pour les ravitailler.

─ Pas de camions-citernes, la belle blague. Les ouvriers ont dû manifester ou faire grève, et on les prive de flotte. C'est le coup classique. Le village est installé sur une couche de rochers. Pas la moindre source. Pour l'alimenter, une canalisation de trois pouces seulement. Reliée à un bassin de retenue qui a sec dès le printemps. Que voulez-vous faire sans eau ? […] Il y a des dizaines de villages de ce genre. Je me demande si on est pas plus heureux à Soweto. Au moins là-bas, les gars retrouvent une certaine solidarité.”

En effet, Soweto fut le plus emblématique (car le plus peuplé) de ces ghettos créés par l'apartheid. Bien documenté, y compris sur les mouvements de résistance autour de l'ANC, G.J.Arnaud nous permet ici de toucher du doigt la réalité de cette époque. Plus qu'une histoire d'espionnage à la James Bond, c'est un livre alliant aventure et témoignage. Nul doute qu'il fit réfléchir quelques-uns de ses lecteurs, en un temps où la France (vendant des armes aux Blancs d'Afrique du Sud) ne condamnait absolument pas l'apartheid...

G.J.Arnaud : Peur blanche pour le Commander (Fleuve Noir, 1977)

Serge Kovask, dit Le Commander, n'est pas un agent secret de la CIA. Il est chargé de missions de renseignements pour le sénateur américain Holden. Kovask est assisté de la mûre Cesca Pepini, dite La Mamma, lors de ses enquêtes de terrain. Il s'agit généralement de jauger l'implication des États-Unis dans des situations internationales sensibles. En 1977, Jimmy Carter vient d'être élu président. Le diplomate Henry Kissinger veut croire que les Blancs d'Afrique du Sud sont disposés, comme leurs voisins de Rhodésie, à faire de gros efforts pour instaurer la justice raciale et sociale envers les Noirs. Ce pays mérite-t-il le soutien économique, politique, voire militaire, des États-Unis ? C'est ce que Kovask et Cesca Pepini doivent vérifier au cours de leur séjour en Afrique du Sud.

À Johannesburg, le Commander rencontre un secrétaire d'ambassade désireux de l'aider clandestinement. C'est ainsi que Kovask entre en contact avec Corbieu, un Français qui a connu de sévères déboires dans ce pays. Employé à la gare de triage, il a constaté que du matériel militaire arrivait en grande quantité depuis quelques temps. Pas seulement des armes, mais aussi des blindés et autres matériels lourds, en provenance de France. Cet arsenal très coûteux est livré à des propriétaires privés, Afrikaners blancs. Preuve qu'ils ne céderont rien aux Noirs, qu'ils sont prêts à écraser de nouveaux troubles, tels que le pays en a récemment connus.

Alors que Corbieu s'est fait repérer par les autorités, Kovask ne peut guère compter sur le secrétaire d'ambassade. Libéré, Corbieu conduit le Commander dans une ferme qu'il possède, près du désert du Kalahari. Le Français est un sympathisant actif de l'UWS, une branche de l'ANC. Avec leurs voisins maquisards Namibiens du SWAPO, l'UWS cherche à contrer les milices sud-africaines afrikaners. De visu, Kovask va constater que des groupes armés Blancs s'entraînent intensivement avec les blindés importés, sous la direction d'ex-nazis. Ni Corbieu, ni l'activiste noir Wezalko, ne transigeront vis-à-vis de leurs ennemis.

De son côté, Cesca Pepini est chargée d'approcher un financier français opérant en Afrique du Sud, Gérard de Laurens. La Mamma s'intéresse au cas d'une des employées de l'hôtel international où elle séjourne, Rebecca. Contrainte de coucher avec un notable bantou, cette jeune Noire cultivée de Soweto est l'amante de Gérard de Laurens. Elle espère qu'il l'aidera à quitter ce pays si inhospitalier. À contre-cœur, la Mamma doit manipuler quelque peu la jeune femme. Si Cesca Pepini reste néanmoins la meilleure alliée de Rebecca, cette dernière risque fort de se mettre en danger. Jouant à la milliardaire américaine, la Mamma essaie de percer les combines de Gérard de Laurens...

Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Suspense Story G.J.Arnaud
commenter cet article
20 juillet 2013 6 20 /07 /juillet /2013 04:54

Sigean est une commune à une vingtaine de kilomètres au sud de Narbonne, près de Port-La-Nouvelle. Vers 1970, employée dans l'immobilier, Marie Lacaze habite une maison au bord de l'étang de la Berre, à l'écart du centre de Sigean, avec sa fille Julie. Noël, l'époux de Marie, est décédé cinq ans plus tôt. Puis, c'est leur aîné Simon qui est mort à l'âge de douze ans. Marie reste en contact avec Germaine Marty, la sœur de son mari. Divorcée, celle-ci élève seule sa fille Gilberte, étudiante dans le social. Une paire de malveillantes commères, Marie ne l'ignore pas. La jeune femme laisse une grande liberté à Julie, âgée de dix ans, qui aime flâner aux abords de l'étang. Le jeudi est encore le jour de repos des écoliers. C'est seulement à la rentrée de 1972 que ce sera déplacé au mercredi. Marie ne peut s'occuper de sa fille ces jeudis-là, ni pendant les actuelles vacances de Pâques. La gamine est suffisamment autonome, cela ne présente guère de risques.

Julie parle à sa mère de plusieurs enfants, dont elle est devenue l'amie en son absence. Il y aurait un nommé Willy, puis un Boris Romanov, âgés de douze ans comme le défunt fils de Marie. La jeune veuve comprend qu'il s'agit d'amis imaginaires. Sa belle-sœur Germaine et sa nièce Gilberte s'en mêlent, estimant que ce n'est pas sain pour une fillette comme Julie. Marie évite d'évoquer devant elles un certain Gildas, qui serait âgé de plus de seize ans. Jouer à la dînette avec des mômes inventés, oui, mais cet adolescent serait plus inquiétant. Germaine dénonce Marie à Mme Cauteret, assistante sociale. Proche de sa belle-sœur, cette dame espionne la maison au bord de l'étang, en particulier chaque jeudi. Marie essaie de ne pas braquer sa fille, mais ces jours sans école restent problématiques. Julie et sa mère font en sorte de ne pas êtres prises en faute. Quitte à simuler l'absence de l'enfant, à mentir à l'assistante sociale si elle insiste.

Marie s'interroge quand Julie rentre un jeudi soir tardivement, après une supposée balade en moto avec l'invisible Gildas. Germaine suggère à Marie de vendre cette maison. Elle soutient son amie Mme Cauteret, tout en complotant avec sa fille Gilberte. Les gendarmes débarquent un jour au bureau de Marie. Selon le chef Dobart, qui ne masque pas son hostilité accusatrice, Julie vient d'abattre chez elles sa tante. Marie rentre avec lui à son domicile sigeanais. Accompagnée de Mme Cauteret, Germaine Marty s'est introduite sans y être invitée dans la maison. Julie a utilisé la carabine de son défunt père, bien que les munitions soient dissimulées, pour tirer sur elle. Julie ne nie rien. “Tu n'as ouvert que lorsque nous [les gendarmes] sommes arrivés. Pourquoi ? ─ J'avais peur que Mme Cauteret ne me batte. Je l'entendais qui criais que j'étais folle, que je venais de tuer cette pauvre femme. J'ai préféré rester enfermée dans ma chambre.”

Dans les semaines suivantes, par décision judiciaire, Marie et sa fille sont séparées. Marie va vivre dans un appartement au centre de Sigean. En attendant de pouvoir retrouver sa fille pour quelques jours d'été, elle revient dans leur maison. Marie croise une famille qui vit en caravane, s'installant ponctuellement sur les rives de l'étang. S'amorce un début d'explication sur les amis imaginaires de Julie. À l'automne, Marie continue, aidée d'un voisin, à suivre des pistes. Quant aux circonstances du crime, elles restent à définir. La clé est sans doute dans “François le bossu” de la Comtesse de Ségur...

G.J.Arnaud : Les jeudis de Julie (Fleuve Noir, 1978)

Un enfant meurtrier, horrible hypothèse, même si celui-ci s'est senti en danger. C'est un des thèmes les plus difficiles à traiter dans le polar, il faut le souligner. Certes, présenter un gosse monstrueux, un psychopathe passant à l'acte dès son jeune âge, rien de bien original. Ce n'est pas le cas de Julie. L'antipathique assistance sociale évoque une névrose, une attitude de sauvageonne. En ces années 1970, les pédopsychiatres commencèrent à insister sur l'obligation de “sociabiliser” les enfants très tôt. Ce qui déclassait les mômes timides, rêveurs, solitaires, jugés tels des asociaux par ces prétendus spécialistes. Qu'un enfant se comporte comme tel ne leur venait pas à l'esprit. Jouer, imaginer, c'est aussi un apprentissage de la vie. L'essentiel restant la relation de confiance entre parent et enfant, à l'exemple de Julie qui parle à sa mère, et qui assume plutôt bien son autonomie.

Vu le sujet abordé, il s'agit d'un véritable suspense sociétal, donc d'un roman noir. Inutile d'insister sur la psychologie finement dessinée des protagonistes. Les “méchantes” sont désignées, oui mais avec authenticité. Car l'atout-maître de la plupart des romans (polars) de G.J.Arnaud a toujours été de s'inscrire dans le quotidien, dans la réalité de son temps. Quant à l'intrigue, loin d'être mièvre, elle est pose diverses questions : Julie ment-elle sur ses jeunes copains ? Marie est-elle une bonne maman ? L'entourage et les services sociaux ne sont-ils les vrais responsables des faits ? Julie ayant avoué, est-elle l'assassin de sa tante ? L'enquête perso de Marie peut-elle répondre au mystère qui entoure ce crime ? “Les jeudis de Julie” est assurément un des suspenses les mieux maîtrisés de G.J.Arnaud. Ce roman a été transposé pour le téléfilm “Un soupçon d'innocence” d'Olivier Perray (2010 – diffusion France2) par Sylvie Granotier et Olivier Perray, avec Pascale Arbillot et Mélusine Mayance.

Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Suspense Story G.J.Arnaud
commenter cet article
17 mars 2013 7 17 /03 /mars /2013 20:02

G.J.Arnaud publia dans les années 1998-2000 une série d'excellents romans populaires dans la lignée de Paul Féval ou peut-être de Balzac. "Hyacinthe et Narcisse Roquebère enquêtent", ce sont six romans publiés chez l'Atalante : L'homme au fiacre – Le rat de la Conciergerie - La congrégation des assassins – Le Prince des Ténèbres – Le voleur de tête – La mort en guenilles. Ces titre sont disponibles en deux volumes, depuis 2006. "L'homme au fiacre" est un petit chef d’œuvre du roman policier historique. Outre l'ambiance restituant l'époque, une intrigue complexe, autant que passionnante...

ARNAUD-1998Paris, hiver 1829-1830. Les bébés abandonnés sont confiés à un homme qui court les rues pour les recueillir, puis va les livrer aux Enfants Assistés où on les prend en charge. Sombre besogne dans le Paris des miséreux. Mais, cette nuit-là, l’enfant que lui donne un cocher de fiacre n’appartient sûrement pas à la même catégorie. Sa layette est trop luxueuse pour qu’il soit le bébé caché d’une pauvre fille. L’homme se dit qu’il peut gagner un peu d’argent s’il découvre l’origine de bébé. Bientôt, il comprendra qu’il s’est attaqué à des gens beaucoup trop forts pour lui. Il est trop tard pour avoir peur.

Hyacinthe et Narcisse Roquebère sont avoués rue Vivienne. Bien que jumeaux, ils sont très différents dans leurs goûts. Narcisse est un jouisseur aimant le jeu et les bons repas. Hyacinthe est un dandy qui fréquente les soirées mondaines. Il est secrètement amoureux d’une de leurs clientes, la marquise de Listerac, qui ne l’encourage guère. C’est en étudiant des dossiers concernant la marquise qu’il craint un danger pour celle-ci. Par le jeu de plusieurs héritages, et après plusieurs décès plus que suspects, elle serait le dernier maillon avant qu’une vraie fortune n’échoie à un certain Pierre Malaquin vivant en Espagne. Un terrible complot dont la demie-sœur du jeune homme – Adriana Ramirez – serait une des exécutantes.

La jeune Séraphine, étonnante saute-ruisseau (apprentie clerc) des frères Roquebère est une petite débrouillarde au passé aventureux. Elle ne craint pas de se mettre en danger dans une auberge sinistre pour renseigner ses patrons, ni de forcer quelques serrures si cela peut être utile… Si François Vidocq n’est plus policier, sa reconversion dans les affaires n’est pas tellement réussie. Ayant gardé des relations dans la police, il peut aider les deux frères. Mais son ombre reste inquiétante. Y compris pour le policier Partruron qui sait monnayer ses services. Quand Hyacinthe frôlera la vérité, il risquera la mort. Narcisse et Séraphine le sauveront-ils ? Qui sont ces Richelet, oncle et neveu, dont le fiacre de louage est si suspect ? Surtout, qui dirige cette funeste et monstrueuse opération ? …

L'Oncle Paul a évoqué cette série, ici. 

Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Suspense Story G.J.Arnaud
commenter cet article
18 janvier 2013 5 18 /01 /janvier /2013 10:27

 

Durant la décennie 1970-80, Georges-Jean Arnaud fut un des romanciers les plus inspirés de la collection Spécial-Police du Fleuve Noir. Les quatre exemples choisis ici reprennent sous forme de fiction des sujets de société de l’époque. Kidnapping d’un enfant de famille aisée, marginaux dans la mouvance hippie, trafic de chiens et disparitions mal expliquées de personnes âgées, enlèvements de bébés par des femmes en mal d’enfants. Grâce à son remarquable savoir-faire, G.J.Arnaud ne se contente pas d’imiter la réalité, nous présentant des suspenses intenses.

 

ARNAUD-70AAu nom du père (1973) : Dans la région de Montpellier, la famille Cardèche est puissante depuis plusieurs générations. Ils autant craints que détestés. Leurs distilleries ont employé beaucoup de monde, pas toujours dans les meilleures conditions. C’est Raoul, l’aîné, qui a été désigné par le vieux Cardèche pour diriger l’entreprise après sa mort. Marié à Marielle, ex-secrétaire de l’entreprise, il est le père du petit Daniel. Jacques, qui jalouse quelque peu son frère Raoul, est un play-boy noceur n’ayant sans doute pas la même rigueur que lui. Irène, mère des fils Cardèche, reste un pilier représentant l’esprit familial. Elle entend peser sur certaines décisions importantes. L’oncle Marcel, frère d’Irène, est un ivrogne vivant depuis longtemps aux crochets des Cardèche.

Quand le petit Daniel est kidnappé, son père Raoul entend bien trouver l’argent pour l’énorme rançon qu’on lui réclame. Céder aux ravisseurs, Jacques n’est pas vraiment d’accord mais il obéit aux consignes de son aîné pour réunir la somme. Les réticences de Jacques s’expliquent : il ne croit pas que Daniel soit réellement le fils de Raoul. Sa mère Irène est d’accord avec lui. Ce qui est un bon prétexte pour ne pas verser la rançon, et prévenir la police. Dans ce cas, la vie de l’enfant sera évidemment en danger. Jacques doit trouver des preuves de la bâtardise de son neveu. Tandis qu’il mène sa petite enquête, Marielle a compris son intention. Elle aussi va rechercher son ancien amant, d’avant son mariage, tout en se posant des questions sur l’identité des ravisseurs…

 

ARNAUD-70BL’Œil du serpent (1974) : Pascal et Sabine forment un couple de jeunes gens, qui roulent vers Toulon. Lui est une sorte de hippie, voyageant depuis plusieurs années. Elle, fille de bonne famille, a choisi de l’accompagner quelques jours plus tôt. À Toulon, ils comptent loger dans l’appartement de la mère de Pascal, celle-ci passant ses hivers à Nice. Sur l’autoroute, le couple s’aperçoit qu’il est suivi. Ils tentent de semer leur poursuivant, un mystérieux conducteur à l’œil de serpent. Quand l’homme les retrouve, ils s’en sortent de justesse en montant dans un train. Arrivés à Toulon, ils se réfugient dans l’appartement maternel. Néanmoins, les attaques très menaçantes continuent.

Qui est donc leur adversaire ? Carucci, l’Italien à moitié fou que Pascal rencontra il y a quelques mois ? Le propriétaire de la Mercedes volée par le couple, dont-ils ont jeté des documents peut-être importants ? Le cercle magique que Pascal traça autrefois sur la terrasse, quand il était ado, peut-il vraiment les protéger ? Certes, ce cercle a prouvé son efficacité par le passé. Le voisin et le beau-père de Pascal décédèrent après qu’il l’eût utilisé. Contre leur énigmatique ennemi, c’est moins certain. Blanche Sardel, la voisine sur laquelle fantasma naguère Pascal, peut s’avérer une alliée. À condition de lui forcer la main, ce que Sabine n’hésite pas à faire. Toutefois, le plan élaboré contre leur adversaire est probablement imparfait, et la jeune fille risque de lâcher Pascal…

 

ARNAUD-70CChiens écorchés (1974) : Castella trafique depuis longtemps toutes sortes de produits. Un type vil, ignorant toute morale, toujours sur des bonnes affaires. Son trafic du moment concerne les chiens. Ceux qui sont tant soit peu racés seront revendus à des maîtres payant bien, les autres étant destinés à des laboratoires pour la vivisection. Comme c’est illégal, mais que les labos en ont besoin, ils paient de belles sommes. Pour sa nouvelle tournée dans l’arrière-pays provençal, Castella est accompagné d’un jeune marginal, Rouan. Ce dernier n’approuve pas forcément les méthodes de Castella, mais il le suit.

À Valberg, les deux complices ne vont pas se contenter d’acheter des chiens chez les Chabran, des fermiers avares. Ils ont un sérieux problème à résoudre. Quasi-sénile, le vieux père Chabran leur coûte de l’argent, alors qu’il leur est impossible de vendre des biens tant qu’il aura la signature. L’idée, ce serait de faire croire que le vieillard s’est perdu en allant aux champignons, genre de faits divers assez courrant. Moyennant finances, Castella pourrait les aider à égarer leur aïeul. La jeune Sandrine a la garde des chiens de la snob Mme Morand. Ils ont disparu, elle les recherche dans le secteur, jusque chez les Chabran. Si l’opération se passe bien pour éloigner le vieux de la ferme, Castella craint que Sandrine ait été témoin de l’affaire. Il envoie Rouan se renseigner, mais ça ne fera que compliquer ses plans, et ça risque de finir par une spectaculaire course-poursuite…

 

ARNAUD-70DJe ne vivrai plus jamais seule (1976) : Le projet imaginé par Lorraine Lemery est d’une simplicité efficace. Elle a quelque peu changé son apparence, se faisant appeler Claire. Elle porte un coussin gonflable sur le ventre, pour paraître enceinte. Si elle est devenue l’amie de Pauline, également enceinte, c’est qu’elle envisage de voler l’enfant à naître. Cette nouvelle amie si gentille prénommée Claire, Pauline estime qu’elle est d’une aide bénéfique. Quelques attitudes de Lorraine/Claire pourraient sans doute inquiéter la jeune femme, mais elle n’y porte pas attention. Michel, le mari de Pauline, est bien plus curieux au sujet des secrets de cette étrange amie de son épouse. Fouineur, vaguement indic des flics, Michel n’est pas un homme tellement sympathique, à vrai dire.

Son plan autour de Pauline semblant voué à l’échec, Lorraine tente autre chose. Elle se rapproche d’un second couple, Sophie et Francis Cartier. Se présentant sous le nom d’Alice Martin, elle a simplifié le scénario afin de moins risquer d’être démasquée. Le but reste identique, enlever l’enfant des Cartier à sa naissance. Pour Lorraine, la réussite est impérative. En effet, elle a annoncé par courrier à son mari employé à l’étranger qu’elle attendait un bébé. Faustine, l’employée de maison de Lorraine, s’attend elle aussi à cette future naissance. Mais, toute à son obsession, la jeune femme commet de plus en plus de petites erreurs, négligeant des détails importants. Tandis que l’état mental de Lorraine dégénère, quelquun vient encore compliquer la situation…

Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Suspense Story G.J.Arnaud
commenter cet article
27 octobre 2012 6 27 /10 /octobre /2012 05:04

 

Pilier de la collection Spécial-Police du Fleuve Noir, G.J.Arnaud situa la plupart de ses suspenses en France. Néanmoins, il lui arriva d’adopter des décors plus exotiques pour des romans d’action et d’aventure. En voici deux bons exemples datant de 1971, avec Un charter pour l’enfer et Les Longs Manteaux. Ce second titre a été transposé au cinéma par Gilles Béhat en 1986, avec Bernard Giraudeau, Claudia Ohana, Federico Luppi et Robert Charlebois. Tournée en Argentine, la version cinéma ne respecte pas le roman original, mais s’en inspire.

 

Un charter pour l’enfer (1971)

ARNAUD-1971-1Un avion spécialement affrété pour une vingtaine de milliardaires se dirige vers l’Amérique du Sud, pour un voyage d’agrément. L’hôtesse Mary n’est pas du genre à paniquer, mais elle s’inquiète d’un bagage suspect. À peine le steward Léonard Jourdan vient-il de vérifier, qu’une explosion secoue l’avion. Parvenant à s’extraire de l’appareil qui s’est abîmé au sol, Léonard comprend vite qu’il est le seul survivant. Blessé, il part à travers le désert, en quête de secours. C’est un berger qui le repère, et qui alerte le lieutenant Urique de la milice locale.

Dès son arrivée, Urique traite Léonard comme un criminel, un pilleur d’épaves. Selon lui, près de cent mille dollars en argent, bijoux et valeurs diverses se trouvaient dans l’avion. Urique n’est certainement pas un type honnête, comprend Léonard, qui s’enfuit de chez le berger Telmo. Il rejoint San Fernando (Basse-Californie, Mexique) afin de contacter Cary Belmore, fille de deux des victimes, et Judith Carson. Le fugitif est bientôt repris par le lieutenant Urique. Il l’interroge au sujet d’une valise de couleur fauve, ayant appartenu à James Belmore. Un objet qui semble intéresser beaucoup de monde.

Léonard profite de sa chance, quand Urique et lui rencontrent par hasard Roy Krolley, expert de la compagnie aérienne. Ce dernier pense d’abord que Léonard est coupable, mais révise son jugement, se méfiant bien davantage d’Urique. Pourchassés par les sbires du mafieux Carona, alliés du lieutenant Urique, Léonard et Krolley tentent de regagner San Fernando. Course poursuite qui tourne au face à face, entre Carona et le duo. Il serait bon de quitter sans tarder le pays dans l’avion-taxi commandé par Judith Carson, dont le rôle reste obscur. En réalité, ce voyage aérien vers l’Argentine n’était pas qu’une lubie de milliardaire. Roy Krolley finira par innocenter Léonard, et fera la lumière sur l’attentat visant l’appareil…

 

Les Longs Manteaux (1971)

ARNAUD-1971-2Ville-frontière entre Bolivie et Argentine, Villazon est la dernière gare bolivienne pour le train-express reliant La Paz à Rio. Révolutionnaire possédant une certaine influence en Amérique latine, le démocrate Juan Mendez était emprisonné en Bolivie. Le nouveau pouvoir fait un geste de bonne volonté en le libérant. Il est convoyé par le train jusqu’à Villazon, protégé par un officier et son peloton de huit hommes. Une mission dangereuse pour le lieutenant Lama. Il n’ignore pas que les ennemis de Mendez feront tout pour qu’il ne quitte pas le pays vivant.

À Villazon, Marina Mendez est venue attendre son mari. Elle a été suivie par un journaliste américain, dont le groupe de presse serait intéressé par les mémoires de Mendez. Marina ne trouve pas de chambre d’hôtel, comme si la consigne avait été passée de ne pas lui en louer. Le policier Garcia se dit chargé de sa sécurité. En effet, la ville est sous le joug de caballeros qu’on surnomme les Longs Manteaux. Il s’agit de militaires réactionnaires, dirigés par un général que Garcia voudrait arrêter.

Marina Mendez, le policier Garcia et le journaliste David Antony se réfugient dans le poste de la police frontalière, en attendant l’arrivée du convoi ferroviaire. La fièvre monte, d’autant que les adversaires se regroupent non loin de là. Difficile de joindre aucun haut responsable par téléphone. De plus, le train aura du retard. D’autant qu’un sabotage a provoqué un éboulement sur la voie. Aussi fiable que soient le caporal et le soldat Murillo, peu de chances de résister en cas d’attaque par les Longs Manteaux. Dans le train, ralenti aussi par la neige, le lieutenant Lama et ses hommes veillent afin de ne pas se faire surprendre. Si le convoi finit par rejoindre à Villazon, l’affaire risque de virer au carnage, les Longs Manteaux étant lourdement armés. Le dénouement ne sera pas sans surprise…

Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Suspense Story G.J.Arnaud
commenter cet article

Action-Suspense Contact

  • : Le blog de Claude LE NOCHER
  • Le blog de Claude LE NOCHER
  • : Chaque jour des infos sur la Littérature Policière dans toute sa diversité : polar, suspense, thriller, romans noirs et d'enquête, auteurs français et étrangers. Abonnez-vous, c'est gratuit !
  • Contact

Toutes mes chroniques

Plusieurs centaines de mes chroniques sur le polar sont chez ABC Polar (mon blog annexe) http://abcpolar.over-blog.com/

Mes chroniques polars sont toujours chez Rayon Polar http://www.rayonpolar.com/

Recherchez D'autres Infos Ici

Action-Suspense via Twitter

Pour suivre l'actualité d'Action-Suspense via Twitter. Il suffit de s'abonner ici

http://twitter.com/ClaudeLeNocher  Twitter-Logo 

Libres lectures

Petit rappel : Toutes mes chroniques, résumés et commentaires, sont des créations issues de lectures intégrales des romans analysés ici, choisis librement, sans influence des éditeurs. Le seul but est de partager nos plaisirs entre lecteurs.

Abonnez-vous à Action-Suspense, pour recevoir chaque jour mes chroniques et mes infos sur l'univers du polar. Facile et gratuit !

Spécial Roland Sadaune

Roland Sadaune est romancier, peintre de talent, et un ami fidèle.

http://www.polaroland-sadaune.com/

ClaudeBySadauneClaude Le Nocher, by R.Sadaune

 http://www.polaroland-sadaune.com/