Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 septembre 2017 3 20 /09 /septembre /2017 17:30
Grand Prix de Littérature Policière 2017 : les lauréats

Les passionnés de polars et de romans noirs adeptes des acronymes l’appellent le GPLP. C’est un des prix littéraires les plus anciens dédiés à cet univers littéraire, et un des plus respectés par les lecteurs. Créé en 1948 par le critique et romancier Maurice-Bernard Endrèbe, le Grand Prix de Littérature Policière récompense chaque année les meilleurs romans policiers français et étrangers, publiés durant les mois précédents. Il suffit de consulter la liste des lauréats, récents ou plus lointains, pour reconnaître que les jurys de ce prix ont généralement visé juste. C’est vrai pour les auteurs français comme pour les auteurs étrangers, puisque ces deux distinctions sont attribuées.

Cette année, le Grand Prix de Littérature Policière a été attribué le mercredi 20 septembre 2017, à la BILIPO, aux deux romans suivants :

Prix roman français 2017:

- « La Daronne », d’Hannelore CAYRE, Métailié (Noire), mars 2017

devant :

- « Hôtel du Grand Cerf », de Franz Bartelt, Seuil (Cadre Noir), mai 2017

 

Prix roman étranger 2017:

- « Chacun sa vérité », de Sara LOVESTAM (Suède), Robert Laffont (La bête noire), nov. 2016

devant :

- « Les muselés », de Aro SAINT DE LA MAZA (Espagne), Actes Sud (Actes noirs), sept. 2016

Grand Prix de Littérature Policière 2017 : les lauréats
Repost 0
18 septembre 2017 1 18 /09 /septembre /2017 05:30
Salon du polar à Templemars : 10e édition le 23 septembre 2017

Créé en 2008 par Jean-Marc Demetz avec la mairie de Templemars (banlieue sud de Lille), le Salon du polar métropolitain est la seule manifestation littéraire de la région lilloise exclusivement consacrée au roman policier. La 10e édition a eu lieu samedi 23 septembre. Le salon du polar 2017 se veut ésotérique. Ce sous-genre du roman criminel allie énigme, suspense et révélation de secrets religieux ou occultes, avec un arrière-plan privilégiant sociétés secrètes et conspirationnisme. Pendant deux jours, Templemars sera le lieu sacré accueillant scène de crime, histoires occultes, et 32 auteurs de polars toujours aussi accessibles à leurs lecteurs.

Vendredi 22 septembre à 15h30 - Marché Place Delecroix, Templemars. Cabaret Polar « Crime à Templemars » par la Cie Détournoyment.

Une brigade d’experts de la compagnie Détournoyment de Corinne Masiero (Capitaine Marleau) débarque le vendredi 22 septembre à 15h30 sur le marché de la place Delecroix pour enquêter : indices troublants, traces de sang, relevés d’empreintes, ADN... Que vous soyez témoin, suspect, indic, tentons ensemble de résoudre cette affaire de Céréal Killer !

Rendez-vous ensuite à 20 heures à la médiathèque Noël Dejonghe pour le dénouement de l’enquête. Les témoins sont invités à résoudre les énigmes à travers des portraits-robots à réaliser, des lettres anonymes à identifier, des vidéos issues de l'enquête de terrain de nos inspecteurs et reconstituer la scène du crime.

Samedi 23 septembre, de 10h à 18h (entrée gratuite) - Salle Henri Desbonnet, Templemars. Journée rencontres-dédicaces avec 32 auteurs...

16 auteurs nordistes : Denis Albot, Michel Bouvier, Jean-Pierre Bocquet, Gilles Debouverie, Jean-Marc Demetz, Lucienne Cluytens, Jean-Pierre Croquet, Jess Kaan, David-James Kennedy, Magali Le Maitre, Michael Moslonka, Gérard Sévin, Patrick-S. Vast, Philippe Waret, Luc Watteau, Josette Wouters.

16 auteurs extérieurs : Guillaume Audru, Nils Barrellon, Antoine Blocier, Stéphane Bourgoin, Eric Dupuis, Dominique Faget, Bob Garcia, Bénédicte de Grèce, Frank Klarczyk, Nicolas Lebel, Dorothée Lizion, Johann Moulin, John-Eric Nielsen, Gaëlle Perrin, Stanislas Petroski, Fabrice Pichon.

A 17h - Conférence de Jean-Pierre Croquet sur le polar ésotérique : "Petite histoire du polar occulte". Médiathèque de Templemars (entrée gratuite).

Informations : page Facebook Salon du polar de Templemars

Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Infos et évènements
commenter cet article
13 septembre 2017 3 13 /09 /septembre /2017 04:55
Festival polar Lisle Noir 2017 les 23 et 24 septembre

C’est à Lisle-sur-Tarn que les amateurs de polars et de romans noirs ont rendez-vous les samedi 23 et dimanche 24 septembre 2017, pour une nouvelle édition du festival Lisle Noir. Un festival parrainé par Daniel Pennac. De multiples animations sont au programme. C’est l’occasion pour les lectrices et les lecteurs d’aller à la rencontre de nombreux auteurs talentueux :

Barbara Abel (Je sais pas) - Jean-Pierre Alaux (La mort du nouveau nez) - Patrick Bauwen (Le jour du chien) - Jean-Luc Bizien (Crotales) - Thierry Bourcy (Célestin Louise intégrale) - Max Cabanes (BD) - Mireille Calmel (Les lionnes de Venise) - Yves Carchon (Riquet m’a tuer) - Patrick Caujolle (RIP Resquiescat in pace) - Sire Cédric (Du feu de l’Enfer) - Olivier Descosse (Passé simple) - Jeanne Faivre d’Arcier (Les encombrants) - Peter Farris (Le Diable en personne) - Alberto Garlini (Les noirs et les rouges) - Maurice Gouiran : le Diable n’est pas mort à Dachau) - David Khara (Atomes crochus) - Hervé Le Corre (Prendre les loups pour des chiens) - Henri Loevenbruck (Nous rêvions juste de liberté) - Sophie Loubière (White Coffee) - Marcus Malte (Le garçon) - Anibal Malvar (Comme un blues) - Ian Manook (La mort nomade) - Bernard Minier (Nuit) - Michel Monteilhet (BD) - José Luis Muñoz (La frontière sud) - Marie Neuser (Prendre Gloria) - Hugues Pagan (Profil perdu) - Daniel Pennac (Le cas Malaussène) - Elena Piacentini (Comme de longs échos) - Pierre Pouchairet (La prophétie de Langley) - Alexis Ravelo (Les fleurs ne saignent pas) - Rafael Reig (La position du pion) - Laurent Scalese (Je l’ai fait pour toi) - François-Henri Soulié (Un futur plus que parfait) - Franck Thilliez (Sharko) - Jean-Christophe Tixier (La traversée) - Sylvie Vauclair (Le soleil ne se cachera pas pour mourir) - Marco Vichi (Une sale affaire) - Bernard Werber (Demain les chats).

Cliquez sur ce dossier pour obtenir tous les détails des animations de Lisle Noir.

Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Infos et évènements
commenter cet article
4 septembre 2017 1 04 /09 /septembre /2017 04:55
Fred Vargas, de la musique populaire aux crimes mystérieux

Il y a mille manière de parler du polar. Dans son numéro du 6 août 2017, Le Figaro Madame s’intéressait à Fred Vargas. On y évoquait son nouveau suspense, Quand sort la recluse (Flammarion, 2017), et certains détails de sa vie. Personne ne contestera le talent de Fred Vargas, ni même la qualité de cet article signé Minh Tran Huy. Par contre, on notera avec le sourire un aspect amusant. À savoir, le titre de l’article : Fred Vargas : J’écris des romans policiers parce que j’ai renoncé à l’accordéon”. Diable, voilà donc le secret intime de cette romancière ? Non, cela ne tient qu’en quelques lignes : « En fait, j’ai commencé à écrire des romans policiers parce que j’ai renoncé à l’accordéon. J’ai toujours eu une passion pour cet instrument. J’en avais un petit que je transportais avec moi à l’université et dont je jouais entre les cours. C’était lui, mon chemin de traverse qui me changeait de l’archéozoologie. Au bout de dix ans, j’ai arrêté car j’ai compris que je n’étais pas assez douée. L’écriture de romans policiers a pris le relais, avec l’idée que l’accordéon est le mauvais garçon de l’orchestre, et le roman policier le mauvais garçon de la littérature…»

France Dimanche (dont les rédacteurs sont très habiles) a repris cette information, sous le titre : “Fred Vargas : Elle rêvait d’être Yvette Horner”. En précisant dans cet article, qui reprend le passage ci-dessus : “Oui, vous avez bien lu ! Fred Vargas se rêvait en Yvette Horner, écumant les bals musette, plutôt qu’en Marguerite Duras dédicaçant ses œuvres au Salon du Livre.” Sans oublier la conclusion de ce texte : “Mais l’auteure ne dit pas si elle écrit en écoutant Aimable et son accordéon.” En réalité, elle ne cite aucun musicien. Certes, l’excellente Fred Vargas est une auteure populaire, comme l’instrument de musique en question. Et il n’y a pas à rougir de guincher sur des airs d’André Verchuren, Jo Privat ou d’Édouard Duleu. On pourrait leur préférer Marcel Azzola, qui accompagna les grands noms de la chanson française. Mais qu’il faille parler d’accordéon (dans les titres d’articles) pour évoquer une romancière de polar, surprenant non ? Gardons le sens de l’humour…

Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Infos et évènements
commenter cet article
31 août 2017 4 31 /08 /août /2017 09:30
Prix Transfuge 2017 du Meilleur polar français

Le magazine culturel Transfuge est un mensuel dont l’objectif est de couvrir l'actualité culturelle contemporaine, traitant en particulier de littérature et de cinéma. Il a été fondé en janvier 2004 par Vincent Jaury, directeur de la rédaction et de la publication, et Gaëtan Husson. Ce magazine attribue ses récompenses littéraires à la fin de l’été. C’est ainsi que le Prix Transfuge 2017 du Meilleur polar français est décerné à "Comme de longs échos" d'Eléna Piacentini (Fleuve Éditions). Voilà une info qui ira droit au cœur des lectrices et des lecteurs qui suivent cette romancière depuis quelques années déjà !

Bravo au magazine Transfuge d’avoir mis en valeur Elena Piacentini !

Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Infos et évènements Polar_2017
commenter cet article
10 juin 2017 6 10 /06 /juin /2017 04:55

Chaque année en septembre sont annoncés les lauréats du Grand Prix de Littérature Policière. C’est une des récompenses majeures pour les romans noirs et les polars. Un Prix est attribué à un auteur français ou francophone, un autre est décerné à un auteur étranger. La sélection 2017 se compose de 24 auteurs (onze Français, treize étrangers).

Grand Prix de Littérature Policière 2017 : les sélectionnés

Les auteurs français sélectionnés :

Claude AMOZ : La Découronnée – Ed.Rivages, avril 2017

Franz BARTELT : L’Hôtel du Grand Cerf – Ed.Seuil (Cadre noir), mai 2017

Grégoire HERVIER : Vintage – Au Diable Vauvert, sept. 2016

Hugo BORIS : Police – Ed.Grasset, août 2016

Hannelore CAYRE : La daronne – Ed.Métailié (Noir), mars 2017

Claude IZNER : La femme serpent – Ed.10/18, 1 juin 2017

Armel JOB : En son absence (Belgique) – Ed.R.Laffont, février 2017

Andrée MICHAUD : Bondrée (Canada) – Ed.Rivages, sept. 2016

Colin NIEL : Seules les bêtes – Ed.Rouergue (Rouergue noir), nov. 2016

Benoît PHILIPPON : Cabossé – Ed.Gallimard (Série noire), août 2016

Guillaume RICHEZ : Blackstone – Ed.Fleur sauvage, Pas-de-Calais, mai 2017

 

Les auteurs étrangers sélectionnés :

Eydr AUGUSTO (Brésil) : Pssica – Ed.Asphalte (Fictions), février 2017

Alex BERG (Allemagne) : La fille de la peur – Ed.J.Chambon (Noir), mai 2017

Andrea CAMILLERI (Italie) : Une lame de lumière – Fleuve Ed., sept. 2016

Christian KIEFER (Etats-Unis) : Les animaux – Ed.Albin Michel (Terres d’Amérique), déc. 2016

Arun KRISHNAN (Inde) : Indian psycho – Ed.Asphalte, mai 2017

Clayton LINDEMUTH (Etats-Unis) : En mémoire de Fred – Ed.Seuil (Cadre noir), mars 2017

Sara LOVESTAM (Suède) : Chacun sa vérité – Ed.R.Laffont, nov. 2016

Zygmunt MILOSZEWSKI (Pologne) : La rage – Fleuve Ed., sept. 2016

Bradford MORROW (Etats-Unis) : Duel de faussaires – Ed.Seuil (policiers), janv. 2017

J.J.MURPHY (Etats-Unis) : L’affaire de la belle évaporée – Ed.Baker Street, nov. 2016

Aro SAINT DE LA MAZA (Espagne) : Les muselés – Ed.Actes Noirs, sept. 2016

Roger SMITH (Afrique du Sud) : Au milieu de nulle part – Ed.Calmann-Lévy, mai 2017

Alex TAYLOR (Etats-Unis) : Le verger de marbre – Ed.Gallmeister, août 2016

 

Les résultats seront annoncés le mercredi 20 septembre 2017.

Repost 0
1 juin 2017 4 01 /06 /juin /2017 16:30
Vivement septembre, à la Série Noire ! Une nouvelle éditrice arrive...

La mythique Série Noire, chez Gallimard, fut créée et dirigée par Marcel Duhamel, puis par Robert Soulat, et par Patrick Raynal. Depuis douze ans, c’est Aurélien Masson qui en avait pris la tête. Voilà quelques mois, il a décidé de réorienter sa carrière d’éditeur en partant aux éditions Les Arènes. Qui allait lui succéder ? Selon Claude Combet, de Livres Hebdo, c’est Stéfanie Delestré qui dirigera dès le 1er septembre 2017 la Série Noire. Excellente nouvelle, car c’est une professionnelle qui connaît son sujet.

Titulaire d’un doctorat de littérature comparée sur le roman noir, Stéfanie Delestré, a lancé en 2006 avec Laurent Martin le magazine Shanghai Express, collaboré au Dictionnaire des littératures policières de Claude Mesplède (Ed. Joseph K.), et à Une brève histoire du roman noir (Œil neuf éd.) avec Jean-Bernard Pouy, qu’elle a ensuite assisté à la direction de la collection "Suite noire" (Ed.La Branche). De 2008 à 2012, elle a dirigé la collection "Le Poulpe" créée par J.B.Pouy” rappelle Claude Combet dans Livres Hebdo.

Depuis 2012, elle était éditrice chez Albin Michel. Elle a largement contribué au succès de Patrick Bauwen, Sébastien Gendron, Ian Manook, et Sophie Hénaff (entre autres). Notons que Caryl Férey, écrivain surtout estampillé Gallimard, a publié en janvier 2017 “Pourvu que ça brûle” chez Albin Michel. Avec Stéfanie Delestré, on peut s’attendre à une programmation de belle qualité, en particulier pour les auteurs français.

Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Infos et évènements
commenter cet article
1 juin 2017 4 01 /06 /juin /2017 04:55

Voici disponible le 34e numéro de la revue trimestrielle Quinzinzinzili. Faut-il le rappeler ? Le contenu fait référence à l’univers de Régis Messac, universitaire de l’Entre-deux-guerres. Cette époque fut riche en mouvements intellectuels contraires. Tensions entre pacifistes et bellicistes, opposition entre partisan d’un fascisme à la française et pro-communistes. On nous donne un exemple de la complexité des opinions à travers le cas d’Henri Barbusse, auteur du livre “Le feu”, œuvre admirable sur la Première Guerre mondiale. Il finança la création en 1928 de la revue "Monde", dont l’objectif était de traiter de sujets littéraires, artistiques, scientifiques et sociaux. Si l’influence communiste y resta d’abord relative, elle s’accentua sous l’effet du stalinisme de 1933 à 1935. Un excellent article évoque cette évolution, non choisie par Barbusse.

Très bonne initiative de la collection La Petite Vermillon, aux éditions de La Table Ronde, que de rééditer cette année le roman de Régis Messac “Quinzinzinzili” (1935), qui donne son nom à cette revue. Outre l’édition d’origine, il fut publié en 1972 chez Lattès, puis en 2007 chez l’Arbre Vengeur : cette réédition est donc la quatrième parution de ce livre. L’histoire racontée par Messac, mettant en scène des enfants dans un cadre post-apocalyptique, se rapproche-t-elle de “Sa majesté des mouches”, roman de W.Golding ? D’un point de vue stylistique, cela rappelle-t-il celui de Louis-Ferdinand Céline ? Il est vrai que le narrateur avoue qu’il n’aime pas grand monde, en particulier les enfants. Et que la forme du récit est singulière. Si plusieurs "lectures" sont possibles, retenons une réflexion sur l’avenir, le renouvellement des générations.

Reprenant l’univers graphique de Jacques Tardi, Emmanuel Moynot a adapté en BD le roman de Léo Malet “Nestor Burma contre CQFD”. L’enquête du détective se situe à la fin de l’hiver et au printemps 1942, sous l’Occupation. Le chroniqueur de Quinzinzinzili admet “la qualité de l’exercice”, l’ambiance étant restituée par la version graphique. Mais il s’insurge contre certains détails inexacts, ce qui est son droit, avant de conclure que “Tout ceci n’a finalement qu’une incidence relative”. Néanmoins, cette manière de sodomiser les diptères est déplaisante. Qui se soucie à ce point des arcanes des transports publics parisiens et autres taxis d’alors ? Chicaneries assez ridicules. Retenons plutôt que Pierre Lebedel, défenseur incontesté des littératures policières, apparaît sous les traits du journaliste-éponge Marc Covet, dans les adaptations de Tardi et de Moynot.

À propos de Pierre Lebedel, il examine ici un éventuel plagiat entre “L’Atlantide”, roman à succès de Pierre Benoît, et un titre de l’écrivain anglais Henry Rider Haggard, “Elle”. Les contextes similaires entre les deux ouvrages s’expliquent probablement par l’imaginaire exotique et colonial de l’époque… Plus près de nous, la science-fiction française s’inspira en partie de la guerre d’Algérie, territoire colonisé. De Francis Carsac, avec “Ce monde est nôtre” (1962) à Gérard Klein “Les seigneurs de la guerre” (1970), jusqu’où vont les métaphores, les allusions ? La planète Nécat, de Francis Carsac, fait-elle référence à l’Afrique du Nord (ce qu’il nia fermement) ? Gérard Klein eut-il un regard plus humaniste ou distancié que son confrère ? Entre fiction et réalité, la SF a aussi ses controverses.

Coup d’œil sur le n°34 de la revue Quinzinzinzili

Par ailleurs, ce n°34 présente diverses infos, dont un article concernant une thèse sur l’écrivain Jacques Spitz, auteur de romans appartenant au genre Fantastique. On lira aussi un double hommage au regretté Jean-Louis Touchant, membre actif des "Amis de Régis Messac", qui fut président de l’association "813". Le témoignage de Jean-Luc Buard nous éclaire sur l’implication de Jean-Louis Touchant dans la culture populaire.

Chaque numéro de la revue “Quinzinzinzili” coûte 7€. On peut s'y abonner en s'adressant à la Société des Amis de Régis Messac (71 rue de Tolbiac, Paris 13e). À Paris, cette revue est disponible chez plusieurs libraires. Les romans et autres écrits de Régis Messac sont réédités aux éditions Ex-Nihilo, 42bis rue Poliveau, Paris 5e. Il publia plusieurs livres dont "Quinzinzinzili" (réédité en 2017), "Le miroir flexible", "La cité des asphyxiés", "A bas le latin !", "Valcrétin", "La loi du Kampilan". Sans oublier sa thèse “Le «detective Novel» et l'influence de la pensée scientifique”, rééditée chez Les Belles Lettres, Prix Maurice Renault 2012 de l’association 813.

Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Infos et évènements
commenter cet article

Action-Suspense Contact

  • : Le blog de Claude LE NOCHER
  • Le blog de Claude LE NOCHER
  • : Chaque jour des infos sur la Littérature Policière dans toute sa diversité : polar, suspense, thriller, romans noirs et d'enquête, auteurs français et étrangers. Abonnez-vous, c'est gratuit !
  • Contact

Toutes mes chroniques

Plusieurs centaines de mes chroniques sur le polar sont chez ABC Polar (mon blog annexe) http://abcpolar.over-blog.com/

Mes chroniques polars sont toujours chez Rayon Polar http://www.rayonpolar.com/

Recherchez D'autres Infos Ici

Action-Suspense via Twitter

Pour suivre l'actualité d'Action-Suspense via Twitter. Il suffit de s'abonner ici

http://twitter.com/ClaudeLeNocher  Twitter-Logo 

Libres lectures

Petit rappel : Toutes mes chroniques, résumés et commentaires, sont des créations issues de lectures intégrales des romans analysés ici, choisis librement, sans influence des éditeurs. Le seul but est de partager nos plaisirs entre lecteurs.

Abonnez-vous à Action-Suspense, pour recevoir chaque jour mes chroniques et mes infos sur l'univers du polar. Facile et gratuit !

Spécial Roland Sadaune

Roland Sadaune est romancier, peintre de talent, et un ami fidèle.

http://www.polaroland-sadaune.com/

ClaudeBySadauneClaude Le Nocher, by R.Sadaune

 http://www.polaroland-sadaune.com/