Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 décembre 2011 7 11 /12 /décembre /2011 06:44

 

DARD-2010Petite info dominicale destinée aux admirateurs de San-Antonio. Elle émane de Joséphine Dard ou plutôt de Joséphine Carlier, puisqu’elle est l’épouse du médiatique Guy Carlier. Comme son demi-frère Patrice Dard, qui écrit les nouveaux San-Antonio, elle perpétue activement la mémoire de leur père. J’ai évoqué ici son album riche en témoignages et en photos rares.

À propos de photos, Joséphine Dard a lancé depuis quelques mois une initiative ludique. Il s’agit d’un blog illustrant en photo les titres de son père. San-Antonio in-situ ou entre les mains de pipeuls. Les visiteurs de ce blog sont invités à participer à ce petit jeu très sympa.

Voici donc une bonne adresse à retenir : Ils lisent San-Antonio.

Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Infos et évènements
commenter cet article
2 décembre 2011 5 02 /12 /décembre /2011 06:38

 

Je n’évoque pas aujourd’hui un roman, mais un faits divers d’une gravité que peu d’officiels semblent mesurer. Je veux parler du quasi-lynchage d’un innocent à Brest, par une quinzaine de personnes. Les faits sont relatés en détail par Alain Coquil dans le journal Le Télégramme du 30 novembre, sous le titre : "Le soupçon de pédophilie fatal au retraité"

« Un retraité âgé de 65 ans est décédé lundi [28 novembre] en fin d'après-midi à Brest, lors de son interpellation par la police. La victime avait été prise à partie par une quinzaine de parents d'élèves qui le soupçonnaient d'être «un pervers».

JUSTICE-BrestCe sexagénaire, ancien employé de DCN, n'avait aucun passé judiciaire. «Il n'était pas défavorablement connu de la police, ni des gendarmes et n'avait aucun antécédent en matière sexuelle. Et je ne vois pas quelqu'un commencer à avoir ce type de comportement à 65 ans», précisait, hier matin, le commissaire central Daniel Ansellem. La victime, placée sous curatelle, n'avait semble-t-il qu'un tort: celui de présenter «une allure négligée» souligne le commissaire.

Le vendredi 18 novembre, une jeune maman venue chercher ses enfants à l'école maternelle publique Auguste-Dupouy, dans le quartier de Kergoat, a quitté des yeux sa petite fille âgée de 3 ans. Cette dernière s'était retrouvée seule, égarée à quelques dizaines de mètres de l'école. L'homme lui a alors pris la main et s'est dirigé vers l'établissement scolaire. Il a rapidement rendu la petite fille à une jeune femme, proche de la maman. Tout en serait sans doute resté là, sans l'intervention d'une riveraine, inquiète de voir l'homme «qui ressemblait à un SDF» en compagnie d'une petite fille. Et la rumeur s'est vite propagée qu'un «pervers» rôdait dans le quartier. Bien que n'ayant rien constaté d'anormal dans le comportement du sexagénaire, la maman, «a suivi les conseils du directeur de l'école», toujours selon la police, et est allée signaler la disparition momentanée de sa fille et l'intervention du retraité au commissariat de Bellevue, une semaine plus tard. «Elle n'a pas déposé plainte, mais seulement une main courante signalant les faits», précise le patron de la police brestoise.

16h40, ce lundi. Police Secours reçoit un appel d'une personne se disant «parent d'élève» et expliquant qu'un «pervers sexuel» vient d'être bloqué dans un hall d'immeuble, près de l'école Dupouy. Un équipage de trois policiers se dirige aussitôt au nº1 de la rue Capitaine-Lelièvre, un immeuble situé à une centaine de mètres de la maternelle. C'est là que demeurait le sexagénaire. «Sur place», raconte le capitaine Kerdraon, l'un des enquêteurs, «nos collègues ont vu un attroupement d'une quinzaine de personnes entourant un homme, dans le hall. Il y avait une bousculade. L'homme se défendait. Les policiers ont sorti l'homme. Ils l'ont menotté et fait rentrer dans le fourgon. Il respirait difficilement. Tout à coup, il s'est effondré et a perdu connaissance. Les policiers lui ont alors enlevé les bracelets et l'ont allongé sur le sol, avant de lui pratiquer un massage cardiaque». Arrivés entre-temps sur les lieux, les pompiers, puis une équipe du Samu prendront le relais. En vain. À 17h50, le décès était constaté. «La victime est peut-être décédée du stress provoqué par les événements», avançait, hier matin, le commissaire Ansellem, ajoutant : «La rumeur, ça peut vous tuer un homme. On en a la preuve!». L'autopsie, pratiquée hier après-midi, a conclu à «un arrêt cardiaque et n'a pas révélé de traces de coups», selon le parquet de Brest, qui écarte toutes suites pénales. Plusieurs auditions de témoins sont néanmoins prévues dans les heures qui viennent. «L'enquête devra dire pour quelle raison exacte ces gens s'en sont pris à la victime» précise le parquet. (Source).

 

Pour être complet, ajoutons cet extrait d’article du journal Ouest-France (1er décembre 2011) :

« Pour le procureur, il est «légitime que les gens soient attentifs. Mais il faut rester prudent et serein». S'il n'avait pas été pris à tort pour un pédophile, puis poursuivi dans la rue, Jean-Claude Basset ne serait sans doute pas décédé. «Il est mort d'un infarctus et de la rumeur», résume tristement Bertrand Leclerc. Y aura-t-il des suites judiciaires ? «On verra, répond le procureur. Pour le moment, cette question est prématurée. Il y a une différence entre la dénonciation calomnieuse et la méprise, qui peut se faire de bonne foi.» (Source).

 

Pas de suites pénales ? Une victime, mais pas de coupables ?

Un homme est mort à cause d’insinuations calomnieuses, tombant sous le coup de la loi. Cette rumeur cultivée par des personnes malveillantes, s’est-elle répandue sans arrière-pensées ? Des gens ont-ils voulu lui nuire, car son aspect ou sa présence dans le quartier leur déplaisait ? Ces gens l’ont implicitement tué.

Une quinzaine d’hystériques l’ont attaqué, pris en otage. Faut-il encore parler de parents d’élèves ou de mamans inquiètes, alors que ces furies ont pourchassé un homme qui ne présentait aucun danger, ni ne manifestait aucune menace ? Elles ont causé sa mort.

Méprisant la présomption d’innocence, prenant ainsi le parti des "mères de familles", des policiers l’ont mis en état d’arrestation avant toute explication. Pourquoi menotter et embarquer un homme agressé par quinze personnes ? Certes, les policiers doivent réagir vite, mais pas sans preuves.

Le dépôt d’une main courante aurait dû suffire à faire cesser les rumeurs injustifiées. Une immédiate et rapide enquête de moralité aurait disculpé la victime de ces sales rumeurs. N’y a-t-il pas eu faute ?

Cette affaire est symbolique de la propagande sécuritaire et alarmiste menée en France depuis longtemps. Elle est exemplaire de la méchanceté viscérale des imbéciles, ces "cerveaux disponibles" abrutis par les médias. Qui peut croire qu’il s’agisse juste d’une "erreur" de la part des témoins ?

Jean-Claude Basset, un brave homme sans malice désigné comme coupable sans raison, est mort à Brest lundi 28 novembre 2011 : le devoir du Parquet de Brest est de ne pas laisser se refermer le dossier, de définir les responsabilités, de faire condamner tous ceux qui ont créé les conditions de ce décès.

C’est-ce que l’on nomme la Justice.

 

Un cas similaire dans les Landes ? .

Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Infos et évènements
commenter cet article
28 novembre 2011 1 28 /11 /novembre /2011 20:58

 

PELOT-MD2006J’éprouve une sincère admiration pour ce grand romancier qu’est Pierre Pelot. J’ai chroniqué plusieurs de ses livres, récents ou plus anciens, et je continuerai.PELOT-MD2011

Mais je ne saisis pas bien la logique commerciale de son éditeur chez Héloïse d’Ormesson (je suppose qu’il s’agit de Gilles Cohen-Solal). Méchamment dimanche de Pierre Pelot fut initialement publié par cet éditeur. Dès 2006, il fut disponible en version poche, chez Pocket.

Cinq ans plus tard, ayant certainement récupéré les droits de ce roman, Héloïse d’Ormesson inscrit de nouveau le livre à son catalogue en novembre 2011. De moins de dix Euros en poche, le voici à 23 Euros. Étonnante stratégie, qui n’apporte surtout pas de bénéfice aux lecteurs. On aurait compris une autre publication en poche, version Héloïse d’Ormesson ou non. Mais pas cette sorte de racket envers les admirateurs de Pierre Pelot. 

Débat et réaction de l'éditeur dans les commentaires ci-dessous. 

Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Infos et évènements
commenter cet article
28 novembre 2011 1 28 /11 /novembre /2011 06:32

 

Le n°15 de la revue Quinzinzinzili est disponible. Rappelons qu’elle est publiée par la Société des Amis de Régis Messac (71 rue de Tolbiac, Paris 13e), sous la direction de Pierre Lebedel et d’Olivier Messac.

Ce trimestriel nous propose une fois de plus informations et documents autour de cet intellectuel de l’Entre-deux-guerres que fut Régis Messac. QUINZINZINZILI-15Né en 1893, ce Résistant fut arrêté par les Allemands le 10 mai 1943 dans la Manche. Avec d’autres, il fut jugé et envoyé en captivité, où il disparut. On nous raconte ici le parcours de Raymond Brulé, un des derniers compagnons d’infortune de Messac. Prisonniers politiques dans les camps de concentration, ils ne survécurent pas aux terribles conditions de leur détention.

Dans ce numéro, on trouvera deux chroniques signées Régis Messac, sur des romans de science-fiction datant de 1936. On découvrira un personnage oublié, Gérard de Lacaze-Duthiers, professeur de Lettres et éditeur anarchisant, créateur de la notion d’Artistocratie, qui consiste pour chaque individu à faire de sa vie une œuvre d’art libre et désintéressée, au-dessus de toutes les limitations et de tous les partis. On lira aussi des témoignages sur deux romans de Messac, et sur sa célèbre thèse, Le Detective Novel (rééditée en 2011).

Une page est aussi consacrée au dessinateur Tardi, qui vient de publier une adaptation du roman de Jean-Patrick Manchette Ô dingos, ô châteaux!. Ce n’est pas sans raison, car Tardi adapta en 1988 le Voyage au bout de la nuit, de Céline. Justement, la chronique consacrée à ce roman par Régis Messac en février 1933 est au centre de ce numéro. Document qui montre quelle pouvait être la lecture de cette œuvre magistrale par un érudit tel que Messac. Félicitant l’auteur de ne pas avoir eu le Goncourt, il admet cet amalgame de détestation et de lâcheté né de la Grande guerre, la trivialité du récit, et bien d’autres aspects. Mais, au final, Messac est plus altruiste que Louis-Ferdinand Céline. On sait jusqu’où l’amertume et la haine conduiront le puant Céline.

À Paris, on trouve cette revue chez les libraires : L’Amour du Noir (5e), Sillage (5e), La Hune (6e), L’œil écoute (6e), Un regard moderne (6e), Scylla (12e), Le Divan (15e), et on peut le consulter à la BILIPO (5e). Dans l'Ouest, on la trouve chez Abraxas Libris à Bécherel (35), Place Média à Coutances (50), et La Boutique d’Anatole F. à Granville (50). Les romans et autres écrits de Régis Messac sont progressivement réédités par les éditions Ex Nihilo, 42bis rue Poliveau, Paris 5e.

Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Infos et évènements
commenter cet article
23 novembre 2011 3 23 /11 /novembre /2011 08:57

 

Le Prix 2011 du Roman Populaire d'Elven (Morbihan, 56) est attribué au roman "Les sœurs Gwenan" d’Hervé Jaouen. La remise du Prix du Roman Populaire 2011 aura lieu samedi 3 Décembre à 18h30 à l’issue des 12e Rencontres d'Elven, en présence du lauréat : Hervé Jaouen. Le Comité 2011 de Lecture se composait de deux membres du personnel et de seize lecteurs de la Médiathèque Municipale d’Elven. Le vote final du Comité de Lecture a eu lieu le 16 Octobre 2011. (le site du Festival est ici). ELVEN-2011

 

Les précédents lauréats du "Prix du Roman Populaire" :

Prix 2010 : Bernard SIMONAY pour La Prophétie des glaces (Presses de la cité)

Prix 2009 : Pierre BORDAGE : pour Le feu de dieu (Au diable Vauvert)

Prix 2008 : Didier CORNAILLE pour Le vent des libertés soulevait la terre (Anne Carrère)

Prix 2007 : Claude MICHELET pour Quelque part dans le monde (R.Laffont)

Prix 2006 : Hervé BASLE pour Le cri (J.C.Lattès)

Prix 2005 : Frédérique HEBRARD pour Les châtaigniers du désert (Plon),

Prix 2004 : Yves JACOB pour Les Anges maudits de Tourlaville (Presses de la cité)

Prix 2003 : Frédéric H. FAJARDIE pour Le voleur de vent (J.C.Lattès)

Prix 2002 : Bernadette PECASSOU CAMEBRAC pour La belle Chocolatière (Flammarion)

Prix 2001 : Yves VIOLLIER pour Les Lilas de mer (Robert Laffont)

Prix 2000 : Jean-François COATMEUR pour Ballet noir (Albin Michel).

 

J'avais décerné un Coup de coeur à "Les sœurs Gwenan" d'H.Jaouen :
Né en 1890, Jos Gwenan est adopté par un brave couple du Cap Sizun. Très tôt, Jos est fasciné par la mer. Il a pensé devenir pêcheur, mais admet vite qu’une carrière dans la Royale est plus raisonnable. Après l’École des Mousses, le jeune homme s’affirme comme un solide marin. En 1913, Jos épouse Guillemette. Leur première fille, Joséphine, naît l’année suivante. Embarqué sur le Gaulois durant la Première Guerre mondiale, Jos va vivre un épisode mémorable de l’Histoire : les Dardanelles. Plus tard, il racontera maintes fois les péripéties de ce combat. Le couple a deux autres filles, Germaine et Yvonne, sœurs fusionnelles, puis une dernière Marie-Morgane. Belle, fière et intelligente, celle-ci se démarquera toute sa vie du clan familial. Jos Gwenan a aussi un frère, aujourd’hui installé dans la région d’Ancenis. Il déteste ce vaniteux Donatien, au passé trouble, méprisant envers tous car il a su gravir l’échelle sociale. Ayant épousé une châtelaine, Adélaïde, Donatien sait profiter des propriétés et de la fortune de sa femme. Ils auront tardivement un fils, très éloigné du caractère expansif de son père.

Les choix amoureux des filles de Jos sont clairs : Il n’y avait de mari possible qu’un marin comme [Jos]. Chacune des quatre sœurs Gwenan se donnerait pour la vie à l’un de ces dompteurs d’océans, promis, juré sur les obus du vaisselier, croix de bois croix de fer, et que celle qui s’en dédie aille en enfer. Joséphine était la première à avoir fait un bout de chemin vers la réalisation du serment.

L'intégralité de cette chronique est ici.

Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Infos et évènements
commenter cet article
22 novembre 2011 2 22 /11 /novembre /2011 15:52

 

Le Prix du Quai des Orphèvres 2012 a été décerné ce 22 novembre au premier roman de l’avocat Pierre Borromée "L’hermine était pourpre".

QUAI-2012« Juliette Robin a été assassinée dans des circonstances épouvantables. Mariée depuis cinq ans à l’avocat Pierre Robin, la victime était toujours vierge et son époux éprouvait un amour obsessionnel pour sa belle-sœur qui le rejetait. Tout porte à croire que Robin est le meurtrier, aussi le juge coffrerait-il volontiers ce suspect. Mais le procureur qui craint de voir éclaboussés les magistrats et le Barreau, confie l’enquête à Baudry, un policier coléreux, opiniâtre et subtil. Lorsque Dornier, défenseur de Robin, rappelle à ce commissaire qu’un crime analogue a été commis sept ans plus tôt jour pour jour, l’enquête prend un tour nouveau. Le flic et le baveux vont sceller un pacte discret.»

Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Infos et évènements
commenter cet article
19 novembre 2011 6 19 /11 /novembre /2011 07:07

 

Rencontres polar à la Médiathèque François-Mitterrand - 4 rue de l’Université - Poitiers (Renseignements : 05 49 52 31 51)

Une animation avec l’association L’Instant Polar.POLAR-POITIERS-2011

Le polar et l’Histoire - Vendredi 2 décembre à 18h30

Avec Jacques Dubois, auteur de "Le roman policier ou la modernité", spécialiste international de Georges Simenon et coresponsable de l’édition que la Bibliothèque de la Pléiade a consacrée à cet écrivain. Animé par Barry Hughes.

 

Les conflits du XXe siècle dans le polar - Samedi 3 décembre à 15h

Avec Odile Bouhier, Guillaume Prévost, Jean-Louis Nogaro, Patrick Bard et Patrick Amand.

A travers les conflits majeurs du 20e siècle, des auteurs travaillant à partir d’archives et de documents historiques présentent leur méthode d’écriture en matière de fictions "historiques". Quelle est la place de l’Histoire dans le roman policier ? De l’Histoire à la fiction ou de la fiction à l’Histoire ? Animé par Christine Soulas.

Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Infos et évènements
commenter cet article
19 novembre 2011 6 19 /11 /novembre /2011 06:57

 

DEXTER-2011Pour sa deuxième édition, le Prix du meilleur polar des lecteurs de Points a été décerné à Cotton Point de Pete Dexter, roman noir américain traduit par Anny Amberni, paru en 1991 chez Denoël et réédité en poche en février 2011. Ce prix est décerné par un jury composé de quinze libraires, critiques littéraires et blogueurs et de vingt lecteurs. Il était présidé cette année par Antonin Varenne, le lauréat de 2010 avec "Fakirs".

Ma chronique sur "Cotton Point" est ici.

Cotton Point a été retenu parmi une sélection de neuf titres que les jurés ont découverte au fur et à mesure depuis janvier et qui comprenait Donne-moi tes yeux de Torsten Pettersson, Hiver de Mons Kallentoft, Hypothermie d’Arnaldur Indridasson, La ronde des innocents de Valentin Musso, Les courants fourbes du lac Tai de Qiu Xiaolong, Origine de Diana Abu-Jaber, Les brumes du passé de Leonardo Padura et Les visages de Jesse Kellerman.

Source Livres Hebdo.

Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Infos et évènements
commenter cet article

Action-Suspense Contact

  • : Le blog de Claude LE NOCHER
  • Le blog de Claude LE NOCHER
  • : Chaque jour des infos sur la Littérature Policière dans toute sa diversité : polar, suspense, thriller, romans noirs et d'enquête, auteurs français et étrangers. Abonnez-vous, c'est gratuit !
  • Contact

Toutes mes chroniques

Plusieurs centaines de mes chroniques sur le polar sont chez ABC Polar (mon blog annexe) http://abcpolar.over-blog.com/

Mes chroniques polars sont toujours chez Rayon Polar http://www.rayonpolar.com/

Recherchez D'autres Infos Ici

Action-Suspense via Twitter

Pour suivre l'actualité d'Action-Suspense via Twitter. Il suffit de s'abonner ici

http://twitter.com/ClaudeLeNocher  Twitter-Logo 

Libres lectures

Petit rappel : Toutes mes chroniques, résumés et commentaires, sont des créations issues de lectures intégrales des romans analysés ici, choisis librement, sans influence des éditeurs. Le seul but est de partager nos plaisirs entre lecteurs.

Abonnez-vous à Action-Suspense, pour recevoir chaque jour mes chroniques et mes infos sur l'univers du polar. Facile et gratuit !

Spécial Roland Sadaune

Roland Sadaune est romancier, peintre de talent, et un ami fidèle.

http://www.polaroland-sadaune.com/

ClaudeBySadauneClaude Le Nocher, by R.Sadaune

 http://www.polaroland-sadaune.com/