Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 septembre 2017 2 19 /09 /septembre /2017 04:55

Max Wolfe est officier de police à Londres. Divorcé, il élève seul sa fille Scout, bientôt six ans, avec leur chien Stan. Par hasard, il retrouve son ami d’enfance Jackson Rose. Ancien militaire, celui-ci s’est clochardisé. Max l’héberge volontiers chez lui. S’il s’est trouvé un job de nuit, le comportement de Jackson Rose intrigue bientôt Max. Mais le policier et son équipe sont surtout confrontés à une affaire singulière. Certes, il arrive généralement que Max se place plutôt du côté des victimes. Comme dans le cas de ce père de famille tué par une bande de jeunes voyous, qui seront peu condamnés. Néanmoins, une vidéo diffusée sur Internet s’avère perturbante : dans un endroit secret, un chauffeur de taxi est jugé et aussitôt pendu par des justiciers anonymes.

D’origine étrangère, l’homme avait appartenu à un gang de violeurs d’enfants. Son corps est retrouvé dans Hyde Park. Peut-être sur le site de Tyburn où, pendant des siècles, on dressait la potence destinée aux condamnés à mort. Max ne doute pas que les exécuteurs usent de tels symboles. Il interroge la famille Wilder, dont la fille fut une des victimes du gang en question. Au procès, le père menaça de mort celui qui vient d’être pendu. Mais il semble avoir perdu son instinct vengeur. Peu après, une deuxième vidéo est diffusée en direct sur Internet, aussi très suivie par les utilisateurs du web. C’est le coupable de la mort accidentelle d’un enfant qui est en cause, cette fois. Son cadavre est découvert sur un lieu différent du premier, mais faisant encore penser au site de Tyburn.

L’enfant mort par accident n’était autre que le petit-fils d’un riche truand que Max connaît fort bien. Il serait davantage suspect s’il possédait un alibi plus solide. L’imaginer en vieux justicier, improbable. Ce n’est pas un émule d’Albert Pierrepont, le bourreau officiel anglais qui officia durant plusieurs décennies. Max se renseigne auprès du sergent John Caine, qui s’occupe du Black Museum, mémorial de la police britannique. Mais les références à la potence de Tyburn ou à l’ancienne prison de Newgate, détruite depuis longtemps, sont mal connues. L’historien missionné par la police est lui-même imprécis sur les détails. On sait quand même que, en plus du métro – dont certaines stations sont fermées, existent dans les sous-sols londoniens d’anciennes rivières et tout un réseau d’égouts.

Après qu’un troisième homme, un criminel toxicomane, ait été jugé et exécuté en direct via Internet, les bourreaux interrompent pendant quelques temps leurs actions. Le suivant est un prédicateur islamiste glorifiant le combat contre les Occidentaux. Il serait ironique que, s’il a la chance d’en réchapper vivant, il soit placé sous protection policière. Face aux médias qui font monter la pression, Max s’efforce de rester stoïque. S’exposant ainsi, il risque d’apparaître comme un provocateur aux yeux des justiciers autoproclamés. Et de frôler la mort. Situer le lieu des pendaisons est désormais la priorité…

Tony Parsons : Le club des pendus (Éd.de La Martinière, 2017)

— Mais pourquoi cette mascarade ? demanda Whitestone au Dr Joe.
— La cérémonie est essentielle, répondit Joe. Le rituel importe autant que le meurtre. Ces deux assassinats sont aussi orchestrés que n’importe quel procès à la cour d’Old Bailey. En lieu et place des perruques, des cagoules noires. En lieu et place des juges et jurés, des suspects non identifiés. Et sur le banc des accusés, les coupables.
— Qui n’ont aucune chance d’obtenir la relaxe, enchaîna Whitestone.
— Mais ce rituel – cette cérémonie si vous préférez – est un avertissement. Et, par-dessus tout, une façon d’affirmer leur puissance, dit le Dr Joe. Cet élément est crucial : ils veulent nous prouver leur autorité. Comme dans une cour pénale, on démontre le pouvoir de l’État. Il ne fait aucun doute que les suspects non identifiés considèrent leurs actes comme la réaffirmation, dirais-je, d’une justice supérieure, non seulement supérieure, mais également plus noble et moins faillible. Ils veulent nous rappeler que le peuple a un pouvoir.

Après “Des garçons bien élevés” et “Les anges sans visage”, c’est la troisième enquête de Max Wolfe et de son équipe de policiers londoniens. À l’évidence, Tony Parsons s’y entend pour installer le malaise, traitant un thème particulièrement sensible. Les criminels sont-ils jugés avec trop de clémence ? Selon les victimes (enfants, personnes âgées) les sanctions sont-elles appropriées ? Mais si l’on applique le Talion – Œil pour œil, dent pour dent – cela rend-il la vie aux personnes tuées. En cas de vendetta, ceux qui ont été grièvement blessés vont-ils mieux ? En somme, la colère vengeresse remplace-t-elle équitablement la justice ? Outre les quatre cibles des "bourreaux", sont évoqués deux autres affaires relançant en filigrane les interrogations personnelles que chacun peut éprouver à ce sujet.

Ambiance tendue autour du policier Max Wolfe, donc. Les moments de répit sont rares pour l’enquêteur, homme d’action. Évocation des institutions judiciaires anglaises et des pratiques d’autrefois, également. Toutefois l’auteur ne perd jamais de vue qu’il s’agit d’une intrigue à suspense, cultivant un récit privilégiant l’énigmatique et les rebondissements. Ce ne sont pas les suspects qui manquent dans cette affaire, même si beaucoup sont vite disculpés. Autour de Max Wolfe, la notion de mort est dense, palpable. Pour “Le club des pendus”, Tony Parsons a concocté un véritable polar noir au tempo percutant, dans la plus efficace des traditions.

Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Polar_2017 Livres et auteurs
commenter cet article
17 septembre 2017 7 17 /09 /septembre /2017 04:55

Âgé de trente ans, le docteur du Barrail assiste à Weimar au congrès de 1911 qui réunit, autour de Sigmund Freud et Carl Gustav Jung, le gratin des psychanalystes. À l’issue des rencontres, du Barrail se voit confier une mission par Freud. À Paris, leur confrère Victor Gernereau vient d’être assassiné. Grâce aux notes sur ses patients que la victime adressa à Freud, il doit être possible d’identifier le criminel. Si du Barrail est enthousiaste quant à l’évolution de la psychanalyse, et s’il est conscient que c’est un honneur d’enquêter pour Sigmund Freud, il n’est pas sûr d’aboutir. Dans le train du retour vers Paris, où Jung va séjourner quelques temps, celui-ci lui recommande un détective privé, Max Engel.

À plusieurs reprises, on tente de voler à du Barrail les notes de Gernereau. La coupable, il l’a repérée : c’est une femme toute vêtue de vert. Quand le psy s’adresse à Max Engel, il lui demande de s’intéresser en particulier à elle. Du Barrail possède certaines affinités avec ce curieux détective, qui affiche ses convictions sociales marxistes. Par ailleurs, c’est un jouisseur qui ne s’interdit ni le sexe, ni les bons repas arrosés. Outre la Dame en vert, la police a interrogé trois patients du psy Gernereau, de possibles suspects. Du Barrail commence par contacter Marie Adendorff, surnommée la Dame aux Loups à cause de ses troubles. Cette jeune sculptrice est la fille d’un homme d’affaires très puissant.

Le détective a pisté la Dame en vert jusque dans un bordel où elle exerce ponctuellement. Il trouve quelques occasions de ne pas perdre de vue celle qu’on appelle Marie-Madeleine, en référence à la pécheresse biblique. Il poursuit sa filature, tandis que du Barrail se rapproche de Marie Adendorff, masquant à peine son attirance. Dans la veine freudienne qui relie enfance et sexe, le psy imagine que le père de la jeune femme a pu se rendre coupable d’inceste par le passé. Éventualité qui lui apparaît bientôt trop simpliste. Encore ignore-t-il le singulier parcours de cet homme, remarié à la jeune Aniela. Celle-ci défend avec ardeur les droits des femmes, y compris auprès du député Mirepoix.

Marie-Madeleine tente de séduire du Barrail afin d’obtenir les documents de Gernereau. Avec l’accord de son commanditaire, elle va même tenter de corrompre Max Engel. Ce dernier reste en contact avec Carl Gustav Jung, celui-ci n’étant pas opposé à ce qu’ils fréquentent ensemble une maison close. Du Barrail interroge également les deux autres patients névrosés de Gernereau, mais sans doute devra-t-il élargir son enquête. La Dame en vert n’avançant guère, l’individu qui l’a chargée de retrouver les documents ne cache pas sa nervosité. Pour Max comme pour le psychanalyste, c’est probablement dans le cercle autour du père de Marie Adendorff que se trouvent les réponses aux questions…

Olivier Barde-Cabuçon : Le détective de Freud (Babel Noir, 2017)

— Mais si l’assassin a tué Gernereau et récupéré ses notes, pourquoi vouloir s’emparer de la copie de celles-ci ? Pour les faire disparaître ? Vous auriez pu, vous-même ou Freud, en recopier d’autres exemplaires. Non, à mon avis, quelqu’un a payé la Dame en vert pour récupérer ces notes du vivant du docteur Gernereau. Elle s’est ainsi présentée comme patiente de celui-ci pour se les procurer. Elle a dû échouer. Ce même commanditaire a ensuite fait assassiner le docteur mais, pour une raison inconnue, l’assassin n’a trouvé aucune note chez Gernereau. Consultez-les donc à votre banque seulement, je vous le répète.
— Mais pourquoi voulait-il ces notes ?
— Ce n’est pas à vous que je vais apprendre que l’on dit parfois à son psychanalyste des choses depuis très longtemps enfouies et oubliées… Qui sait si la personne n’a pas regretté que ces choses soient remontées à la surface. Vous êtes des apprentis sorciers, vous tenez boucherie ouverte de nos âmes !

Les six aventures du chevalier de Volnay, commissaire aux morts étranges au temps de Louis XV, ont apporté une notoriété méritée à l’auteur, Olivier Barde-Cabuçon. Avant d’entamer cette série, il publia “Le détective de Freud”, désormais disponible dans la collection Babel Noir. Toute autre époque, puisque nous voici au début du 20e siècle. Si la psychanalyse se développe dans les pays occidentaux, elle reste une science qui a tout à prouver. Certaines bases établies par Sigmund Freud sont, sinon contestées, du moins relativisées par son dauphin désigné, Jung. Et la médecine se méfie de ces confrères qui prétendent déterminer ce qu’il y a dans la tête des patients.

Peut-on dire qu’une enquête ressemble beaucoup à une analyse psy, comme le suggère Freud ? Plus ou moins. En tout cas, Oliver Barde-Cabuçon n’ignore pas qu’un polar historique n’est pas simplement un étalage d’érudition. Il doit être, avant tout, doté d’une véritable intrigue. L’affaire criminelle et la recherche des coupables, c’est le moteur de ce type de romans. Ce qui n’empêche nullement d’inscrire le récit dans un contexte précis, dessinant diverses facettes de l’ambiance d’alors.

Ici, il n’est pas question que de psychanalyse. Certes, les images de l’enfance – dont font partie les contes de fées – ont une importance évidente pour les patients que rencontrent le docteur du Barrail. Mais depuis la seconde moitié du 19e siècle, les luttes sociales n’ont cessé de gagner en union et en force. Nous sommes en 1911, le prolétariat bouge, se fait entendre, refuse l’exploitation par le grand capital. C’est le détective Max Engel qui est porteur de tous ces symboles ouvriers. Par ailleurs, voilà quelques années qu’en ce début de 20e siècle, des femmes – les suffragettes – revendiquent des droits bien réels. Même si des officiels s’avèrent bienveillants envers ces mouvements, peu de concrétisation en vue. Aniela Adendorff en est, en quelque sorte, la porte-parole dans cette histoire. Ce suspense aussi riche en péripéties que par son contexte est fort séduisant.

Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Polar_2017 Livres et auteurs
commenter cet article
16 septembre 2017 6 16 /09 /septembre /2017 04:55

Irlandais originaire de Galway, le jeune Jarlath Costello a poursuivi ses études littéraires à Cambridge quelques années plus tôt. Depuis, il a interrompu son cursus, travaillant pour une société d’infos sur Internet, au côté de son collègue et ami Carl. Il a aussi mis de côté ses ambitions d’écrivain. Cette décision est intervenue après le suicide de sa petite amie Rosa Sandhoe. Cinq ans plus tôt, celle-ci était également étudiante à Cambridge. Elle s’intéressait particulièrement au théâtre, à Henrik Ibsen. Rosa était la fille du veuf Jim Sandhoe, employé du Ministère des Affaires Étrangères. Avec lui, elle voyagea beaucoup durant son enfance. Son père décéda peu de temps avant que Rosa n’intègre l’université de Cambridge. Jim Sandhoe connaissait fort bien le doyen, le Professeur Lance, auquel il avait demandé discrètement de veiller sur les études de Rosa.

Amy, la tante de la jeune femme, vit à Cromer, dans le comté de Norfolk. Elle est mariée à Martin, un scientifique. C’est lors d’un séjour chez le couple, il y a cinq ans, que Rosa disparut. Tout laisse supposer qu’elle s’est jetée dans la mer du Nord, où son corps a pu être emporté par le courant. Était-elle dépressive, ressemblant à sa tante Amy, angoissée de nature ? Fut-elle plus marquée qu’on ne le pensa par le décès de son père, ou même par le suicide de Phoebe, une amie de Cambridge ? Aujourd’hui encore, Jar ne peut se résoudre à la croire morte. Il lui arrive fréquemment de la "voir" dans la foule, au hasard des rues londoniennes. Des hallucinations post-traumatiques, certainement. Toutefois, la tante Amy, avec laquelle Jar reste en contact, le prend au sérieux. Son collègue Carl lui conseille plutôt de consulter une psy qu’il connaît depuis peu, Kirsten Thomas.

Un vrai-faux cambriolage a été commis dans le studio de Jar. Il a le sentiment d’être en permanence surveillé. Paranoïa peut-être, mais son compte Internet a aussi été piraté. Et Martin, le mari d’Amy, vient d’être interrogé par la police après avoir transmis un disque dur d’ordinateur à Jar. L’objet informatique contient le journal intime de Rosa. Peu après, c’est au tour du jeune homme d’être inquiété. Sous un prétexte qui sonne faux, le policier Miles Cato cherche visiblement le fameux journal de Rosa. À tort ou à raison, Jar imagine que Kirsten Thomas n’est pas étrangère à son interpellation. À Cambridge, Rosa fut elle-même en contact avec une psy prénommée Karen, ce qui pourrait avoir un rapport direct. Par l’intermédiaire de cette personne, Rosa a sans doute été approchée par les Services Secrets britanniques, comme un certain nombre d’étudiants.

C’est peut-être le journaliste indépendant Max Eadie qui possède quelques-unes des clés de cette affaire. S’il est de ceux qui croient dans "la théorie du complot", il est vrai qu’un de ses articles – au sujet très sensible – fut censuré. On le trouve encore sur le DarkWeb. Tant que leurs adversaires ne découvrent pas le box où Jar compile tous les éléments sur la disparition de Rosa, le danger reste relatif. Il ne désespère pas de la retrouver vivante, même si elle a sûrement changé en cinq ans, et doit être désorientée…

J.S.Monroe : Trouvez moi (City Éditions, 2017)

Jar était aussi invité, mais ce n’était pas toujours facile de l’accompagner. Sur le plan physique, Amy ressemble péniblement à sa nièce. Elle a passé presque toute sa vie sous traitement médical, en raison de dépressions chroniques. Le moral d’Amy semblait cependant meilleur chaque fois que Rosa était avec elle. Tranquillement, elle s’asseyaient ensemble dans la lumière du salon filtrée par les rideaux, puis Amy peignait des motifs complexes au henné sur les bras et les mains de Rosa, tandis qu’elles parlaient de son père.
Jar n’en veut pas à Amy pour ce qui s’est passé ensuite. Il est resté en contact avec elle après la mort de Rosa et leur relation, comme celle qu’elle entretenait avec sa nièce, s’est épanouie grâce à leur deuil commun. Amy est une alliée, tout aussi paranoïaque que lui ; dans l’entourage de Jar, c’est la seule personne qui ne croit pas à la mort de Rosa. Elle n’a ni explication ni théorie, c’est juste son sixième sens, comme elle dit.

Pour que fonctionne ce genre d’intrigues, on doit immédiatement adopter le point de vue du héros. Ici, même si Jar admet de possibles hallucinations, son amie disparue Rosa ne peut qu’être toujours vivante. Puisque la tante de la jeune femme pense de même, il n’y a plus qu’à accepter le postulat. La première partie du récit fait alterner les mésaventures de Jar et les extraits du journal intime de Rosa. Ce qui nous la rend familière, et permet de penser que – bien qu’ayant subi quelques épreuves – son suicide reste incertain. De Londres jusqu’à un petit port de Cornouailles en passant par une bourgade du Norfolk, il n’y a plus qu’à suivre les investigations tourmentées de Jar.

On croisera au passage des personnages particuliers, tel ce rasta expert en décodage informatique ou ce journaliste se voulant "lanceur d’alerte". Surtout, on s’interrogera sur les fonctions du père de Rosa, et sur la tradition d’espionnage chère aux Anglais. Évoquer l’ambiance de Cambridge, prestigieuse université, c’est déjà supposer de mystérieux arcanes concernant l’élite britannique. Cette histoire énigmatique s’inscrit de nos jours, en témoignent les dates indiquées. Il y est d’ailleurs question de Guantánamo, par exemple. La construction du récit est faite pour exciter notre curiosité, l’auteur jouant habilement avec les éléments du scénario – n’oubliant pas une bonne dose de paranoïa. Un suspense solide, bien sûr !

Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Polar_2017 Livres et auteurs
commenter cet article
14 septembre 2017 4 14 /09 /septembre /2017 04:55

Cane est une petite ville de l’État de Pennsylvanie, situé au nord-est des États-Unis. Elle a connu la prospérité au temps où l’on exploitait les mines. L’activité industrielle tranchait avec le mode de vie rétrograde de Vinegar, le comté voisin, peuplé par les Amish. Il y eut même ici un parc d’attraction, Candyland. La région reste réputée pour ses préparations culinaires à base de sucreries. Aujourd’hui, loin de l’animation d’antan, la population locale de Cane continue à vivoter. Voilà une trentaine d’années que Sadie Gingerich s’est établie dans cette ville, où sa boutique de confiserie conserve une bonne clientèle. Quant à son fils Thomas, c’est le gérant du vieux drugstore Chancey, sur Main Street. Sadie et lui ne se voient plus guère, mais elle imagine souvent des dialogues virtuels entre eux.

Ça fait trente-cinq ans que Braxton est inspecteur de police à Cane. Il arrive à la retraite, sans avoir jamais dirigé la brigade locale, ce poste se transmettant de père en fils. Il est marié à Deb, une authentique chieuse, fort occupée entre ses amies et ses amants. Ce qui explique en partie l’alcoolisme caricatural de Braxton. Si Deb et lui n’ont pas eu d’enfant, il a élevé sa nièce Allison Kendricks. Jeune adulte, celle-ci a mal tourné, devenant junkie sous l’influence d’un dealer de meth, Ezekiel Wolfe. À sa décharge, Allison était la fille de Danny Kendricks. Ce dernier fut condamnée à la prison à vie pour meurtre. Autrefois ivrogne, depuis qu’il est sorti de tôle, Danny est désormais abstinent. Chasseur d’ours, il vit plutôt à l’écart des habitants de Cane, ce qui limite sa violence potentielle.

Les Kendricks et les Wolfe étaient des familles de trafiquants notoires. Mais il existe une autre tribu qui vit en totale marginalité dans le secteur. C’est le clan dirigé par Ruby Heinz, installé à Cokesbury. C’est dans cette montagne forestière peu accessible qu’ils fabriquent leurs drogues. Aux beaux jours, on peut trouver une partie de la bande à Candyland, l’ex-parc d’attraction. Ces endroits-là, la police de Cane n’y met jamais le nez. Au cœur de cet hiver neigeux, Ruby Heinz contacte l’inspecteur Braxton. Au lieu d’alpaguer la cheffe de la tribu, le policier l’écoute. Ces dernières semaines, trois enfants du clan de Ruby ont disparu, dont son propre fils, Owen. Braxton promet d’enquêter. Compliqué, car personne autour de Ruby n’apparaît à l’état-civil ; les mômes sont inconnus des services sociaux.

Entre-temps, Thomas Gingerich a été assassiné. La coupable idéale est Allison Kendricks. C’est la seule jeune femme qui ait été proche de ce célibataire endurci qu’était Thomas. À son contact, la junkie Allison reprit une allure à peu près correcte. Elle faisait figure de petite amie pour Thomas, même si leur relation était moins ordinaire. Et puis, l’ombre d’Ezechiel Wolfe planait toujours autour d’eux. Quand Thomas est retrouvé mort près d’une ancienne mine, difficile de savoir ce qu’en pense vraiment Sadie Gingerich. Ça ne va sûrement pas l’empêcher de continuer à converser par l’esprit avec Thomas. Ni de se remémorer le temps où elle et sa sœur faisaient partie de la communauté Amish. Le soir du Réveillon, Sadie fait la connaissance de Danny Kendricks dans un bar.

À Cane, les saisons passent. Le cadavre d’Owen Heinz a été découvert à la gare de triage désaffectée. L’inculpation d’Allison est confirmée par la justice. Bien que retraité, Braxton poursuit son enquête. Il souhaiterait être réintégré dans la police, mais c’est improbable. Malgré les trente-quatre ans écoulés depuis la genèse de l’affaire, il poursuit sans relâche ses investigations…

Jax Miller : Candyland (Ombres Noires, 2017)

[Braxton] n’avait aucune hâte de rentrer chez lui, de retrouver Deb et toutes ses infidélités étalées sous son nez. De revoir les fausses photos de familles encadrées, sur lesquelles trônait une Allison qui lui manquait, quand elle était jeune et pas encore esclave de la drogue. De s’asseoir dans la pénombre de sa chambre à coucher, fixer le même putain de mur pendant des heures et boire pour que tout disparaisse. Sa furieuse dispute avec Sadie Gingerich était probablement ce qu’il avait connu de plus proche d’une bouffée d’air frais depuis des mois. Son foyer était un piège, où le passé lui rendait visite par violents à-coups.
Une vision soudaine du cadavre d’Owen Heinz. Une gorgée. Une affaire vieille de trente-quatre ans qui ressurgissait dans toute son horreur. Une gorgée. Les os de Thomas Gingerich qui se brisaient dans sa main sur la scène du crime près des mines du Nord. Une gorgée. Crac, crac, crac ! faisait la côte de l’homme. Braxton n’aurait pas pu boire plus vite pour conjurer le bruit des os cassés.

Après le succès de “Les infâmes” en 2015, Jax Miller nous raconte-t-elle cette fois une énième histoire de trafiquants de drogues dans l’Amérique profonde en crise ? Ce serait mal apprécier la tonalité de cette auteure. Elle apporte bien plus d’originalité, à travers le contexte et les personnages qu’elle dessine. Cane est un exemple de ces villes florissantes ayant vécu grâce à l’industrie jusqu’aux années 1970. Depuis, c’est le déclin, ressenti à la fois dans les décors désolés, mais aussi dans les comportements de ceux qui sont restés sur place. Jax Miller évoque un endroit nommé Mulberry, qui s’inspire de Centralia, ville fantôme où un incendie accidentel dans la mine de charbon souterraine s'étendant sous la ville, brûle depuis 1962 et ne s'éteint pas.

Que se soient développées en ces lieux des activités marginales et illicites n’a rien de surprenant. Des clans comme les Heinz, survivant dans des espaces semi-sauvages dont nul n’ose s’approcher, on l’imagine volontiers. Que les policiers se bornent au minimum en matière de respect de la loi, ça paraît également probable. Si leurs voisins Amish ne sont pas au centre du récit, ils y jouent un vrai rôle. En apparence pacifiques, ils n’inspirent pas forcément la sympathie. Car il y a de la provocation et du mépris dans leur indifférence affichée face au monde extérieur actuel. S’ils ne pratiquent pas le prosélytisme, la rigidité religieuse de leur communauté n’en est pas moins un défi. Qu’ils vivent dans leur passéisme n’est pas dérangeant, mais leur culte se base sur des interdits, sur le refus. Leur autarcie cache fatalement des secrets possiblement malsains.

À Cane, il faut admettre que la plupart des protagonistes ne sont guère équilibrés. Sadie en est la parfaite illustration, mais elle n’est pas la seule. S’alcoolisant avec démesure et non sans raisons, le policier Braxton ferait pourtant un bon limier. Son collègue débutant Rose est largué, question métier. Son cousin ex-taulard Danny, la jeune Allison, et tout ce petit monde végètent en ruminant leurs échecs, leur vie semblant dénuée de tout espoir. Ambiance idéale pour une intrigue criminelle, évidemment. Pour autant, quelles que soient ses facettes sombres, ce n’est pas une histoire triste. Pas d’amertume, grâce à la douceur sucrée des confiseries qui sont une spécialité de l’endroit. On éprouve de l’empathie pour les personnages, car Jax Miller entretient une part de dérision, relativisant la noirceur. Un roman très réussi, dans lequel le lecteur s’installe avec un plaisir certain.

Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Polar_2017 Livres et auteurs
commenter cet article
12 septembre 2017 2 12 /09 /septembre /2017 04:55

À notre époque, la famille Mujahed vit dans la bande de Gaza. Si tout est dévasté autour de leur immeuble, ils bénéficient d’un certain confort. Sans doute parce que le père, Jibril, a appartenu aux cercles officiels palestiniens. Il s’est exilé dans un état du Golfe depuis un certain temps. C’est son épouse qui, dans l’ambiance incertaine de Gaza, gère le quotidien de leurs enfants. L’aîné, Sabri, proche de quarante ans, est un handicapé dépendant. Il a perdu ses jambes et sa famille – son épouse Lana et leur fils Naji – dans un attentat à la voiture piégée. Sabri écrit depuis l’histoire des Palestiniens, à travers les témoignages, les documents et les événements actuels qui continuent de secouer Gaza.

Le plus jeune des Mujahed, c’est Rashid, âgé de vingt-sept ans. Avec son ami Khalil, il fait partie de l’équipe du Centre de documentation des Droits de l’Homme à Gaza. Toutefois, amateur de joints de cannabis, Rashid ne se sent que modérément impliqué. Son but est de rejoindre à Londres son amie anglaise Lisa, militante favorable aux Palestiniens. Rashid vient d’obtenir une bourse d’études, et n’a qu’une hâte : filer le parfait amour avec Lisa. Leur sœur Iman fit des études en Suisse, avant de revenir à Gaza où elle est enseignante. Elle participe à un comité féminin local, sans y trouver réellement sa place. Bien que peu férue de religion, Iman pourrait se laisser séduire par l’islamisme radical.

Les Israéliens viennent de bombarder Gaza, suite à un attentat perpétré par une jeune femme d’une famille estimée en Palestine. Taghreed, une élève d’Iman, et le militant Raed ont été mortellement touchés par cette riposte. Des intégristes musulmans ont besoin de femmes comme Iman ? Elle se sent prête au sacrifice. D’autant qu’elle est la fille de Jibril Mujahed, un notable, ce qui aurait un impact symbolique. Mais Ziyyad Ayyoubi, lui aussi fils de martyrs du combat palestinien, garde un œil sur elle. Cet officier de l’Autorité sait aussi qu’Abou Omar, le voisin des Mujahed avec lequel la mère d’Iman se chamaille assez souvent, est plus suspect qu’on l’imagine. De ceux qui trahissent la Gazaouis, peut-être.

Quand, quelques temps plus tard, Rashid se retrouve à Londres, chez Lisa et ses parents, il fait preuve d’une maladresse certaine vis-à-vis des Occidentaux soutenant la cause des Palestiniens. C’est plutôt son frère Sabri qui devrait être à sa place. Il reste en contact par mail avec lui, ainsi qu’avec Khalil. Malgré les bonnes volontés londoniennes, Rashid est conscient que ça fait peu progresser leur combat. De son côté, sa sœur Iman a rejoint leur père dans son exil. Elle y est prise en charge par Suzi, amie de Jibril. Bien que son cœur reste à Gaza, et qu’elle pense souvent à Ziyyad, Iman retrouve Rashid quelques mois plus tard à Londres. Jusqu’où peut aller leur implication concrète en faveur de leur peuple ?…

Selma Dabbagh : Gaza dans la peau (Éd.l’Aube noire, 2017)

Khalil devait revoir sa stratégie. Les garçons pouvaient agir à sa façon, mais ce n’était pas, ce n’était plus pour elle. [Iman] avait besoin d’agir. Elle s’était rendue là-bas. Eux n’avaient pas vu Taghreed et Raed tout brûlés, leurs corps calciné et tordus. Cela changeait tout. La mort d’un enfant changeait tout. C’étaient les morts d’enfants qui déclenchaient les mouvements de résistance. Ce qui comptait, c’était d’agir, peu importait qui était l’homme qu’elle suivait ; à quoi bon couper les cheveux en quatre, se demander sans cesse quel parti, quel chef soutenir, quelle position celui-ci avait prise sur les accords de 1973, 1978, 1994 ? Qui ça intéressait ? Ras-le-bol de tout ça ! Ce qu’il fallait, c’était agir. Que les Front Populaire, Parti du Peuple et Commandement Unifié aillent se faire foutre, eux aussi. Seule comptait l’action, il n’ y avait pas d’autre solution.
Pas question de rester à la maison et préparer des pickles à longueur de journée comme sa mère. Elle disait sans arrêt qu’il fallait se battre, mais qu’avait-elle vraiment fait, à part épouser leur père ? Et lui, malgré son glorieux passé, n’avait-il pas fini par partir d’ici ?

Il est légitime que les Israéliens assurent leur sécurité. Ce n’est pas avec des attentats extrémistes d’inspiration religieuse, visant les populations d’Israël, que la situation sera pacifiée au Moyen-Orient. Malgré tout, les représailles contre les habitants de Gaza sont-elles acceptables ? Voilà des décennies que ce territoire, ressemblant fort à une prison à ciel ouvert, subit une destruction qui apparaît démesurée. Aucun accord de paix n’a été longtemps respecté, de part ou d’autre. Compter les victimes civiles semble dérisoire, car on ne sent aucune volonté d’améliorer les choses. Et c’est un terreau fertile pour les fanatiques islamisés, qui en profitent pour attiser les dissensions, qui manipulent les plus fragiles en les incitant à passer à l’acte. Il faut croire que "la guerre est plus rentable que la paix", selon une vieille formule toujours d’actualité au 21e siècle.

Que la diplomatie internationale ne soit pas en mesure de résoudre le cas de ces territoires, c’est dramatique. En tant qu’Occidentaux, nous n’avons pas à juger ce qui se passe en Palestine. Ce qui ne nous empêche pas d’observer, fut-ce ponctuellement. Alors, à travers une fiction comme “Gaza dans la peau”, on peut essayer de comprendre ce que traversent ces êtres humains ordinaires. L’auteure ne manque pas de rappeler les étapes de l’histoire palestinienne de 1947 à nos jours, et surtout depuis cinquante ans. Chaque membre de la famille Mujahed possède sa propre vision du problème. Passionnée telle Iman, "en décalage" comme Rashid. Un puzzle de sentiments, avec un point commun puissant : Gaza. On peut aimer sa terre, même si elle est en ruines, et probablement pour cette raison en priorité.

Sachant que l’on ne convainc que ceux qui le veulent bien, Selma Dabbagh ne cherche pas à nous apitoyer, à assombrir des faits déjà évocateurs. Son roman nous offre un regard sur la Palestine et ses habitants. À chacun d’en tirer ses conclusions.

Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Polar_2017 Livres et auteurs
commenter cet article
10 septembre 2017 7 10 /09 /septembre /2017 04:55

Le commissaire Soneri est en poste à Parme, dans le nord de l’Italie. Voilà quinze ans qu’il est veuf d’Ada, son grand amour. Son amie intime Angela ne la remplace pas, même si le policier et elle partagent beaucoup de choses. À l’approche de Noël, la propriétaire de la pension Tagliavini est retrouvée morte chez elle. C’est sa vieille voisine Fernanda qui vient alerter la police, avant de disparaître. Le décès de Ghitta Tagliavini n’est pas aussi naturel qu’il semblait, une enquête s’impose. "35 via Saffi", c’est une adresse que le commissaire a bien connue : Ada y logea alors qu’elle était étudiante. À l’époque, la pension avait de nombreux jeunes pour locataires. Soneri s’y remémore des souvenirs heureux d’alors.

Ghitta Tagliavini était très connue dans ces quartiers de Parme. Ces dernières années, sa pension ressemblait plutôt à un hôtel de passe. Ce que confirme le Pakistanais qui tient un bar en face. Ainsi qu’Elvira Cadoppi, qui loge ici ponctuellement. Elles étaient originaires du même village, Rigoso, vers la montagne. Autrefois, Ghitta y fut rebouteuse, capable de guérir bien des maux. Respectée pour son don, mais généralement détestée, elle fut impliquée dans une affaire d’adultère. Elle vint s’installer à Parme, créant cette pension. Il semble que Ghitta ait été avorteuse clandestine, à une époque. Le commissaire comprend qu’il y avait un certain nombre de côtés sombres dans la vie de la victime.

Soneri hante le quartier, qui a bien changé depuis le temps où il y venait pour Ada. Rien d’anormal dans l’appartement de la voisine Fernanda, qui a visiblement programmé son départ. Le policier discute avec quelques rescapés du quartier, tel le clochard Fadiga et le barbier Bettati. Quant au Frère Fiorenzo, c’est à lui qu’on a anonymement transmis l’arme du crime, un couteau spécifique de charcutier. Tenu par le secret de la confession, ce moine ne pourra guère aider le commissaire. C’est lui qui se chargera des obsèques de Ghitta : peu de personnes sont présentes, alors que tant de gens la connaissaient. Ettore, l’amant d’autrefois de Ghitta, révèle que la défunte était bien plus riche qu’on le pensait.

Un lien pourrait exister entre ce meurtre et l’affaire Dallacasa. Quelques années plus tôt, un ancien activiste de gauche ultra fut exécuté, probablement par d’ex-amis. Sachant que Fernanda est l’héritière désignée de Ghitta, ça peut constituer aussi une piste à suivre. Néanmoins, Soneri s’intéresse plutôt à Pitti, un dandy efféminé rôdant fréquemment dans le quartier. Ce fut un proche de la défunte, et il paraît en relation avec Elvira Cadoppi. Par ailleurs, Ghitta était en contact avec des investisseurs immobiliers de Parme. Le cas de ces affairistes concerne plus sûrement la brigade financière. Tandis qu’arrive Noël, Sonari continue à fouiller dans les noirs secrets de Ghitta, et peut-être également d’Ada…

Valerio Varesi : La pension de la via Saffi (Agullo Éditions, 2017)

Il avait décidé de laisser les choses arriver sans intervenir. Il pressentait que tôt ou tard la situation se déchaînerait sans qu’il y ait besoin de provoquer l’explosion. C’est pourquoi, sans faire de bruit, il redescendit dans la rue et se mit en marche pour rentrer chez lui. Dès qu’il arriva, le clocher du palazzo del Governatore sonna les deux heures. Bien à l’abri dans sa tanière, il éprouva un soulagement immédiat. Enfin détendu, il s’alluma un toscano, se fit bouillir un peu d’eau et se prépara une camomille. Il la but et continua d’observer la nuit silencieuse. C’était l’une des choses qu’il préférait. Il en profita alors pour se repasser en boucle les mystères que ce monde brouillardeux préservait : la disparition de Fernanda, l’assassinat de Ghitta, Pitti qui rôdait toute la nuit comme un animal en chasse, cette Elvira cynique à faire peur, la mort de Dallacasa… Au bout du compte, tout confluait naturellement vers cette pension qui avait tout du pivot bien huilé autour duquel tournait un univers entier.

Le commissaire Soneri est un mélancolique et un contemplatif. Il aime sillonner les rues de sa ville, redécouvrir chaque "borgo", se remémorant des images du passé. Le brouillard qui semble coutumier à Parme lui offre une atmosphère qu’il apprécie. Derrière la fenêtre de la pension, la nuit, il observe les mouvements du quartier. Chez Ghitta, il espère dénicher d’improbables empreintes de ce que fut la vie de la victime. Pendant ce temps, c’est son adjoint Juvara qui s’occupe des quelques détails à préciser. Pour autant, Sonari n’est nullement passif. Bien au contraire, car il y a quantité d’aspects de la personnalité de Ghitta à explorer. Le titre italien de ce roman, “La propriétaire”, s’applique idéalement à la défunte. Le titre français est très évocateur aussi, cette maison étant au centre du sujet.

En effet, que se passa-t-il derrière les murs de cet immeuble, une bâtisse fréquentée par beaucoup de monde depuis bien longtemps ? Outre l’ambiance magnifiquement restituée, Valerio Varesi présente une intrigue de qualité supérieure. Sur certains points, ce sont des épisodes de l’histoire italienne qu’il retrace, du militantisme politique de naguère jusqu’aux magouilles gangrenant l’économie du pays depuis tant d’années. Quant au parcours revanchard de Ghitta, il est absolument crédible. Ce qui suppose qu’aussi forte soit-elle, cette dame s’est fait des ennemis. Une enquête qui inclut des questions personnelles, pour le commissaire. Tout est ici maîtrisé avec virtuosité : un roman policier remarquable !

Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Polar_2017 Livres et auteurs
commenter cet article
9 septembre 2017 6 09 /09 /septembre /2017 04:55

Scénariste, Claude Combel est marié à Maud. Au soir de la présentation du nouveau film écrit par Claude, son épouse semble contrariée par l’histoire qu’il a développée, inspirée d’une de ses relations amoureuses passées à lui. Dès lors, Claude se met en tête que Maud a un amant. Si c’est le cas, il ne peut s’agit que de Richard, partenaire de tennis et ami d’enfance de son épouse. Jouant les espions, son idée se confirme. Aimant toujours Maud, il ne veut pas la perdre. Aussi cherche-t-il comment éloigner Richard de sa femme, comment reconquérir Maud.

Le scénariste met au point un plan machiavélique. À son insu, Maud avale des produits de régime qui la rendent malade. Bientôt, elle perd anormalement du poids. Claude est omniprésent pour s’occuper de la santé de son épouse, ce qui montre qu’il tient plus à elle que Richard. Mais le docteur Weber, qui connaît bien Maud, ne s’explique pas les maux dont elle souffre. Il place une infirmière à domicile, Martine, pour veiller sur la jeune femme. Claude ne tarde pas à comprendre le rôle de l’infirmière. Le plan initial du mari se complique lorsque se produit un drame…

André Lay : Les enlisés (French Pulp Éditions, 2017)

Lorsqu’il a revu Maud après plusieurs années, son amour de jeunesse a rejailli comme un feu couvant sous la cendre. Seulement, ils avaient perdu l’innocence, la candeur de leur enfance ; tous leurs beaux, leurs purs souvenirs les ont conduits banalement dans un lit, où leurs étreintes d’amant et maîtresse ont forcément flétri les images qu’ils s’étaient faites de leur passé. La réalité ne remplace jamais le rêve, elle est faite d’une multitude de gestes, de pensées, sans poésie ; et leur passé romantique transformé en étreintes sensuelles où Maud a échangé son auréole de jeune fille sage contre des caresses apprises par un autre.
Malgré ses sentiments, Richard a forcément comparé avec ses aventures précédentes. Finalement, Maud est devenue une maîtresse de plus. Le fait qu’elle m’ait caché sa liaison, prouvant qu’elle ne désirait pas le divorce, a inévitablement amené Richard à songer qu’un jour ou l’autre leur aventure cesserait alors.
Le temps de réfléchir à tout cela, Richard et Maud se sont embrassés en bons camarades. Elle le remercie encore pour les violettes, qui doivent avoir un symbole, puis me laisse le raccompagner.

André Lay (1924-1997) fut un des piliers de la collection Spécial-Police du Fleuve Noir. De 1956 à 1987, il y publia cent quarante romans. Dont dix-huit ont pour héros récurrent le commissaire vénézuélien Perello Vallespi, un gros bonhomme qui s’excite vite. Dans une autre série, vingt-et-un titres sont consacrés au shérif Garrett, sévissant dans une bourgade du désert mojave. Il s’agit dans ces deux cas d’aventures souriantes et très agitées. Ses autres romans, plus d’une centaine, ne visaient pas spécialement l’originalité de l’intrigue criminelle, reprenant bon nombre de thèmes classiques du polar.

Par contre, André Lay fut de ceux qui, variant les décors de ses histoires, savaient installer des ambiances. Un lieu précis et ses alentours, une petite poignée de personnages, une relation malsaine entre ceux-ci, une vengeance ou un motif justifiant de supprimer l’adversaire… et c’est ainsi qu’avec une narration simple et fluide, il entraînait ses lecteurs dans une affaire solide. La psychologie et le suspense ne sont pas absents chez cet auteur. On le constate dans ce roman initialement publié en 1973.

Après avoir réédité plusieurs titres d’André Lay en format numérique, French Pulp Éditions propose désormais “Les enlisés” en version livre. Bonne initiative, car c’est une excellente manière de redécouvrir un romancier expérimenté de son époque.

Repost 0
8 septembre 2017 5 08 /09 /septembre /2017 04:55

Ruth Galloway est une universitaire habitant le comté de Norfolk, qui se situe à moins de deux cent kilomètres au nord-est de Londres. Elle est archéologue, spécialisée dans la datation de tout ce que l’on retrouve du lointain passé. Âgée que quasiment quarante ans, Ruth est célibataire. Elle est aujourd’hui enceinte de treize semaines, ce qu’elle tente de cacher à son entourage professionnel. Ultra-conformistes, les parents de Ruth sont très fâchés de cette situation. Elle sait qui est le père du futur bébé, mais leur relation est plus amicale qu’intime aux yeux de tous. Néanmoins, son collègue Cathbad – druide passionné par les mythes et les croyances d’antan – n’est pas dupe de l’état de Ruth. Quant à l’amant d’un jour de la jeune femme, il finira par réaliser ce qui se passe, lui aussi.

Ruth s’occupe de datations autour des fouilles conduites par son confrère Max, près du village de Swaffham. Max en profite pour résider sur un petit bateau dans les environs, le Lady Annabelle, joignant l’utile à l’agréable. C’est à Norwich, ville principale du comté, que l’on va bientôt avoir besoin de Ruth. L’entreprise d’Edward Spens a lancé le chantier d’un projet immobilier d’importance, sur le site d’un ancien orphelinat de Woolmarket Street. Les archéologues de terrain y découvrent des restes humains, un squelette sans tête. Ils peuvent remonter à plusieurs siècles, voire à l’époque romaine. Ou être contemporains, sachant que l’institution religieuse a été active jusqu’à presque 1980. Ruth contacte le policier Harry Nelson, avec lequel elle a précédemment collaboré.

Ces ossements sans tête sont ceux d’un enfant, probablement une fillette d’environ cinq ans, et apparaissent assez récents. On va également découvrir les restes d’un chat, dont il manque aussi le crâne, sur les mêmes lieux. Marié et père de deux filles, enquêteur chevronné, Nelson ne craint pas de ralentir le chantier de la société d’Edward Spens. Car on recense une affaire énigmatique s’étant produite ici en 1973. Martin et Elizabeth Black, un frère et une sœur de douze et cinq ans, disparurent subitement. La police ne fit alors que peu d’efforts pour retrouver ces enfants. Nelson rencontre des témoins, dont le père Hennessey, qui était directeur de l’orphelinat. Le policier vérifie que sa réputation de tolérance, de compréhension, n’est pas usurpée. Ce qui agace quelque peu Nelson.

Sœur Immaculata se souvient aussi de ces enfants disparus, mais n’a pas de meilleure explication que le père Hennessey. Sur le chantier, Ruth et Nelson font explorer le "puits à souhaits" de l’ex-foyer d’orphelins. On y retrouve les crânes de l’enfant et du chat. Ce qui peut faire penser à un rite sacrificiel, à des pratiques morbides. Le père Hennessey est, cette fois, interrogé plus officiellement par la police, mais ne livre pas de confession plus utile. Sur le site des fouilles de son ami Max, Ruth sent comme une menace autour d’elle. Ce qui peut être dû à sa grossesse. Tandis que Max s’efforce d’établir un climat rassurant pour Ruth, Nelson et ses adjoints cherchent des éléments sur l’histoire de la propriété de Woolmarket Street. Malgré tout, le danger reste présent…

Elly Griffiths : Le secret des orphelins (Presses de la Cité, 2017)

Ce chat a-t-il été sacrifié ? S’agissait-il d’un entraînement ? On tue un animal pour se préparer à l’horreur absolue, tuer un enfant ? Que disait Max déjà… "on sacrifiait des animaux noirs à Hécate".
Sur un coup de tête, Ruth va fouiller la boîte contenant les prélèvements effectués sur le chantier. Échantillons de terre et de végétation, fragments de briques et de pierres… Oui, la voilà. Elle s’empare du sac renfermant la chevalière romaine, qu’elle fait glisser avec précaution dans sa paume. Sur l’étiquette écrite à la main, on peut lire : "Bague en bronze avec gravure en creux, probablement romaine". L’emblème est difficile à distinguer – trois cercles que se chevauchent partiellement. "On dirait une feuille de trèfle", a fait remarquer Ted avec pertinence. Là, en l’observant au microscope, Ruth découvre que les trois cercles sont en réalité des têtes.
Hécate. La déesse aux trois visages.

La vertu principale de ce genre de romans à suspense, c’est de créer une harmonie entre l’intrigue criminelle avec ses énigmes et la vie des protagonistes. Ce qui en résulte, c’est une atmosphère aussi crédible que possible. D’un côté, la découverte d’ossements lors de fouilles entraîne de potentielles références mystiques. On peut compter sur l’archéologue Max et sur le druide Cathbad pour développer cet aspect historique ou même étrange, ils maîtrisent leurs sujets. Toutefois, on comprend rapidement que c’est plus sûrement dans la décennie 1970, ou quelques années plus tôt, que réside l’explication. L’auteur intercale encore des passages laissant planer l’ombre du coupable et de ses obsessions. Pendant ce temps, l’enquête progresse.

Aussi interrogatif soit-il, cet aspect est complété par le côté humain de l’histoire qui nous est racontée. C’est là ce qui rend attachant ce roman. La vie de Ruth et celle de Nelson ne sont pas d’une totale simplicité, loin s’en faut. Ils naviguent entre une image publique et des tourments intérieurs, d’une façon plutôt complexe. Heureusement, Ruth bénéficie d’une certaine complicité de la part de ses amis. Des archéologues qui semblent volontiers faire la fête. Catholique non-pratiquant, Nelson est conscient de ne suivre guère l’éthique de cette religion. Il hésite à faire confiance à ce prêtre trop sympathique, rencontré lors de l’enquête. La vie privée des héros nous les rend familiers, ce qui n’est pas négligeable. Un polar très séduisant, d’une tonalité fluide et donc captivante.

Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Polar_2017 Livres et auteurs
commenter cet article

Action-Suspense Contact

  • : Le blog de Claude LE NOCHER
  • Le blog de Claude LE NOCHER
  • : Chaque jour des infos sur la Littérature Policière dans toute sa diversité : polar, suspense, thriller, romans noirs et d'enquête, auteurs français et étrangers. Abonnez-vous, c'est gratuit !
  • Contact

Toutes mes chroniques

Plusieurs centaines de mes chroniques sur le polar sont chez ABC Polar (mon blog annexe) http://abcpolar.over-blog.com/

Mes chroniques polars sont toujours chez Rayon Polar http://www.rayonpolar.com/

Recherchez D'autres Infos Ici

Action-Suspense via Twitter

Pour suivre l'actualité d'Action-Suspense via Twitter. Il suffit de s'abonner ici

http://twitter.com/ClaudeLeNocher  Twitter-Logo 

Libres lectures

Petit rappel : Toutes mes chroniques, résumés et commentaires, sont des créations issues de lectures intégrales des romans analysés ici, choisis librement, sans influence des éditeurs. Le seul but est de partager nos plaisirs entre lecteurs.

Abonnez-vous à Action-Suspense, pour recevoir chaque jour mes chroniques et mes infos sur l'univers du polar. Facile et gratuit !

Spécial Roland Sadaune

Roland Sadaune est romancier, peintre de talent, et un ami fidèle.

http://www.polaroland-sadaune.com/

ClaudeBySadauneClaude Le Nocher, by R.Sadaune

 http://www.polaroland-sadaune.com/