Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 mai 2013 5 10 /05 /mai /2013 04:55

L'Oklahoma n'est pas l’État le plus attirant d'Amérique. Surtout si on habite un toute petite ville comme Coyote Crossing. Toby Sawyer s'en échappa un moment pour des tournées avec son groupe de musiciens. Au décès de sa mère, il hérita de son mobile home, le seul bien qu'elle lui laissait. Il comptait vite repartir de Coyote Crossing, mais s'y englua. Il se mit en couple avec Doris. Ils eurent bientôt un bébé, Toby Junior. Une vie guère excitante, qui l'a poussé dans le lit de la jeune et sexuelle Molly. Future étudiante, elle habite chez l'ex-mari de sa mère, le camionneur Roy. Le shérif Krueger l'a engagé à temps partiel. Par rapport à ses collègues déjà expérimentés Bill, Karl et Amanda, Toby reste un néophyte dilettante. Il faudrait qu'il fasse ses preuves, avant d'espérer un vrai poste mieux payé. L'autoritaire “chef” Krueger semble quand même l'apprécier.

Les affaires criminelles sont rares dans ce secteur. Pourtant, cette nuit-là, Luke Jordan a été abattu auprès de sa voiture. Le “chef” charge Toby de surveiller le cadavre, le temps qu'il prenne toutes les dispositions. En cette chaude nuit qui débute, le jeune homme en profite pour faire un détour chez Molly. Au retour, le corps de la victime a disparu. Si Toby a cru à une plaisanterie de Bill ou Karl, il déchante rapidement. Il passe au mobile home, mais l'humeur de Doris n'est pas vraiment au beau fixe. Celle de Roy non plus, lorsque Toby retourne chez Molly. Le jeune adjoint réussit à l'éloigner de la maison afin qu'il calme ailleurs son ébriété. Tout ça ne l'aide pas à retrouver le cadavre. Un trio de Mexicains le pourchasse dans leur Mustang Mach1, avant de l'agresser sans qu'il sache pourquoi. Toby ne peut contacter personne, car aucun téléphone ne fonctionne actuellement ici.

Dans la caserne de pompiers désaffectée, Toby découvre un trafic de clandestins mexicains. En légitime défense, il tue le responsable, puis invite les quarante immigrants à filer. Peu après, Toby s'aperçoit que Doris a définitivement quitté le mobile home, lui laissant leur fils sur les bras. Il confie le petit TJ à Molly, afin de le mettre à l'abri des Mexicains qui le traquent toujours (il a buté l'un des trois). Sa voiture étant hors d'état, le camion de Roy va lui servir de bélier pour régler le cas des deux Mexicains restant. Il met leur complice, une véritable furie, en état d'arrestation. Amanda intervient enfin pour épauler un peu Toby. Les cinq frères Jordan rôdent en ville. Considérant Toby comme l'assassin de Luke, ils veulent se venger. Le clan de la mamie Jordan, quatre-vingt-seize ans, c'est une fratrie de féroces adversaires. Toby devra fatalement passer à l'offensive s'il veut s'en sortir...

Victor Gischler : Coyote Crossing (Éd.Denoël, Sueurs Froides, 2013)

Ces quelques lignes sont loin de résumer complètement les mésaventures du héros. Car l'expérience va être diablement mouvementée pour Toby, et c'est peu dire. Échanges de tirs, poursuites et incendies, pugilat et hurlements, il doit consommer beaucoup de cigarettes et de boissons caféinées, afin de faire face à la situation. Du suspense intense et de l'action en permanence, voilà ce que l'on peut qualifier d'authentique polar noir. Il faut souligner que, hormis l'épilogue, ce tumultueux récit raconté par Toby lui-même respecte l'unité de temps. Toutes les péripéties se passent durant une seule nuit, jusqu'au petit matin. À l'évidence, un bel atout qui ajoute une captivante vivacité à cette histoire.

Malgré le tempo rythmé, l'auteur ne néglige ni le contexte, ni les personnages. Sans doute Oklahoma City et Tulsa sont-elles les métropoles peuplées de cet État. Mais l'essentiel de cette contrée reste plutôt rurale, assez désertique, avec probablement des bourgades pas plus animées (en temps normal) que Coyote Crossing. “Je me retrouvai plongé dans ce ténébreux néant intersidéral qu'était l'Oklahoma. C'était possible ici, d'aller se perdre dans un grand nulle part d'un noir total, sauf quand on levait les yeux. De grosses étoiles scintillantes, que n'occultaient aucune lumière citadine...”

Une partie de la population y vit, tel Toby, faute d'avoir pu finalement en partir. Une autre, issue des peuples amérindiens, affiche sa fierté de représenter les racines de l'Amérique. En ces régions conservatrices, les rednecks sont aussi très présents. Ces Blancs se croient propriétaires des États-Unis, affirmant avoir plus de mérite que les autres. En réalité, à l'image du clan Jordan, il s'agit de dynasties fort peu glorieuses, vivotant de rares activités ou de traficotages. Cet aspect de l'Amérique apparaît en toile de fond, ainsi que le cas de l'immigration clandestine des Mexicains (ou autres Latinos). On le vérifie, les qualités de ce palpitant polar sont multiples. Un passionnant roman, à lire absolument.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Claude LE NOCHER - dans Polar_2013 Livres et auteurs
commenter cet article

commentaires

Pierre FAVEROLLE 10/05/2013 08:48

Salut Claude, très très intéressant ton article. Et comme Les noeuds d'acier fut un coup de coeur 2013 chez moi, je pourrais bien céder à la tentation. Merci. Amitiés

Claude LE NOCHER 10/05/2013 11:35

Salut Pierre
Vraiment, je crois que tu aimeras ce roman. Avec un petit air de Joe R.Landale. Et un scénario drôlement bien construit, sacrément captivant.
Amitiés.

Philippe 10/05/2013 07:01

Strange Fruit, je voulais écrire.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Strange_fruit

Les étranges fruits qui pendaient des arbres, c'étaient les victimes des lynchages.

Voici le texte, qu'on peut essayer de traduire :

http://www.bluesforpeace.com/lyrics/strange-fruit.htm

Claude LE NOCHER 10/05/2013 11:42

Merci de ces précisions, Philippe.

Jeanmi 10/05/2013 06:55

Comme toujours ici une belle critique, bien construite. Curieusement les peuples autochtones, comme en Australie, sont méprisés....

Claude LE NOCHER 10/05/2013 11:32

Merci Jean-Michel
Absents de ce roman, les Amérindiens sont toutefois évoqués (en négatif, forcément) par la Mamie Jordan. Et Toby précise que "Coyote Crossing" est bien un nom de ville attribué par les Blancs, alors que le nom indien d'origine devait être beau plus imagé.
Amitiés.

Philippe 10/05/2013 06:48

Bonjour M. Le Nocher,

Comme personnes nées en Oklahoma et ayant pu, elles, en partir, on peut citer Chuck Norris ou Brad Pitt.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Chuck_Norris

http://fr.wikipedia.org/wiki/Brad_pitt

J'avais lu l'article suivant sur le site www.executedtoday.com ( que j'ai déjà mentionné à propos d'autre chose ) :

http://www.executedtoday.com/2011/08/07/1930-thomas-shipp-and-abram-smith-strange-fruit/

En soi, cet article parle d'un cas de lynchage de Noirs non pas en Oklahoma mais à Marion dans l'Indiana.
( Intéressant quand même, d'autant plus que c'est l'un des lynchages ayant inspiré le poème Strane Fruit d'Abel Meeropol, militant pour les droits civiques et qui adopta les enfants Rosenberg après l'exécution de leurs parents en 1953 sous le maccarthysme.
Poème dont on connaît surtout la chanson que Billie Holiday en tira. )

Mais il contient un lien vers un article Wikipedia qui lui traite d'un drame qui a eu lieu en Oklahoma à Tulsa en 1921, une émeute raciale, événement d'une violence inouïe et qui fut longtemps occulté, n'ayant été officiellement reconnu que quatre-vingts ans plus tard en 2001.

http://en.wikipedia.org/wiki/Tulsa_race_riot

Cordialement

Claude LE NOCHER 10/05/2013 11:41

Bonjour Philippe
Plutôt que les vaillants "pionniers de l'Amérique", qui lynchaient volontiers les Noirs effectivement, cet état américain évoque toujours pour moi l'attentat d'Oklahoma City. Certes, on en connait le responsable, et il y eut une sérieuse enquête. Mais je crains que la population n'ait pas mesuré (encore aujourd'hui) qu'elle abrite des extrémistes qui se définissent comme "de pure race américaine" (à l'image de leur bétail). Des gens qui se croient prêt à une guerre, une croisade contre Latinos, Noirs, Asiatiques, et toute personne dont l'arrière-grand-père venait "d'ailleurs". A ce titre, l'Oklahoma n'est probablement pas l'état le plus tolérant des Etats-Unis, je pense.
Amitiés.

Action-Suspense Contact

  • : Le blog de Claude LE NOCHER
  • Le blog de Claude LE NOCHER
  • : Chaque jour des infos sur la Littérature Policière dans toute sa diversité : polar, suspense, thriller, romans noirs et d'enquête, auteurs français et étrangers. Abonnez-vous, c'est gratuit !
  • Contact

Toutes mes chroniques

Plusieurs centaines de mes chroniques sur le polar sont chez ABC Polar (mon blog annexe) http://abcpolar.over-blog.com/

Mes chroniques polars sont toujours chez Rayon Polar http://www.rayonpolar.com/

Recherchez D'autres Infos Ici

Action-Suspense via Twitter

Pour suivre l'actualité d'Action-Suspense via Twitter. Il suffit de s'abonner ici

http://twitter.com/ClaudeLeNocher  Twitter-Logo 

Libres lectures

Petit rappel : Toutes mes chroniques, résumés et commentaires, sont des créations issues de lectures intégrales des romans analysés ici, choisis librement, sans influence des éditeurs. Le seul but est de partager nos plaisirs entre lecteurs.

Abonnez-vous à Action-Suspense, pour recevoir chaque jour mes chroniques et mes infos sur l'univers du polar. Facile et gratuit !

Spécial Roland Sadaune

Roland Sadaune est romancier, peintre de talent, et un ami fidèle.

http://www.polaroland-sadaune.com/

ClaudeBySadauneClaude Le Nocher, by R.Sadaune

 http://www.polaroland-sadaune.com/